Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
57003 livres | 25425 articles | 47155 ebooks | 34256 auteurs | 1196 collections | 2318 revues | 1624 vidéos | 10234 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Stéphanette Vendeville

Stéphanette Vendeville
Chercheur(se)
1945-Stéphanette Vendeville dite Fanette Vander est née le 1er juin 1945 dans les Alpes de Haute-Savoie, d’une famille nombreuse, dans un château imaginaire doté d’une petite scène en belvédère, sur un chemin d’enfance et de ronde autours de quatre tours, habitées de quelques ‘drôlesses’ actives à monter des pièces de théâtre en forme de contes et légendes.
Les années soixante
L’Association Théâtrale des Étudiants de Paris, présidée par Jean-Claude Penchenat, l’incline à rejoindre quelques amoureux d’un théâtre précoce et rare dans la communauté universitaire.
C’est en suivant le cours d’art dramatique d’Albert Vander, sis dans les catacombes de l’Église américaine de Paris  que c’est fait le choix du théâtre: Albert Vander, comme Jean-Louis Barrault, Marcel Marceau, est disciple de Charles Dullin et d’Etienne Decroux quand ces derniers promouvaient le mime et l’improvisation comme étant une discipline aussi fondamentale que le travail de scène dans la formation de l’acteur.
Rapidement impliqué dans les débuts de la décentralisation théâtrale, Albert Vander élève de Charles Dullin avait créé le Théâtre National Populaire des Flandres, avec le premier Festival National d’art dramatique en pays minier. Albert Vander a transmis alors aux « nouveaux comédiens » les rudiments nécessaires à une bonne formation de l’acteur(trice) ; une bonne respiration, source d’une bonne diction et de grandes et belles improvisations.
C’est au cours de cette période que les yeux de la figure d’Antigone jouée par Judith Malina a transpercé la photo du papier journal, et que les ‘nouveaux comédiens’ entendaient parler du Living Theatre.
Mai1968 éclate, les étudiants occupent la Sorbonne, le Boul ’Mich et le Bld St. Germain. Lors des « évènements », au Conservatoire National d’Art Dramatique sous la direction de Pierre-Aimé Touchard, s’est imaginé une « Université des Arts » où on réfléchirait encore et encore au trésor que constituent les transmissions pratiques et théorique d’un savoir de l’humain. Lors des « évènements » la société du spectacle s’est souvent réunie pour savoir quoi faire dans et devant l’occupation de L’Odéon et ou le XXIIème Festival d’Avignon, où le Living Theatre est impliqué. Jerzy Grotowski et son théâtre laboratoire aux prémices exemplaires sont encore en Pologne quand le Living Theatre a déjà traversé l’Europe où la langue étrangère change à chaque frontière, exigeant l’impact d’un langage corporel, et scénographique qui marque jusque qu’en 2018 le théâtre post moderne .
Les années soixante dix :
L’Université des arts qui c’est révée au CNAD se révèle sous la forme d’un « Dep’Art » exigé par les étudiants contestataires de l’époque, issus souvent des meilleures écoles d’art en France et réunies en Etats-Généraux au cours de la période.
C’est un moment où les disciplines artistiques sont entrées à l’Université, et où, par la même occasion tous les étudiants en art pouvaient en avoir le statut.
Ainsi s’est créé l’Unité de Formation et de Recherche en Arts depuis le Centre Expérimental Universitaire de Vincennes, dont le département des études théâtrales que Jacques Clancy, Albert Vander et André Veinstein et ont fondé.
J’ai travaillé de 1970 à 2010 au département des études théâtrales de l’Université Paris8(Ex : Vincennes Expérimentale) où s’inspirent et se côtoient différentes disciplines artistiques véhiculées par les étudiants du monde qui peuvent voyager. De la Licence au Doctorat d’Esthétiques et Sciences de l’art jusqu’à l’Habilitation à Diriger les Recherches pour se situer à travers le monde dans ce prisme volumineux de la ‘création collective’ dont au fond le théâtre ne saurait se passer. Se crée alors un théâtre universitaire et vivant au sein d’un ghetto expérimental qui n’avait de ghetto que les murs de silence qu’il(elle)s tentaient de faire résonner.
L’art est aussi poussé par la folie de son bon sens.
A la seule force de l’énergie collective rassemblée, organisée, encadrée et sans moyen, par et pour un théâtre pauvre.
Entre temps, en 1975, après plusieurs séjours où j’ai pu être invitée avec mes collègues par les « Drama department » d’universités américaines Je reste aux États-Unis pour étudier les différents points de rencontre que le théâtre permet de percevoir entre une culture américaine, la culture théâtrale française et ce qui relie leur démarche, et je réside à Pittsburgh au sein du Living Theatre pour traduire en français « The life of the theatre the relation of the artist to the struggle of the people » de Julian Beck ; traduction de Fanette et Albert Vander publié en 1978 dans la collection Pratique du Théâtre, NRF, Gallimard.



• Diplômes
Diplôme d’Etudes Théâtrales de l’Institut d’études théâtrales de la Sorbonne.1966.



Parutions à l’Harmattan 
Julian Beck, Théandrique ou la possibilité de l’utopie-Dernières notes traduit de l’anglais par Fanette Vander. Collection Poètes des cinq continents. Préfacé par Philippe Tancelin, Postface de Judith Malina.1997.
Stéphanette Vendeville, Au maître nu Albert Vander. Collection philosophie en commun, Préface de Jacques Poulain. 2006

Stéphanette Vendeville, Le Living Theatre 1948/1985 De la Toile à la scène, collection Univers Théâtral Harmattan 2008.

Judith Malina L’Enorme Désespoir, journal d’août 1968 à avril 1969 traduit en français par Fanette Vander, collection Univers Théâtral Harmattan 2017.







adresse email envoyer un mail à l'auteur
Renseignements
Titre(s), Diplôme(s) :
Doctorat Esthétique, Sciences et Technologie des Arts; option:Théâtre, Danse, et Arts de la scène.1992.

Institution de travail :
9 rue Droite 83440 MONTAUROUX- FRANCE
0494476339

Fonction(s) actuelle(s) : Chercheur(se), enseignante arts du spectacle UP8(ex Vincennes Expérimentale)

Né(e) le 01/06/1945

Pays d'origine : France
Résidence
9 rue Droite
83440 MONTAUROUX
France
tel. 0494476339
Bibliographie
L'ENORME DÉSESPOIR
Journal d'août 1968 à avril 1969
Judith Malina, Stéphanette Vendeville - Traduction par Fanette Vander
LE LIVING THEATRE
De la toile à la scène
1945-1985
Stéphanette Vendeville
AU MAÎTRE NU
Stéphanette Vendeville
Autres parutions

La Vie Théâtre de Julian Beck, traduit de l'anglais par Fanette et Albert Vander. Collection Pratique du Théâtre, NRF, GALLIMARD, 1978.
Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Soumettre un manuscrit


Votre espace auteur

Agenda

La presse en parle

Prix littéraires
obtenus par nos auteurs

En ce moment au



  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 19 août 2018 | © Harmattan - 2018 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port