Poème a la betterave

Jeanne HYVRARD

Une betterave gisait
En travers de la route
Tombée d'un camion
Sans doute
Et déjà séparée
De la part d'elle-même
Qui avait roulé
Un peu plus loin
Au bas côté
Dans le fossé
Elle était compacte
Et terreuse
Stoïque et résignée
Au milieu des débris
Boueux
De son champ natal
On voyait sur le bitume
Les traces de roues
Du véhicule
Qui avait là
C'était sûr
Procédé à un écart
Inattendu
Et pour elle
Hélas
Fatal
Et dans ce jour levant
Dans ce bout
Du Vexin normand
On avait gratitude
Pour cette ultime posture
De dignité

Jeanne Hyvrard, le 22 janvier 2007


Imprimer cet article