Mohammed Melyani

Enseignant(e)-Chercheu(se)
Ce qui caractérise mon développement de chercheur peut être thématisé comme le milieu entre ce qui constitue, d’un côté, le sujet et les objets de mes travaux en formation et autoformation par la recherche, qui se tient (en grande partie) dans la connaissance de soi, de l’autre, mon expérience et existence dynamique au sein de groupes et collectifs de recherche (tels que le GRAF, l’ASHIF, CRF, CURSEP, Habiter, …). En parlant « d’existence dynamique » j’entends mettre en relief une certaine force ou une « poussée intérieur » inépuisable qui m’anime de l’intérieur, une multiplicité de regards et aussi de concepts, des intuitions spontanées, qui caractérise mon approche du réel formatif-transformatif dans sa complexité fluide. L’insistance de l’élan avec lequel je m’emploi de rénover un outillage conceptuel capable de traduire la réalité formative d’aujourd’hui, de rendre compte des mouvements et des transformations des pratiques d’apprentissages, me permet d’aller sans cesse au-delà de tout ce qui fait tendance et de satisfaire à cette poussée intérieure. Lors de mon passage d’une phase de ma connaissance qui m’ouvre un mode à la suivante, je dois transférer ma connaissance de soi de la phase qui précède à celle qui succède ; je dois pour ainsi d’une m’emmener moi-même sur le chemin de connaissance de soi et des autres à travers le monde.
Cette anticipation, ainsi que son implication dans le sens de la connaissance explique comment la continuation de la connaissance de soi à travers tous les états qu’un sujet chercheur doit s’attribuer exprime elle aussi un trait fondamental de la connaissance de soi , à savoir qu’elle ne s’explique pas à partir d’elle-même et qu’elle est encore moins disponible à elle-même. Mon expérience de chercheur dans le champ spécifique de l’éducation et de la formation, ma position dans la dynamique de ce champs, mon individuation de chercheur et tout ce qui rend possible la communication entre les pairs, les étudiants, le collectif et le réseau de mon appartenance, les institutions…basculent complètement du côté du vécu et du monde de l’expérience. Ce monde est celui de la « correspondance », au sens baudelairien du terme, mais aussi celui de l’interaction symbolique dont les effets sont remarquables dans les divers mécanismes de formation et de mimétisme particulièrement frappants dans les sociétés contemporaines.


J’exerce à l’université d’Amiens depuis 1992, d’abord en tant qu’ATER, puis, depuis 1994, en tant que Maître de conférences. Je suis HDR depuis 2008.
Les résultats de mes activités de recherches constituent une expérience de production d’un savoir spécifique. Ce qui caractérise mon développement de chercheur peut être thématisé comme le milieu entre ce qui constitue, d’un côté, le sujet et les objets de mes travaux durant ma carrière d’enseignant-chercheur, qui se tient (en grande partie) dans la connaissance de soi et, de l’autre, mon expérience et existence dynamique au sein de groupes et de collectifs de recherche.
Pour enrichir mes objets de recherche et de formation, chaque étape de mon parcours a été marquée par une nouvelle perspective, un nouveau questionnement guidé par des états d’insatisfaction, une nouvelle problématique organiquement liée avec l’objet qui est le sien.

adresse email envoyer un mail à l'auteur

Renseignements

Titre(s), Diplôme(s) :
HDR, Doctorat en Sciences Humaines et Sociales

Institution de travail :
Université de Picardie Jules Verne
Campus, Chemin du Thil 80025 Cedex1
Mohammed.Melyani@u-picardie.fr
tél: OO33 322828903

Fonction(s) actuelle(s) : Enseignant(e)-Chercheu(se), Ecrivain

Bibliographie

Autres parutions

 Melyani, M., A. Slowik (2010). Événements et commémoration : formation et transformation. Varsovie, Éditions IMPLUS.
 Melyani, M., Chafiqi, F. (2010). Ingénierie de la reconnaissance : de la validation des expériences. Marrakech, Ed. CRMC.
 Melyani, M. (2011). Pamięċ zbiorowa i przekaz symboliczny. In Olga Czerniawska, Andragogiczny wymiar wydarzeń. Osobistych I globalnych w badaniach biograficznych. Lodz, Pologne.
 Melyani, M. (2010). Ingénierie de l’expérience entre connaissance et action. In M. Melyani, F. Chafiqi, F. Ingénierie de la reconnaissance : de la validation des expériences. Marrakech, Éditions CRMC.
 Melyani, M. (2010). La mémoire blessée. Autour des événements de Fès du 17 au 20 avril 1912. Repères mémoriels et pédagogiques. In M. Melyani, A. Slowik. Événements et commémoration : formation et transformation. Varsovie, Éditions IMPLUS.
 Melyani, M. (2006). Expérience autoformatrice et intuition créatrice. In H. Bezille et B. Courtois (dir.), Penser la relation expérience formation. Lyon, Chronique sociale.
 Melyani, M. (2005). Joffre Dumazedier, accompagnateur et formateur d’une génération de chercheurs. In G. Le Meur (éd.), Construire la recherche. Lyon, Chronique sociale.
 Melyani, M. (2000). Les itinéraires de thèse par rapport à l’action autoformatrice : de l’initiation à la décantation. In L’autoformation dans l’enseignement supérieur. Apports européens et nord-américains pour l’an 2000. Montréal, Éditions Nouvelles.
 Melyani, M. (2013). « Maître et disciple : l’expérience de la transformation ». Pratiques de Formation–Analyses, n° 64-65.
 Melyani, M. (2004). « Cyberculture, systèmes numériques et nouveaux modes de transformations ». Les Dossiers des sciences de l’éducation, n° 12.
 Melyani, M. (2000). « Cette différence créatrice qui contient « l’autre » ou encore « personne ». Cahiers de sociolinguistique, n° 5.
 Melyani, M. (1997). « Valeurs morales des infirmièr(e)s et éthique du respect ». Recherche et formation, n° 24.
 Melyani, M. (1996). « La Préprofessionnalisation aux métiers du secteur éducatif : vers la construction d’un projet de carrière ». Carrefours de l’éducation, janvier-juin, n° 3.
 Melyani, M. (1996). « Informatique, compagnonnage et bricolage chez les adultes ». Éducation permanente, n° 127.
 Melyani, M. (1996). « Nouvelles technologies, autoformation et informatique ». Les Cahiers d’étude du C.U.E.E.P., n° 32-33.
 Melyani, M. (1995). « Professionnalisation anodine ou clé de voûte du métier enseignant ». Revue des sciences de l’éducation, vol. XXI, n° 3, p. 519-540.