Jean-Claude Hauc

Jean-Claude Hauc est né en 1949. Après des études de Lettres à Montpellier, il publie ses premiers textes en 1975 dans la revue Entailles. L'année suivante, il fonde avec d'autres jeunes écrivains (Bernard Teulon-Nouailles, Anne-Marie Jeanjean et Jean-Marie de Crozals) Textuerre, une revue littéraire exigeante faisant aussi la part belle aux arts plastiques, dont il sera l'un des maîtres d'œuvre jusqu'à sa dissolution en 1992 (70 numéros parus). Durant cette période, il se lie avec d'autres écrivains animateurs de revues : Dominique Labarrière (Rue Rêve), Christian Prigent, Jean-Pierre Verheggen… (TXT), Frédéric JM Bergounioux (Dirty), Gérard-Georges Lemaire (L'ennemi), Alain Frontier (Tartalacrème) etc., avec lesquels il participe à de nombreuses lectures de textes, ouvrages collectifs et manifestations de l'avant-garde littéraire. Jean-Claude Hauc publie également alors ses premiers ouvrages : Le fil du miroir, 1980 ; Langue nègre, 1981 ; Necromancer machine, 1983 ; Roman du plus mort que vif, 1984. Il rédige des textes sur la littérature et collabore à diverses revues sur les arts plastiques (Art Press, Artension, Pictura, Spirales, etc.). Il noue des liens solides avec plusieurs artistes qui illustrent ses livres ou pour lesquels il rédige des textes de catalogue : Serge Lunal, Daniel Dezeuze, Christian Jaccard, Ladislas Kijno, Mathias Pérez, etc. En 1985, il rencontre Gérard Fabre qui vient de fonder Cadex éditions à qui il confiera désormais la plupart de ses ouvrages: Erratiques, 1985; Les macchabs vites, 1988; Fragments d'un meurtre, 1991, etc. Ces romans, souvent âpres et violents, ont inspiré à Philippe Lekeuche ce jugement éclairant: "L'essentiel chez Hauc réside dans l'écriture et sa dynamique, acte en tension vers sa primitivité sauvage qui remue le ventre du texte et s'y traduit en épopée. L'économie qui anime son écrit réalise une poétique de l'extrême, s'efforce de cerner quelque chose qui n'a pas de fin, littéralement un infini se dépliant monstrueusement dans les limites de notre condition. Comme si le texte nous posait la question suivante: dès lors qu'elle outrepasse ce que nous croyons être, que peut, à la fin, la littérature?". Au milieu des années 90, Jean-Claude Hauc commence à s'intéresser aux auteurs libertins et aux aventuriers du XVIIIe siècle auxquels il consacrera plusieurs livres : Casanova et la belle Montpelliéraine (Cadex), Ange Goudar, un aventurier des Lumières (Honoré Champion), etc. Depuis 1999, il collabore régulièrement à la revue L'intermédiaire des casanovistes (Genève).
adresse email envoyer un mail à l'auteur

Bibliographie

Autres parutions

ROMANS ET RECITS
Textes, Le Lumen, 1979.
Le fil du miroir, Graphium, 1980.
Langue nègre (avec Alain Robinet), Textuerre, 1981.
Necromancer machine, Graphium, 1983
Roman du plus mort que vif, Jacques Brémond, 1984.
Erratiques, Cadex, 1985.
Les macchabs vites, Cadex, 1988.
Fragments d'un meurtre, Cadex 1991.
Journal de l'homme arrêté, Cadex, 1992.
Le vent du dehors, Cadex, 1993.
Une voix pour Orphée, Cadex, 1996.
La nuit du libertin, Cadex, 1998.
Fragments du solstice, Cadex, 2000.
Les eaux noires, Cadex, 2003.
L'indifférent, Cadex, 2004.
Mes petites marquises, RESzone, 2008.
La nasse, L'Harmattan, 2008.

ESSAIS ET HISTOIRE LITTERAIRE
L'appétit de Don Juan, Cadex, 1994.
Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova, Cadex, 2000.
Casanova et la belle Montpelliéraine, Cadex, 2001.
Ange Goudar, un aventurier des Lumières, Honoré Champion, 2004.
Le voyage et la plume, Les Presses du Languedoc, 2004.
Voyage de Casanova à travers la Catalogne, le Roussillon et le Languedoc, Les Presses du Languedoc, 2006.
"Aventuriers et libertins au siècle des Lumières", Editions de Paris, 2009.