• Couverture L'ouïe et le non paradoxe de l'hypocondrie cotardienne

L'OUÏE ET LE NON PARADOXE DE L'HYPOCONDRIE COTARDIENNE

Jorge Cacho 1

revue d'origine de cet article : Psychologie Clinique 10

Date de publication : janvier 2001
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Résumé
L'hypocondrie a représenté un des enjeux importants des débats entre
aliénistes. Les auteurs de l'époque démontrent que, dans sa marche, la forme
corporelle et hyperesthésique s'accompagne très souvent de tendances
spécifiques au délire qu'ils appelaient alors systématisé, se transformant par la
suite en délire de persécution. Les remarques de l'enseignement de Lacan nous
permettent de mieux nous orienter dans cette clinique de l'hypocondrie dont le
Cotard représente son point-limite, où l'organe inexistant au début de
l'évolution mélancolique finit, dans le délire d'énormité, par envahir et se fondre
dans l'univers, en faisant un avec lui, en devenant un tout avec lui

     
  • ISBN : 2-7475-0056-X • janvier 2001 • 10 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : recto