Jacques Ponnier

Enseignant(e)-Chercheu(se)
Formé à la philosophie (agrégation) et à la psychanalyse (thèse de doctorat à Paris VII, dix ans de cure psychanalytique personnelle et huit ans de formation clinique au Centre de psychanalyse et écriture), j'interroge la philosophie au nom de la psychanalyse, mais aussi la psychanalyse au nom de la philosophie. Mes livres veulent tout repenser à la lumière du narcissisme, compris comme l'effet d'une séduction familiale et sociale fondatrice. Il faut refuser le modèle pulsionnel biologisant du freudisme sclérosé, mais aussi sa reprise, sous le masque du signifiant, dans le dogmatisme lacanien, afin de comprendre les troubles narcissiques, et notamment la dépression, qui sont l'horizon et le risque de la postmodernité.
J'ai ainsi montré que l'oeuvre de Nietzsche pouvait être entièrement ressaisie à la lumière de la question du moi (avec le jeu contraction/expansion omniprésent chez ce penseur), puis que l'Inconscient n'ignorait ni le temps ni la mort, ensuite que c'était Freud qui avait fourni la juste conception de ce que sont les autres, entre Différence et Identité, qu'il avait affronté la question de l'éthique et, enfin, qu'il fallait relire Adler, penseur de la détresse et de l'amour, et le "mettre avec" Freud.

Ayant découvert, en Terminale, que la philosophie était la chose la plus précieuse, j'ai choisi de l'enseigner et cet enseignement a été une source de bonheur intarissable. Pour mieux l'approfondir, j'ai engagé une psychanalyse personnelle de dix ans, puis j'ai refait des études universitaires, à Paris VII, pour soutenir ma thèse de doctorat, en 1997, sous la direction du regretté Jean Laplanche, qui est pour moi le seul à avoir tenté d'avancer en psychanalyse en évitant à la fois les simplismes de l'orthodoxie et le psittacisme des lacaniens. Le titre de cette thèse était : Narcissisme et théorie de la séduction, à propos d'une lecture de Nietzsche. En évitant toute prétention, je pense que ressaisir l'ensemble de la pensée de Nietzsche dans son évolution (indéniable) à la lumière de la question du moi (c'est-à-dire du narcissisme) est la seule manière de comprendre sa démarche et son itinéraire, au plus loin des lectures synthétiques politiquement correctes toujours pratiquées en France depuis Deleuze. Le philosophe Yvon Brès, qui présidait mon jury de thèse, a eu la gentillesse de me dire qu'il attendait un livre comme le mien depuis trente ans! Je n'aurais même pas l'idée de le mentionner, mais cela me rassérène face au mépris et à l'indifférence affichée des journalistes et des médias à l'égard d'un travail qui sortait des sentiers battus par les "nietzschéens". Ce travail n'a pu être publié tel quel (plus de 600 pages et deux lectorats différents et qui s'ignorent!). J'en ai donc fait, à regret, deux livres distincts. Depuis, je continue ma recherche. Après la question du temps et celle de l'altérité (je critique l'idée lacanienne d'un Autre absolu), j'ai abordé, avec Freud, la question de l'éthique, sur laquelle les psychanalystes n'ont eu que des vues partiales et déformantes : ce fut La Spirale du regard, aujourd'hui suivie d'Adler avec Freud, repenser le sexuel, l'amour et le souci de soi, ouvrage qui cherche à dénoncer les simplismes dont se contentent les freudiens et les adlériens, Adler a pensé la Détresse qui caractérise notre condition et la protestation qui inspire la construction, face à elle, de notre caractère. Il a également posé la question du lien social et de l'amour de manière plus radicale que Freud. Il ne faut pas les opposer mais articuler leurs apports respectifs. http://jponnier-philosophie-psychanalyse.com F...
adresse email envoyer un mail à l'auteur

Renseignements

Titre(s), Diplôme(s) :
Agrégé de philosophie. Docteur en Psychopathologie fondamentale et psychanalyse (Université de Paris VII)

Fonction(s) actuelle(s) : Enseignant(e)-Chercheu(se)

Pays d'origine : France

Bibliographie

Autres parutions

Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et chez Epicure de Karl Marx, avec les Travaux Préparatoires, traduction, introduction et notes, Bordeaux, Ducrot, 1970 (et maintenant, Nizet) Nietzsche et la question du moi, Paris, PUF, 2000, Narcissme et séduction, Pour une critique métapsychologique du concept d'idéalisation, Paris, Economica, 2003, Le Temps et le moi, Psychanalyse et ontologie, Paris, Economica, 2006, L'Autre en question, approche philosophique et psychanalytique de la Différence et Mon cours de philosophie, tome I, IS-Editions, Libres d'écrire, 2013.