Conférence 24/04/2018 18h
2 bis boulevard Léon-Bureau, 44200, Nantes

Mai 1968 et les campagnes françaises. Une décennie contestataire.

Nantes

À l'heure où l'on s'apprête à célébrer le "mai des
ouvriers" ou celui des étudiants, il est bon de porter son
regard au-delà des villes et des métropoles et de
s'interroger sur les conséquences qu'eut le mouvement de
mai sur les campagnes de l'hexagone.
Dans l'Ouest, mais pas seulement, Mai 68 a donné
l'opportunité à une nouvelle génération d'agriculteurs de
s'affirmer politiquement. Si tout le monde a un souvenir
l'imposant rassemblement du Larzac en 1973, on ne saurait
réduire la contestation paysanne à cela.
Refusant le corporatisme et la cogestion (ciments sur
lequel reposait la politique de l'omnipotente FNSEA) mais
aussi une Politique agricole commune sans pitié pour les
"petits paysans", ces paysans contestataires plaidèrent
pour un syndicalisme offensif, démocratique, se
nourrissant de l'"esprit de mai" (happenings, actions
directes) et tissant des liens avec d'autres acteurs
(syndicalistes, militants d'extrême-gauche ou de l'écologie
politique). Les années 1970 furent bien des années de
contestation pour une fraction du monde paysan…


DES "MAI 68" DANS LES CAMPAGNES FRANÇAISES ?, Les contestations paysannes dans les années 1968 (Historiques, 2017)

Les années 1968 évoquent les étudiants, quelquefois les ouvriers, mais rarement les agriculteurs. Pourtant, des luttes paysannes majeures se déroulent dans l'Ouest et le Languedoc-Roussillon. Elles sont massives, fréquentes et novatrices : grève du lait, guerre du vin, etc... Des paysans contestataires remettent alors en cause les syndicats majoritaires et défendent la nécessité d'un syndicalisme d'action démocratique. Pourquoi et comment émerge un courant contestataire dans le monde paysan ? Que reste-t-il aujourd'hui des débats portés par ces contestations ?

 


Auteur concerné :

Jean-Philippe Martin