Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
59562 livres | 26223 articles | 49519 ebooks | 35908 auteurs | 1246 collections | 2408 revues | 1839 vidéos | 4044 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Reza Hiwa

Reza Hiwa
Poète
Autrefois émigré kurde à Téhéran, devenu exilé politique iranien en France, passé en français expatrié, se prenant pour poète, publié par Harmattan

D’ascendance kurde, Reza Hiwa est né en 1955 dans un quartier populaire de Téhéran, Javadieh. Celui-ci étant majoritairement peuplé d’azéris, Reza apprend ainsi une langue de plus. Etre kurde, ou plutôt un Sunnite, n’était pas une chose facile à vivre à l’époque dans ce coin du pays. Donc sa propre mère, tout en parlant kurde à la maison, interdit à Reza de parler kurde, pour lui éviter l’humiliation à l’école et dans le quartier. C’est pourquoi il parle kurde avec un accent persan. Hiwa présente cet épisode de sa vie comme une dyslexie historique : « Mon œuvre la plus kurde, Promenade, n’est même pas écrite en persan ! »

Adolescent il découvre des écrivains et des poètes iraniens opposants au régime du Shah, la plupart en prison ; il lit Aimé Césaire et se familiarise avec la lutte de la libération nationale en Afrique, surtout le combat de Lumumba. Ainsi commence son parcours politique. Avec ses complices au lycée ils essayent de sensibiliser toute la classe à la situation politique en s’investissant dans les cours de dissertation en persan qu’ils transforment en leur première tribune politique.
Fils d’un Sheikh, descendant d’une lignée de Sufisme, Reza a eu une éducation plutôt libérale.
L’Université

En 1972, quand il entre à l’Université de Téhéran pour devenir ingénieur, ses parents croient avoir réalisé leur rêve. Mais une fois à l’université Reza s’investit totalement dans la politique au détriment de ce rêve. Sa mère souffre en silence sans jamais essayer de le dissuader et son père fait semblant de ne pas savoir. Ils n’en parlent jamais.

La révolution se met en route et Hiwa est à tous ses rendez-vous.

Après la révolution il reçoit sa lettre d’expulsion de l’université, l’accusant de trois crimes : être trois choses à la fois : ennemi de la Révolution, séparatiste et infidèle. La Révolution avait déjà commencé à manger ses enfants. Après cette expulsion et jusqu’à sa fuite du pays, Hiwa travaille comme chauffeur de taxi, professeur particulier et ouvrier sur les chantiers, tout en continuant ses activités politiques.

L’EXILE

Aujourd’hui, de par son métier, Hiwa parcourt bien de pays d’Europe. Il en parle dans sa préface au Rêve et Châtiment : « Sur les traces de l’Uzbek de Montesquieu dans ses Lettres Persanes, je passe de l’émerveillement à l’incompréhension et de la joie aux larmes en parcourant les cités d’Europe. Et plus je me frotte aux êtres, plus je me glisse à travers ses langues, plus je m’habitue aux coutumes d’ici ; plus je m’insurge contre le cynisme ambiant que je croise à chacun de ses carrefours ; plus je m’échauffe à l’amour et à l’amitié gratuite offerte aux mêmes carrefours... et plus je crois à l’unité de l’Homme et à celle de son destin. C’est pour ça que j’ai pris mon bâton de pèlerin et je suis parti à sa recherche. »

Mais à la différence du héros de Montesquieu, Hiwa fait de la France une de ses moitiés, qu’il range à côté de ses deux autres, et en parle à la fois de l’intérieur, de l’extérieur et …

L’Exil et l’Identité restent deux des thèmes récurrents de la poésie de Hiwa.

SA POESIE

Reza Hiwa vient d’un pays où le prix à payer pour la parole qui gène peut se négocier en sang. Un sang dont on voit la trace dans et entre les lignes de ses poèmes. Donc quand il a le droit de parole, il a une poitrine pleine à dire. Voici ses propres mots :

« [en parlant à ses poèmes-filles]
Vous n’êtes pas là pour passer le temps
Partez ! »

Ou dans Les Mots Croisés

« Il y des mots / Qui se veulent limpides / Qui saccagent le cœur / Pour porter la chose
Et il y a ceux / Qui se font obscures / Qui saccagent le sens / Pour décorer le vide »

Il cherche la poésie à venin.

Dans une période qu’il considère marquée par l’invasion Orwelienne élevée au rang scientifique par Barnays et ses disciples, il voit la poésie en première ligne de résistance pour défendre l’Homme et sa langue. Il appelle d’autres poètes à remettre la poésie à la portée des Sans-voix, pour réapprendre collectivement à rêver de nouveau. Rêver de grands projets. Et voici sa parfumerie :

« Ma plume toucha le papier
et la feuille s’envola
pour porter au loin
le parfum de la révolte »
www.r-hiwa.info
adresse email envoyer un mail à l'auteur
Renseignements
Fonction(s) actuelle(s) : Poète

Pays d'origine : Iran
Bibliographie
RÊVE ET CHÂTIMENT
Reza Hiwa - Préface de Gérard Augustin
Autres parutions

EN FRANÇAIS:

• De l’Obscure Étincelle, l’Harmattan 2004
• Rêve et Châtiment, l’Harmattan 2009

EN ANGLAIS :

• School, Index On Censorship, London, 3/2002
• Poets on Memory, Exile Writers Ink, London, 2006
Ceci contient tous les poèmes de Hiwa dans De l’Obscure Etincelle, traduits en anglais.
• The Fleeing Garden, Exile Writers Ink, London, 2006

EN PERSAN :

Ses poèmes en persan restent non publiés. Dans l’espoir de les publier en Iran, il a résisté, jusqu’aujourd’hui, à la tentative d’une publication ici en Europe. Certains de ses poèmes sont en publique sur les sites de la diaspora iranienne. Ainsi ses premiers poèmes publiés dans un livre sont dans un livre français !
• Rêve et Châtiment, l’Harmattan 2009 (2 poèmes en persan)
Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Soumettre un manuscrit


Votre espace auteur

Agenda

La presse en parle

Prix littéraires
obtenus par nos auteurs

En ce moment au



  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 18 juin 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port