• Couverture L’œuvre d’art dite totale et l’espace du mythe
  • 4eme L’œuvre d’art dite totale et l’espace du mythe

L’œUVRE D’ART DITE TOTALE ET L’ESPACE DU MYTHE

Pouvoir civil et pouvoir religieux
Date de publication : février 2010
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Résumé
Chez Wagner, le problème de la spatialité se pose au vu de sa conception
de l’œuvre d’art comme "drame" (celui-ci s’effectuant par définition à partir
de la musique, "drame musical" ne serait qu’un pléonasme). Cet acte, intégral
plutôt que total, où la musique devient visible, s’explique comme
l’instant de l’autoconstitution d’un "peuple", de spectateurs en tant que cocréateurs
actifs ; il n’a rien à voir avec une prétendue synthèse des arts. Préciser
la nature de l’activité exigée du spectateur, c’est soulever la question du
"mythe" au sens wagnérien, qui ne concerne donc pas la mise en intrigue
mais une discipline de la perception, constitutive d’un espace où s’engendre
d’abord la visibilité. On décrit quelques exemples de cette spatialité, notamment
dans l'Or du Rhin, et en vue de ce que la théorie wagnérienne appelle la
destruction de l’État, corrélat de la genèse du "peuple". Enfin, le drame se
voit soustrait au schématisme des genres littéraires, pour trouver son lieu au
sommet du genre dit lyrique

     
  • ISBN : 978-2-296-11366-4 • février 2010 • 18 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat