Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
59562 livres | 26223 articles | 49519 ebooks | 35908 auteurs | 1246 collections | 2408 revues | 1839 vidéos | 2971 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Ernesto Cardenal

Ernesto Cardenal
BIOGRAPHIE D’ERNESTO CARDENAL


Ernesto CARDENAL est un des grands poètes de notre époque. Mystique et révolutionnaire, prêtre et ancien ministre du gouvernement sandiniste au Nicaragua, il est à l’origine de l’"extériorisme" dont il dit lui-même que c’est « la poésie objective : narrative et anecdotique, composée à partir des éléments de la vie réelle, de choses concrètes, de noms propres, de données exactes, de chiffres, de faits, de dictons. Bref, c’est la poésie impure… Pour moi, seule la poésie susceptible d’exprimer la réalité latino-américaine, d’atteindre le peuple et d’être révolutionnaire est l’extérioriste… La poésie peut servir à construire un pays, à créer un homme nouveau, à changer la société, à édifier le Nicaragua à venir…».

Né à GRANADA (Nicaragua) en 1925 dans une famille de propriétaires et commerçants aisés, il passe une enfance heureuse à LEÓN (la ville du poète Rubén Darío) où ses parents étaient hébergés dans la grande maison de la tante Trinidad, une des personnes qui marqueront son existence. A 12 ans, il entre comme interne au collège des jésuites de GRANADA, au bord du lac Nicaragua, ce lac qu’il ne quittera jamais vraiment.
Une vie sociale insouciante, ponctuée de fêtes, n’entrave pas, dans sa jeunesse, sa vocation d’artiste et de poète, encouragée par son parent, le poète José Coronel Urtecho. Il poursuit des études de lettres à Mexico et à New York (Columbia University), voyage en Europe : Espagne, France, Italie… Pendant toutes ces années de jeunesse, il est hanté par les "jeunes filles en fleurs" mais, à travers elles, c’est la perfection, c’est l’amour parfait qu’il recherche : Dieu. Le samedi 2 juin 1956, il est terrassé par une expérience mystique qui le conduira, en mai 1957, au monastère trappiste de N.D. de Gethsémani (Kentucky – U.S.A.). Son Maître des novices est le poète mystique et écrivain Thomas Merton qui exercera sur lui une influence décisive. Des raisons de santé obligent Ernesto Cardenal à quitter la Trappe au bout d’un an, non sans avoir fait le projet avec Merton d’une fondation religieuse en Amérique Latine. Pour ce faire, il doit être prêtre : après un temps de réflexion au monastère bénédictin "expérimental" de CUERNAVACA (Mexique), qui avait à sa tête le prieur Gregorio Lemercier, adepte de la psychanalyse, il commence ses études de théologie au Séminaire pour vocations tardives de LA CEJA (Antioquia), en Colombie.
Ordonné prêtre à Managua le 15 août 1965, il obtient l’autorisation de fonder une communauté religieuse dans une île de l’archipel de SOLENTINAME (Lac Nicaragua). Il retrouve le lac de son enfance, une nature exubérante qu’il ne cesse de chanter et qui le rapproche de Dieu. Au cours des années, cette communauté, au départ purement religieuse, évolue. Sans perdre sa vocation première, SOLENTINAME est aussi un lieu de rencontres, un centre culturel et artistique. Comme Cardenal initie à l’art les paysans et les pêcheurs, SOLENTINAME devient un important centre de production de peinture "naïve" qui fournira à l’écrivain Julio Cortázar l’inspiration de son conte fantastique : Apocalypse de Solentiname.
Ce sera enfin un centre de résistance politique au régime des Somoza. Ernesto Cardenal s’était toujours opposé à la dictature en place mais, après un voyage à Cuba, cette opposition devient plus politique : les jeunes laïcs de la communauté, issus de familles paysannes pauvres, se radicalisent ; les messes du dimanche sont l’occasion de commentaires des textes sacrés actualisés par les populations locales : l’Évangile a de nouvelles résonances… Ernesto Cardenal publiera ces commentaires de la "Bonne Nouvelle" qui s’inscrivent dans ce grand mouvement latino-américain d’Église Populaire et de Théologie de la Libération.

Le Front Sandiniste de Libération Nationale entre en contact avec Ernesto Cardenal à qui il confie quelques missions officieuses (comme son témoignage, en 1976, devant le Tribunal Russell) ou secrètes. (C’est au cours d’une mission au Venezuela, en 1977, que le père Cardenal apprendra que Somoza a fait détruire Solentiname par la Garde Nationale.) SOLENTINAME participe au rapprochement qui se réalise peu à peu entre les sandinistes athées et les chrétiens, de Solentiname ou d’ailleurs, révolutionnaires ou membres de la haute bourgeoisie. Un vrai mouvement populaire prend forme qui, après quelques échecs, entrera victorieux dans Managua le 19 juillet 1979.
Le nouveau gouvernement entreprend immédiatement d’importantes réformes, principalement une réforme agraire, le développement d’un système de santé, et surtout une intense campagne d’alphabétisation : les jeunes qui savent lire partent alphabétiser les paysans de tout le pays. Ernesto Cardenal est nommé Ministre de la Culture. Il lui faut tout inventer. Outre l’alphabétisation, il développe de très nombreux projets de culture populaire : poésie, théâtre, peinture, sculpture, danse, etc…

Dès 1980, dans sa lutte contre "l’empire du mal", Ronald Reagan organise, par l’intermédiaire de la CIA, une opposition armée, composée d’anciens gardes somozistes qui s’entraînent au Honduras : la Contra. Malgré l’élection en 1984 de Daniel Ortega (avec 63% des voix) à la Présidence de la République, malgré la condamnation, en 1986, des activités de la Contra par la Cour Internationale de Justice de La Haye, l’agression contre le pays continue et fera 29.000 morts.
A la fin des années 80, cet état de guerre et l’embargo U.S. étouffent le pays ; le malentendu entre les sandinistes et les indiens Miskitos sur la côte atlantique (ex-colonie anglaise) est exploité par la Contra ; le projet révolutionnaire s’essouffle ; la pression économique mondiale conduit le gouvernement sandiniste à prendre des mesures d’austérité alors que les petits paysans s’insurgent contre une réforme agraire insuffisante à leurs yeux et qui ne leur a pas permis de sortir tous de la misère. En outre, dès le début, l’Église officielle du Nicaragua, en la personne de Mgr. Obando y Bravo, archevêque de Managua, mène le combat antisandiniste avec l’approbation de Jean-Paul II qui ne supportait pas la présence de trois prêtres dans ce gouvernement. La situation s’était tendue pendant le voyage de Jean-Paul II au Nicaragua : il avait clairement déclaré son hostilité à une Église Populaire lors de la messe "chahutée" du 4 mars 1983. Et c’est au début de ce voyage que le monde entier a pu voir à la télévision la célèbre scène où, sur la piste de l’aéroport de Managua, Jean-Paul II, les deux index tendus, accable de remontrances un homme agenouillé devant lui : le prêtre Ernesto Cardenal qui refusait d’obéir et de quitter son poste de Ministre de la Culture. Ce refus conduira le Vatican à prendre, deux ans plus tard, une sévère sanction : le père Cardenal se voit interdire l’exercice de son ministère sacerdotal.

En 1988, officiellement pour des raisons économiques, le Ministère de la Culture est supprimé et Ernesto Cardenal est nommé président du Centre National de la Culture.

En février 1990, les sandinistes perdent les élections. Daniel Ortega remet démocratiquement le pouvoir à la présidente élue (avec 54,2 % des suffrages) à la tête d’une coalition hétéroclite : Violeta Chamorro, la veuve du héros national Pedro Joaquín Chamorro (cousin d’Ernesto Cardenal), l’ancien directeur du journal La Prensa assassiné en 1978 sur ordre de Somoza.
Les successeurs de Violeta Chamorro, Arnoldo Alemán, d’Alianza Liberal (parti conservateur), élu en 1996 (et qui sera ensuite traduit devant les tribunaux pour corruption), puis Enrique Bolaños, du Partido Liberal Constitucionalista (parti conservateur), élu en 2001, entraînent le pays sur la voie du néo-libéralisme économique. Les dirigeants sandinistes (dont certains sont éclaboussés par des scandales) se rallient à l’économie de marché, aux investissements étrangers, etc… De nombreux cadres et intellectuels sandinistes, refusant l’abandon des acquis de la révolution et souhaitant rester fidèles à son esprit, quittent le parti sandiniste. Parmi eux : Ernesto Cardenal (le 24-10-1994) suivi, quelques mois plus tard, par son voisin du quartier Los Robles, à Managua, le romancier Sergio Ramírez qui avait été Vice-président de la République. Ernesto Cardenal estime que la Révolution est "perdue" mais refuse de croire que c’est définitif.

Proche du M.R.S. (Movimiento Renovador Sandinista), Ernesto Cardenal reste très critique à l’égard des dirigeants sandinistes actuels, en particulier de Daniel Ortega (et de sa femme). Ce dernier, qui s’était déjà rapproché de l’Église, a été réélu Président de la République le 5 novembre 2006 grâce à l’accord (El Pacto) conclu en 2000 avec un des partis libéraux, celui de l’ancien président Alemán, condamné à 20 ans de détention pour détournement de plus de 50 millions de dollars. Le vice-président est : Jaime Morales Carazo, ancien membre de la Contra. En novembre 2011, Daniel Ortega est réélu Président de la République malgré l’interdiction constitutionnelle de deux mandats consécutifs.

La situation politique s’est tendue en juillet 2008 avec l’interdiction faite au Parti Conservateur et au M.R.S. de présenter des candidats aux élections municipales de novembre 2008 (qui ont été majoritairement gagnées par le pouvoir grâce, semble-t-il, à une fraude massive). L’opposition (Parti Libéral et MRS) dénonce cette fraude et les persécutions contre des journalistes, contre des associations, contre les mouvements féministes.

Lors de la prise de fonction du président Lugo du Paraguay (15 août 2008), Ernesto Cardenal a violemment dénoncé la corruption et l’autoritarisme du gouvernement nicaraguayen. A son retour à Managua, il est condamné par un juge, ancien membre de la Sécurité sandiniste, pour une vieille accusation d’injures dont il avait été totalement blanchi en 2005. Échappant à la prison en raison de son âge, il a vu ses comptes bancaires bloqués. Cette condamnation a déclenché un vaste mouvement de soutien avec, à sa tête, Eduardo Galeano (« condamnation infâme d’un juge infâme au service d’un gouvernement infâme »), le Prix Nobel José Saramago (qui estime qu’Ortega est « indigne de son propre passé »), etc...
En février 2010, la Cour d’Appel de Managua a levé la condamnation d’Ernesto Cardenal et a ordonné la restitution de ses comptes bancaires.

*****

Toutes les activités religieuses et politiques d’Ernesto Cardenal ne l’ont pas empêché de construire son œuvre poétique, depuis Hora 0 et les Épigrammes de sa jeunesse jusqu’à ses derniers livres : Telescopio en la noche oscura, d’inspiration mystique, et Versos del Pluriverso, en passant par l’ouvrage qui, pour lui, est le plus important : Cántico Cósmico (1990) dont la thématique est principalement scientifique et philosophique. Derniers ouvrages publiés :
2009 – Pasajero de tránsito.
2011 – Este mundo y otro.
2011 – Tata Vasco – Un poema.

Ernesto Cardenal a obtenu récemment différentes récompenses :
2009 – Prix de Poésie Pablo Neruda.
2010 – Le 22 avril, il a été élu Membre correspondant au Nicaragua de l’Académie Mexicaine de la Langue.
2011 – Finaliste du Prix Cervantès.

2012 – En janvier, entourés de ses amis, dont le romancier Sergio Ramírez, Ernesto Cardenal a célébré son 87ème anniversaire dans la petite église de SOLENTINAME, remise à neuf car elle avait été profanée en août 2010. Au cours de la cérémonie, le compositeur et musicien Carlos Mejía Godoy, accompagné de ses musiciens, a joué sa Misa Campesina dans cette église où l’œuvre avait été créée. Après la messe célébrée par son frère, le Père Fernando Cardenal, le Recteur de l’Université Xalapa-Mexico et le président de l’organisation espagnole Mare Terra lui ont annoncé qu’un Prix international de poésie portant son nom serait décerné tous les ans à Solentiname.

En novembre, Ernesto Cardenal reçoit à Madrid des mains de la Reine le Prix Ibéroaméricain Reina Sofía de Poésie 2012.

2013 - En février, Ernesto Cardenal ouvre le Festival de Poésie de Granada (Nicaragua) qui, cette année, lui est consacré.

A partir de 1998, Ernesto Cardenal a entrepris la rédaction de ses Mémoires, écrits pour être compris par tout lecteur, quel que soit son niveau de culture, dans une savoureuse langue orale, au fil de la pensée et des souvenirs, un peu comme le faisaient les conteurs du passé :
- Vie Perdue (Première partie).
- Les Îles Étranges (Deuxième partie)
- La Révolution Perdue (Troisième partie).
A propos du premier tome, Luce López-Baralt écrivait :
« Le Nicaragua ne tombera jamais dans l’oubli parce qu’un enfant sensible qui était à son écoute a décidé de prendre la plume pour parler de lui-même et a fini par parler aussi de son pays ».

B.D.

- Vie Perdue (Mémoires – 1ère partie)
Traduction par Bernard Desfretières
L’Harmattan – 2004

- Les Îles Étranges (Mémoires – 2ème partie)
Traduction par Bernard Desfretières
L’Harmattan – 2006

- La Révolution Perdue (Mémoires – 3ème partie)
Traduction par Bernard Desfretières
L’Harmattan – 2008



adresse email envoyer un mail à l'auteur
Renseignements
Fonction(s) actuelle(s) : Ecrivain(e)

Pays d'origine : France
Bibliographie
LA RÉVOLUTION PERDUE
Mémoires (3ème partie)
Ernesto Cardenal - Traduit de l'espagnol (Nicaragua) par Bernard Desfretières
LES ÎLES ÉTRANGES
Mémoires (2e partie)
Ernesto Cardenal - Traduit de l'espagnol (Nicaragua) par Bernard Desfretieres
VIE PERDUE
Mémoires (1ère partie)
Traduit de l'espagnol (Nicaragua) par Bernard Desfretières.
Ernesto Cardenal
Autres parutions

ŒUVRES D’ERNESTO CARDENAL
PUBLIEES EN FRANCE :

- Cri, psaumes politiques
Traduction de Salmos par Gérard Bessière et Marta Sacchi.
Le Cerf – 1970

Nouvelle édition de l’ouvrage précédent :
Psaumes
Le Cerf – 1981

- Amour, secret du monde
Traduction de Vida en el amor
Le Cerf – 1972

- Anthologie poétique
Traduction par Anne-Marie Métailié et Gérard Bessière.
Le Cerf – 1974

- Chrétiens du Nicaragua : l’Évangile en Révolution (entretiens avec Ernesto Cardenal)
Traduction par Claire Wéry et Charles Condamines

- Hommage aux indiens d’Amérique (poèmes choisis)
Traduction et présentation de Jacques Jay
La Différence – 1989

- Épigrammes
Traduction par Norbert-Bertrand Barbe
BES Éditions – 2001

- Oraison pour Marilyn Monroe et autres poèmes
Traduction par Claude Couffon
Le Temps des Cerises – 2001
Réédition en 2011.

- Poèmes de la Révolution (Vols victorieux)
Présentation et traduction de Bernard Desfretières
Le Temps des Cerises - 2011

Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Soumettre un manuscrit


Votre espace auteur

Agenda

La presse en parle

Prix littéraires
obtenus par nos auteurs

En ce moment au



  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 18 juin 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port