Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
41852 livres | 23388 articles | 36407 ebooks | 27681 auteurs | 927 collections | 1830 revues | 1840 vidéos | 3071 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan
Rechercher un titre ou un auteur    > recherche avancée

Article

article revue auteur
Détail de l'article
INSERTION DE L'ÉCONOMIE DANS LES ÉCOSYSTÈMES NATURELS
André Gabus
ECONOMIE ENVIRONNEMENT, NATURE, ÉCOLOGIE


Contribution au débat "ÉCONOMIE ET ÉCOLOGIE" organisé par les Cahiers d'économie de l'innovation (dir. Sophie BOUTILLIER et Dimitri UZUNIDIS, Éd. Innoval-L'Harmattan) pour le 13è salon de la revue (18-19 octobre 2003, Paris).


décembre 2004 • 5396 signes  • 3122 clics •  consultation libre
     [retour]     
 
Passage obligé du cycle de l'eau et du cycle du carbone, l'atmosphère subit par contrecoup la pression de l'économie sur les ressources minérales, fossiles et végétales : gaz carbonique et vapeur d'eau tendent à s'y accumuler avec pour conséquences une amplification de l'effet de serre et un réchauffement climatique alarmant. Cette transformation physique de la planète n'en est pas pour autant une fatalité. Capable du pire, l'économie l'est aussi du meilleur : en modifiant leur "machine à créer des richesses", les humains peuvent en effet réduire les émissions néfastes et aussi la teneur en carbone atmosphérique par un renforcement des absorptions du couvert végétal.

A la société d'imposer à l'économie une contrainte globale, de telle sorte à parvenir à contenir la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Les technologies anti-réchauffement passant par l'investissement, aux Etats de réguler aussi le marché, de telle sorte que l'entrepreneur innovant soit récompensé et l'entrepreneur à la traîne pénalisé. Le Protocole de Kyoto est appelé à fournir un cadre à cette double exigence.

Au nom du respect de "l'intégrité environnementale", contrainte et rigueur des nouvelles dispositions institutionnelles ne sauraient toutefois franchir le seuil au-delà duquel l'investissement anti-réchauffement climatique n'a plus d'attraits financiers. Le risque de non-investissement serait alors plus dommageable que le risque de "tromper l'atmosphère" par d'éventuelles échappatoires. Après l'application des premières mesures qui ne coûtent rien (ou pas grand chose), les solutions techniques à la surchauffe atmosphérique n'interviendront en effet que portées par l'investissement.

C'est là un des sujets qui sera abordé dans le débat ici annoncé ; c'est aussi un des "fondamentaux" qui est notamment développé dans L'économie mondiale face au climat, l'ouvrage d'André GABUS qui vient de paraître aux Éditions L'Harmattan dans leur collection "Économie et Innovation".

Pour sa part, l'équipe dunkerquoise (qui anime cette dernière et organise le débat en question) (1) indique fort à propos dans le précédent numéro de la revue INNOVATIONS, paru sous le titre " L'économie du siècle, points critiques de l'accumulation "(2), que le capitalisme a su s'adapter notamment en "marchandisant" les nouvelles aspirations sociétales et en élargissant ainsi les bases du profit. L'atténuation de l'effet de serre, en tant que service rendu à la communauté des humains, n'échappe pas à ce potentiel de transformation interne.

L'économie mondiale face au climat sous-titre A responsabilités accrues, opportunités nouvelles. Pour importantes que puissent devenir ces dernières, leur ampleur reste incertaine. Il est peu vraisemblable que la lutte anti-réchauffement climatique soit de nature à donner une impulsion nouvelle à la croissance économique qui soit décisive ; elle ne paraît pas en tout cas devoir répondre à un besoin de la société (3) comparable en intensité à la demande de biens durables de l'après-guerre ou, plus récemment encore, à la poussée des achats de produits et services liés aux nouvelles technologies de l'information.

De son côté, la revue INNOVATIONS considère aussi, dans son dernier numéro paru sous le titre " Risques écologiques, dommages et intérêts " (4), que la réponse à la dégradation de l'environnement est une source inépuisable d'innovations. En traitant des aspects historiques et actuels du risque écologique, elle montre par ailleurs comment depuis le 18e siècle les économistes, à l'origine fervents défenseurs du principe d'exploitation à volonté de la nature, ont entrepris d'adhérer tièdement aujourd'hui au " principe de précaution ".

Un capitalisme revisité et plus responsable du milieu naturel parviendra-t-il à relever le défi des dérèglements climatiques liés aux activités humaines ? Pourquoi pas ? A la société des humains d'en décider. Economie et écologie ne peuvent toutefois que conclure un mariage de raison, système économique et écosystèmes naturels s'interpénétrant en effet, mais à des rythmes et conditions pas nécessairement toujours compatibles.

André Gabus, septembre 2003


1. UNIVERSITÉ DU LITTORAL-CÔTE D'OPALE, Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation, Dunkerque, http://www-heb.univ-littoral.fr/rii/
2. BOUTILLIER, S. et al., " L'économie du siècle, points critiques de l'accumulation ", in D. Uzunidis (sous la direction de), INNOVATIONS, Cahiers d'économie de l'innovation, N°17 2003-1, éd. Innoval-L'Harmattan.
3. Même après des événements précurseurs du réchauffement climatique comme les désastres causés par la canicule de l'été 2003 en Europe ou le raccourcissement de la saison de ski dans les stations de basse altitude dans les Alpes.
4. BOUTILLIER, S. et al., " Risques écologiques, dommages et intérêts ", in D. Uzunidis (sous la direction de), INNOVATIONS, Cahiers d'économie de l'innovation, N°18 2003-2, éd. Innoval-L'Harmattan.


Imprimer cet article
du même auteur
DES PLANTATIONS FORESTIERES TROPICALES POUR LIGNOCARBURANTS - LA FAISABILITÉ DES DIFFÉRENTES FILIÈRES DE PRODUCTION À L'ORDRE DU JOUR
André Gabus & Alexander Hawthorne
LIGNOCARBURANTS : UNE RÉPONSE AUX DÉFIS DE L'APRÈS-PÉTROLE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE (LES)
André Gabus & Bernard Martin
VERS UNE VERSION REVUE ET CORRIGÉE DU CAPITALISME FINANCIER ? - DU DÉMARRAGE HÉSITANT DU G-20 VERS LA PRÉVENTION DES CRISES
André Gabus & Alexander Hawthorne
Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Être édité

Agenda

Louer une salle
au coeur du
Quartier Latin

En ce moment au Lucernaire :

  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 27 novembre 2014 | © Harmattan 2009 - 2014 | À propos | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port