Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
58574 livres | 26202 articles | 48549 ebooks | 35276 auteurs | 1231 collections | 2385 revues | 1783 vidéos | 10091 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Daniel Schweitz

Daniel Schweitz

[agrandir]
Historien(ne)
À partir de 1975, après une première initiation pratique dans le cadre du Laboratoire d'archéologie urbaine de Tours, il participe durant plus de onze ans aux travaux du séminaire d'archéologie et d'histoire de la civilisation matérielle du Moyen Âge de Jean-Marie PESEZ et Françoise PIPONNIER, à l'École des hautes études en sciences sociales. Il suit ensuite à l'École, durant plusieurs années, les travaux du séminaire d'histoire sociale et d'anthropologie historique de l'Europe de Joseph GOY, consacré aux aspects sociaux, juridiques et économiques des sociétés rurales traditionnelles (XVIIIe-XXe siècle).
De 1993 à 2008, toujours à l'École, il participe aux travaux du séminaire de Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER et Daniel NORDMAN : "L'espace français. Construction et représentations (XVIe-XXe siècle)", puis à ceux du séminaire de Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER et Nicols VERDIER : "Histoire et géographie, temps et espace".

Diplômes :

- Diplôme de l’École des hautes études en Sciences sociales (1979).
- Diplôme d’études approfondies en anthropologie sociale et historique (1981).
- Liste d’aptitude des conservateurs de musées contrôlés (1981).
- Doctorat de 3e cycle en anthropologie sociale et historique (EHESS, 1983).

RECHERCHES :

Après avoir étudié, à partir des années 1970, différents aspects de la culture matérielle préindustrielle de la Touraine, du Vendômois et du Berry, il a réorienté ses recherches à partir de la fin des années 1980. Elles portent dorénavant sur :

- l'invention des identités et perceptions traditionnelles de la Touraine et de ses confins, et plus largement du Val de Loire, du XVIIIe au XXe siècle ;
- l'histoire des sociétés savantes des chercheurs autochtones aux XIXe et XXe siècles ;
- la naissance de la discipline archéologique en Touraine aux XVIIIe et XIXe siècles.
adresse email envoyer un mail à l'auteur
Renseignements
Fonction(s) actuelle(s) : Historien(ne), Bibliothécaire de la Société archéologique de Touraine

Né(e) le 23/10/1950

Pays d'origine : France
Résidence
59, rue Jules Grévy
37000 Tours
France
tel. 06 78 33 43 15
Bibliographie
HISTOIRE DES IDENTITÉS DE PAYS EN TOURAINE (XVIE-XXE SIÈCLE)
Daniel Schweitz
Autres parutions

Bibliographie (100 titres) sur demande.

Voir bibliographie concernant la Touraine et ses confins sur le site Internet de la Société archéologique de Touraine : societearcheotouraine.eu

LIVRES :

- Daniel SCHWEITZ, L’identité traditionnelle du Vendômois. Des travaux d’érudition locale à la reconnaissance d’un pays de la Vieille France (fin XVIIIe-XXe siècle), préface de Daniel Roche, professeur émérite au Collège de France, ISBN : 9 782904 736568, Vendôme, éditions du Cherche-Lune, 264 p. (format 17x23 cm), couverture en quadrichromie, 180 illustrations NB, bibliographie de plus de 300 titres, 20 €.

Chez votre libraire habituel, ou aux éditions du Cherche-Lune, www.co-libris.net : règlement par chèque (plus 3,5 € de frais de port), avec vos noms et adresse, aux Édition du Cherche-Lune, 14 rue Honoré de Balzac, 41100 – Vendôme.

Le Vendômois apparaît comme un exemple-type de ces arrondissements, et pays traditionnels, dont l’identité contemporaine prend racine dans une longue histoire, en l’occurrence celle d’une circonscription féodale reconnue IXe au XVIIIe siècle, et plus encore dans l’identité patrimoniale tirée des travaux savants et des monuments qui en ont conservé la mémoire. Si son identité historique est incontestable, son étonnante diversité géographique accroît sa représentativité en tant que contre-exemple des pays naturels mis en valeur par les géographes vidaliens au début du XXe siècle.

Le cas du Vendômois, à la fois pays historiquement constitué et espace géographique hétérogène formé de part et d’autre de la vallée du Loir, à la marge des pays naturels qui l’encadrent, illustre la diversité de la France, qui apparaît d’ailleurs elle-même comme : « un pays de pays [...] tirant son identité de sa diversité unique, et construisant son unité sur la richesse et la complémentarité de ses différences ».

L’identité ou la perception traditionnelle du Vendômois ne s’est mise en place, sous sa forme actuelle, qu’au cours des XIXe et XXe siècles. Elle trouve l’essentiel de ses racines dans un processus d’exploration du territoire, d’étude, de fabrication et même d’invention du passé par des érudits locaux, bientôt regroupés au sein de la Société archéologique du Vendômois (1862). Leurs travaux savants ont été rapidement vulgarisés, à travers une série de publications à vocation plus ou moins touristique, contribuant à mettre en place un imaginaire du patrimoine et des hauts lieux du passé local. Cette identité a été perçue depuis le milieu du XIXe siècle comme un véritable patrimoine culturel, plus tard comme un atout de l’économie locale.

C’est l’histoire de cette invention contemporaine du pays vendômois, d’abord appropriation d’un passé prestigieux par les érudits et notables locaux, facteur d’un patriotisme vendômois en émergence, plus tard cadre d’un inventaire des richesses patrimoniales prises en compte par le tourisme ligérien, que l’on se propose ici de faire découvrir au lecteur.

Cette identité n’est pas que vendômoise, elle est également percheronne par le Perche vendômois, mancelle par le Bas-Vendômois et les Vaux du Loir, tourangelle par la forêt de Gastines et la Gâtine dite « tourangelle », enfin blésoise et même quelque peu orléanaise, beauceronne et dunoise par la Petite Beauce. Concernant l’Ancien Régime, les Manceaux se souviennent que le Bas-Vendômois appartenait au diocèse du Mans, les Orléanais que l’élection de Vendôme relevait de la généralité d’Orléans.

L’identité vendômoise participe certes d’une histoire toute locale, mais elle renvoie par moment à l’histoire de la Maison de France, au Xe comme au XVIe siècle. Aujourd’hui encore, Jean d’Orléans, descendant de Louis-Philippe, « roi des Français », été titré duc de Vendôme par le comte de Paris à l’occasion de la célébration du millénaire capétien, en 1987. Si Lavardin prétend depuis 1957 au titre de « plus français des villages de France », le Vendômois pourrait lui se regarder, ainsi que le soutenait l’érudit Gabriel Plat (1877-1950), comme le « plus français des pays de la Vieille France ».

- Daniel SCHWEITZ, Châteaux et forteresses du Moyen Âge en Val de Loire : Touraine, Anjou, Berry, Orléanais, Vendômois, marche bretonne, ISBN : 9 782854 434903, Tours, éd. CLD (diffuseur SODIS), 2006,192 p., nombr. illustrations couleurs, 30 €.

Après avoir visité plusieurs des châteaux bâtis autour du Val de Loire au Moyen Âge on pourrait « tout savoir » des évènements historiques dont ils ont été le théâtre, tout en méconnaissant les défenses qui en faisaient des résidences fortifiées et parfois même de véritables forteresses. En ce domaine, devant des ruines souvent difficiles à comprendre ou des monuments partiellement reconstruits, le visiteur est trop souvent livré à ses seules connaissances historiques et archéologiques.

Ce livre se propose de remédier à cette lacune, permettant ainsi à l’amateur averti de « vieilles pierres », comme au simple curieux, de profiter plus pleinement de ses visites. Ils y trouveront un aperçu du contexte historique et des quelques principes qui guidaient les bâtisseurs, des clés pour chercher à mieux saisir les plans, les élévations et les systèmes défensifs des châteaux et places fortes du Moyen Âge, dans une région particulièrement riche en ce domaine.

- Daniel SCHWEITZ, Cuisiner et vivre autour de l’âtre en Val de Loire (XIXe-début XXe siècle), ISBN : 9 782842 539139, Saint-Cyr-sur-Loire, Éd. Alan Sutton, 2003, 128 p., 113 illustrations NB, prix : 20 €.

Les publications concernant l’équipement de la cheminée, les ustensiles et les pratiques traditionnels de la cuisine à l’âtre en Val de Loire (Touraine, Berry, Orléanais, Anjou, fin XVIIIe-début XXe siècle) sont peu nombreuses et elles restent surtout méconnues. La cuisine à l’âtre constituait pourtant, il y encore un peu plus d’un siècle, une réalité essentielle de la vie domestique dans les campagnes ligériennes. Elle avait pour cadre une cheminée regardée comme le cœur de l’espace domestique, plus tard comme un symbole fort de la civilisation rurale préindustrielle.

Depuis quarante ans, plusieurs recherches ont fait progresser notre connaissance en ce domaine. Elle peut être illustrée par les objets exposés dans certains des musées ligériens, parfois dans le cadre d’une reconstitution d’intérieur traditionnel mis en scène autour de son foyer, comme c’est le cas à Beaugency, Châteauroux, Chinon ou Vendôme.

C’est cette documentation méconnue qu’il convenait de rassembler et de porter à la connaissance d’un plus large public, intéressé par l’équipement et les savoir-faire de la vie domestique traditionnelle, ou tout simplement séduit par le charme et les saveurs rustiques de la cuisine à l’âtre.

- Daniel SCHWEITZ, La coiffe et son imaginaire dans le folklore de la Touraine, ISBN : 9 782842 538217, Saint-Cyr-sur-Loire, Éd. Alan Sutton, 2002, 96 p., 66 illustrations NB, prix : 16 €.

Depuis le début du XXe siècle, la Tourangelle en bonnet brodé est donnée à voir comme le symbole de la Touraine traditionnelle, rurale et populaire. À l’imaginaire des villageoises tourangelles, qui portent encore la coiffe traditionnelle vers 1900, répond bientôt un autre imaginaire, celui que les folkloristes, les régionalistes et les acteurs du tourisme local vont progressivement mettre en place au cours du siècle.

C’est l’émergence de cette perception de la Tradition tourangelle, et son instrumentalisation pour les besoins du tourisme naissant, à travers l’exemple de la coiffe et de son imaginaire, que le lecteur est ici invité à découvrir. Elle participe de ce qu’il faut regarder comme une véritable invention de l’identité traditionnelle de la Touraine, à partir de la fin du XIXe siècle.

- Daniel SCHWEITZ, Histoire des identités de pays en Touraine (XVIe-XXe siècle), préface de Daniel NORDMAN, directeur de recherche au CNRS, ISBN : 9 782747 512503, Paris, L’Harmattan, 2001, 463 p.-XXVII p. de pl., prix : 36,60 €.

Une Touraine à l’image de la France. Les fondements de l’identité traditionnelle de la Touraine sont principalement d’ordre historique et culturel. Sa personnalité proprement géographique a été longtemps négligée. A bien y regarder pourtant, l’espace rural tourangeau est remarquable par la diversité de ses petites régions naturelles, comme par la forte identité des pays que la tradition y a reconnue. Cette diversité, tout à la fois géographique et culturelle, s'imposait naguère encore à l'observateur, en des contrastes souvent bien marqués dans les paysages et les genres de vie. La Touraine se prête donc tout particulièrement à une étude de cas contribuant à la connaissance de l'émergence historique et du contenu de la notion de pays. Tout autant que dans d'autres domaines, elle paraît ici à l'image de la France.

Du plat pays aux nouveaux pays. En Touraine, comme ailleurs, la reconnaissance de la diversité de l'espace rural, dont l'apparition des noms de pays est la marque la plus évidente, a été à l'origine de l'émergence des identités de pays. Elle s’inscrit dans un processus qui va de la découverte du plat pays (XVIe siècle) à l’invention des pays véritables (XVIIe au XVIIIe siècle), puis à leur instrumentalisation par les géographes et les agronomes, comme aujourd’hui par les acteurs de la politique des pays (XIXe au XXe siècle). C'est l'histoire de cette laborieuse reconnaissance de la diversité, et plus encore de l’identité géographique et culturelle de ce que les observateurs du XVIIe siècle se bornaient encore à qualifier de plat pays, que le lecteur est invité à découvrir à travers cet ouvrage.

D’abord un outil pour le géographe. Dans une étude qui s’attachera plus à la durée qu’à l’espace, on s’efforcera notamment de souligner l’apport particulier des auteurs et des publications, mais aussi des mouvements d’idées, qui ont le plus contribué à la définition des identités de pays depuis le XVIe siècle. On portera attention au fait que ces identités traditionnelles illustrent d’abord la diversité des terroirs et des paysages, qu’elles sont parfois marquées par des productions dominantes ou par un genre de vie particulier, voire par des traditions reconnaissant la spécificité anthropologique d’une population (Véron). Le lecteur percevra qu’elles résultent moins de la perception intime des terroirs par les populations autochtones, que de la nécessité pour les observateurs savants de disposer des outils géographiques nécessaires à une prise en compte de l’espace rural dans toute son extension et sa diversité.

Entre Touraine, Berry et Vendômois. L’essentiel de cette étude porte sur les pays de la Touraine, mais la Brenne et la Gâtine permettront de l’élargir à ses confins berrichons et vendômois. On s’efforcera toujours d’inscrire le cas tourangeau dans la démarche scientifique et culturelle qui mène, notamment avec la géographie vidalienne, à l’invention de la France des pays.

- Daniel SCHWEITZ, Aux origines de l’archéologie en Touraine. De l’âge des « merceries fabuleuses » à celui des sociétés d’antiquaires (XVIIe-XIXe siècle), Tours, éd. CLD, à paraître en 2011.

Si un premier intérêt pour les vestiges du passé se fait jour à partir du XVIe siècle, si les premiers « antiquaires » locaux apparaissent au XVIIIe siècle, ce n’est pas avant les années 1830 qu’apparaît, en Touraine comme ailleurs, une discipline s’attachant tout spécialement à leur étude : l’archéologie.

À partir des années 1830, par leurs explorations, leurs inventaires, leurs études, leurs débats puis leurs publications, les archéologues tourangeaux vont, en seulement quelques décennies, élargir et renouveler la connaissance, comme la perception du passé et du patrimoine de leur province. Ils vont surtout donner une matérialité aux récits des historiens et, concurremment aux architectes restaurateurs, faire émerger des « monuments historiques » et des « hauts lieux », ceux qui seront instrumentalisés par le tourisme ligérien à partir du tournant du XIXe siècle.

C’est ce moment clé de l’histoire de notre rapport au passé, avec l’émergence de la notion de « monument historique » et de patrimoine archéologique, au cours des années 1830, comme les questionnements et les travaux savants qui le précèdent depuis le XVIe siècle, que ce livre s’efforcera de mettre en lumière, à partir du cas de l’archéologie tourangelle.

LIVRES EN COLLABORATION :

- En collaboration et conseil scientifique de la réédition, Guides Bleus : Centre-Val de Loire, ISBN : 2 01242298 5, Paris, Hachette, 1996.
- En collaboration, Tours, ISBN : 2 86253 133 2, Paris, Christine Bonneton, 1992.
- En collaboration, Guides Bleus : Centre-Châteaux de la Loire, ISBN : 2 01 0155564 5, Paris, Hachette, 1991.
- En collaboration, Touraine, ISBN : 2 83253 087 5, Paris, Christine Bonneton, 1989.
- En collaboration, Architectures en Région Centre. Val de Loire, Beauce, Sologne, Berry, Touraine, ISBN : 2 01 011980 0, Paris, Hachette et Conseil régional du Centre, 1988.

A paraître en 2011 :

- Daniel SCHWEITZ, Une Vieille France : la Touraine. Territoire, histoire, patrimoine, identités (XIXe-XXe siècles), Tours, CLD, 2011.

La Touraine n’est pas une province ordinaire, et avec le Val de Loire dont elle est inséparable, elle passe pour être une parfaite image de la Vieille France, en référence notamment au long séjour des rois de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance sur les bords de la Loire. Elle est donnée à voir, depuis la fin du XVe siècle, comme le Jardin de la France. C’est également une province censée parler la Langue telle qu’elle a été illustrée par Rabelais et Balzac. Depuis plus d’un siècle, on vient du monde entier y goûter, sur les bords du dernier fleuve sauvage d’Europe, un art de vivre qui prend racine dans une histoire, un patrimoine culturel et des imaginaires que le tourisme a mis en lumière.

À côté de cette première Touraine, et au-delà des clichés flatteurs de la promotion touristique, il y a une autre Touraine, intime et méconnue, celle des Tourangeaux, celle des bourgs et des pays oubliés. L’une et l’autre de ces Touraine(s) ont une identité qui a été reconnue, on pourrait dire inventée, depuis deux siècles, par une cohorte d’érudits dont les travaux ont été vulgarisés par les publications touristiques.

Le lecteur est invité à entrer dans l’intimité de ces Touraine(s), qui illustrent, chacune à leur manière, une part de la remarquable diversité géographique, humaine et culturelle de la Vieille France : « pays de pays, tirant son identité de sa diversité unique, construisant son unité sur la richesse et la complémentarité de ses différences » a pu écrire un historien. L’Indre-et-Loire, indissociable de l’ancienne Touraine, illustre le cas d’un département-province dont une part notable de l’image, de la richesse culturelle et du dynamisme économique d’aujourd’hui, prend racine dans un passé qu’il a eu l’intelligence de valoriser.

ARTICLES RECENTS :

II - Recherches sur les identités traditionnelles de la Touraine et de ses confins : Territoire, patrimoines, imaginaires (XVIIIe-XXe siècle)

Invention des identités traditionnelles

- « Une forêt gâtée pour pays : l'identité traditionnelle de la Gâtine tourangelle (XIe-XIXe siècle) » Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLIII, 1993, p. 931-949.
- « Du pays traditionnel au pays d'accueil : l'identité de la Gâtine tourangelle depuis 1850 », Norois, revue géographique de l'Ouest et des pays de l'Atlantique Nord, 1994, 163, p. 399-418.
- Aux origines de la France des pays : Histoire des identités de pays en Touraine (XVIe-XXe siècle), préface de Daniel Nordman, directeur de recherche au CNRS, Paris, L’Harmattan, 2001, 463-p.-XXVII p. de pl.
- L’Identité traditionnelle du Vendômois : des travaux d’érudition locale à la reconnaissance d’un pays de la Vieille France (fin XVIIIe-XXe siècle), préface de Daniel Roche, professeur émérite au Collège de France, Vendôme, Éd. du Cherche-Lune, 2008, 263 p.

Identité culturelle des pays ligériens

- avec Bernard Toulier, « Ethnographie », in Touraine, Paris, Éditions Christine Bonneton, 1989, p. 75-207.
- « Vivre à Tours naguère », in Tours, Paris, Éditions Christine Bonneton, 1992. p. 155-237.
- « Images du Centre-Val de Loire », in Schweitz (Daniel), Vallée-Toulier (Christine, dir.), Les Guides Bleus. Centre-Val de Loire, Paris, Hachette, 1996, p. 56-71.
Une vieille France : la Touraine. Territoire, patrimoine, identités (XIXe- XXe siècles), Tours, CLD, 2010, à paraître

Perception du patrimoine historique

- « Sur l’âtre rustique de l’ancien musée du Terroir de Loches », Le Val de l’Indre, 17, 2005, p. 45-51.
- « Sur l’émergence d’une identité patrimoniale en Vendômois : l’exemple des études sur le château de Lavardin (XIXe-XXe siècles) », Bulletin de la Société archéologique du Vendômois, 2006, p. 72-93.
- « Sur la perception d’une identité patrimoniale en Touraine : Amboise vue par les premiers guides Hachette (1854-1938) », Ambacia, 2006, p. 31-48.
- « De l’usage quotidien aux collections du musée : les coiffes à Loches au début du XXe siècle », Le Val de l’Indre, 18, 2006, p.75-80.
- Sur la perception de l’identité patrimoniale du Vendômois : l’exemple des ruines de Lavardin aux XIXe et XXe siècles », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 61, 2006, p. 120-159.
- Châteaux et forteresses du Moyen Âge en Val de Loire, Touraine, Anjou, Berry, Orléanais, Vendômois, marche bretonne, Tours, CLD, 2006, 192 p.
- « Châteaux ruinés, châteaux préservés : regard sur le patrimoine médiéval autour du Val de Loire », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 62, 2007, p. 28-38.
- « À propos des imaginaires du château médiéval autour du Val de Loire », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 62, 2007, p. 39-49.
- « Sur l’étude et la protection des châteaux et fortifications du Moyen Âge en Vendômois (XIXe-XXe siècles) », in Claude Leymarios, avec Daniel Schweitz, André Michel, Forteresses médiévales en Vendômois, Blois, Comité départemental du patrimoine et de l’archéologie en Loir-et-Cher, coll. Documents, 11, 2007, p. 7-12.
- « Pour observer et comprendre l’architecture militaire du Moyen Âge autour du Val de Loire » in Claude Leymarios, avec Daniel Schweitz, André Michel, Forteresses médiévales en Vendômois, Blois Comité départemental du patrimoine et de l’archéologie en Loir-et-Cher, coll. Documents, 11, 2007, p. 13-23.

Perception des territoires

- « De la ruine naturelle à la Petite Suisse tourangelle : l’invention du site des Rochers de Courçay (XIXe-XXe siècles) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LIII, 2007, p. p. 241-270.
- « En suivant le cours de l’Échandon avec Alexis Monteil : observations ethnographiques en Champeigne tourangelle vers 1800 », Le Val de L’Indre, 20, 2008, p. 51-60.
82 - « Nouveaux pays et identité départementale : le cas du Loir-et-Cher et de l'Indre-et-Loire », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 63, 2008, p. 145-171.
- « Un premier regard ethnographique sur la Touraine : les promenades d’Amans Alexis Monteil (vers 1804) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LIV, 2008, p. 175-195.
- « À propos de la carte murale d’Indre-et-Loire dressée par l’instituteur Émile Millet en 1924 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LVI, 2010, à paraître.

Photographie et identités traditionnelles

- « Un intérieur domestique traditionnel à Loches vers 1900 : pour une relecture ethno-historique des premières cartes postales tourangelles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2006, 1, p. 141-157.
- « Autour de la cave du troglodytique ligérien. Essai de relecture de quelques cartes postales du début du XXe siècle », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LII, 2006, p. 279-295.
- « Un regard sur la vie rurale traditionnelle dans la vallée de l’Indre : l’excursion de la Société photographique de Touraine à Courçay (1899) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LIII, 2007, p. 225-233.
- « Cartes postales des années 1900 : un regard sur la vie domestique traditionnelle en Touraine », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LVII, 2011, à paraître.

Traditions populaires et identités locales

- « Figures pittoresques de l'archéologie tourangelle vers 1900 : César et Léon Girardin, explorateurs des souterrains du château de Loches », Le Val de l'Indre, 4, 1992, p. 79-84.
- « Une ceinture de la Vierge pour accoucher selon la tradition », Le Val de l'Indre, 5, 1993, p. 27-46.
- « Saint Ours et les traditions populaires lochoises », Le Val de l'Indre, 6, 1994, p. 49-61.
- La coiffe et son imaginaire dans le folklore de la Touraine, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, 2002, 96 p.
- « Le voyage à saint Silvain de Noyers, vu par le Tourangeau Victor Le Febvre (1877). Pèlerinages et médecine populaire entre Touraine, Sologne et Berry Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 60, 2005, p. 187-218.
- « Un haut lieu du Régionalisme d’avant 1914 : le Théâtre de la Nature de Courçay-sur-Indre », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LVI, 2010, à paraître.

Pratiques et imaginaires de la vie domestique

- Cuisiner et vivre autour de l'âtre rustique en Val de Loire, Touraine, Berry, Orléanais, Anjou (XIXe-début XXe siècle), Saint-Cyr-sur-Loire, Éd. Alan Sutton, 2003, 128 p.
- « Cheminée et troglodytisme traditionnel dans les vallées ligériennes, Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 62, 2007, p. 196-206.

III - Recherches sur l’érudition locale et ses sociétés savantes en Touraine (XVIIIe-XXe siècle)


Histoire de l’érudition locale

- « L'œuvre ethnographique de Jacques-Marie Rougé (1873-1956) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLII, 1990, p. 277-296.
- « Le Lochois : un pays traditionnel ? », Le Val de l'Indre, 3, 1991, p. 71-76.
- « La création du musée de Loches (1913-1925) », Le Val de l'Indre, 4, 1992, p. 69-72.
- « Une source de l'identité tourangelle : le musée du Terroir de Loches », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, XLIII, 1992, p. 679-702.
- « Jacques-Marie Rougé (1873-1956). Une lettre, une œuvre, une personnalité », Bulletin des Amis du pays lochois , 20, 2005, p. 161-171.
- « Un écrivain républicain à Genillé : Victor Le Febvre (1824-1892) », Bulletin des Amis du pays lochois, 20, 2005, p. 173-177.
- « Bibliographie de Jacques Marie Rougé : traditionnisme, ethnographie, régionalisme (fin XIXe-début XXe siècle) », Bulletin des Amis du pays lochois, 21, 2006, p. 217-231.
- « Alexandre Danouilh de Salies (1815-1883). Un exemple de rédemption sociale par l’érudition locale et le journalisme », Revue de Comminges,CXXIII, 2007, 3-4, p. 317-350 [archéologue vendômois].
- « Nécrologie : Pierre Robert (1928-2009) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LV, 2009, p. 32-35.
- « Pierre Leveel et la Société archéologique de Touraine », Mélanges Pierre Leveel, in Mémoires de la Société archéologique de Touraine, LXVII, 2010, p. 11-16.
- « Une bibliographie tourangelle : Pierre Leveel (1948-2010) », Mélanges Pierre Leveel, in Mémoires de la Société archéologique de Touraine, LXVII, 2010, p. 175-180.
- « Un bibliographe amboisien : Marcel Taupin (1920-2010) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LVI, 2010, à paraître.
- « Sur la création des jetons de présence de la Société archéologique de Touraine (1841) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LVI, 2010, à paraître.

Les outils de l’érudition locale

- « La nouvelle bibliothèque de la Société archéologique de Touraine (1940-2007) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LIV, 2008, p. 245-265.
- « La première bibliothèque d’étude de la Société archéologique de Touraine (1840-1940 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LV, 2009, p. 207-243.
- « L’incendie de la Bibliothèque de Tours (juin 1940) », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine, 22, 2009, p. 183-202.

Histoire de l’archéologie en Touraine

- « En Bas-Vendômois, à Montoire et à Lavardin, sur les pas des érudits tourangeaux d’avant 1914 », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LIV, 2008, p. 13-16.
- « Aux sources du tourisme en Vendômois : les excursions archéologiques d’avant 1914. 1re partie », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 64, 2009, p. 99-117 ; 2e partie, 65, 2010, p. 129-151.

LIVRES EN CHANTIER (2011-2012) :

- Aux origines de l’archéologie en Touraine. Des premiers travaux d’érudition à la création d’une société d’antiquaires (XVIe-XIXe siècle), livre en cours de rédaction (2011).

Si un premier intérêt pour les vestiges du passé se fait jour à partir du XVIe siècle, si les premiers « antiquaires » locaux apparaissent au XVIIIe siècle, ce n’est pas avant les années 1830 qu’apparaît, en Touraine comme ailleurs, une discipline s’attachant tout spécialement à leur étude : l’archéologie.

À partir des années 1830, par leurs explorations, leurs inventaires, leurs études, leurs débats puis leurs publications, les archéologues tourangeaux vont, en seulement quelques décennies, élargir et renouveler la connaissance, comme la perception du passé et du patrimoine de leur province. Ils vont surtout donner une matérialité aux récits des historiens et, concurremment aux architectes restaurateurs, faire émerger des « monuments historiques » et des « hauts lieux », ceux qui seront instrumentalisés par le tourisme ligérien à partir du tournant du XIXe siècle.

C’est ce moment clé de l’histoire de notre rapport au passé, avec l’émergence de la notion de « monument historique » et de patrimoine archéologique, au cours des années 1830, comme les questionnements et les travaux savants qui le précèdent depuis le XVIe siècle, que ce livre s’efforcera de mettre en lumière, à partir du cas de l’archéologie tourangelle.

- La Société archéologique de Touraine : projet, acteurs, pratiques et sociabilité de l’érudition locale (1840-1940), livre en chantier (2011-2012).
Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Soumettre un manuscrit


Votre espace auteur

Agenda

La presse en parle

Prix littéraires
obtenus par nos auteurs

En ce moment au



  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 16 février 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port