"DONC TU TE DÉGAGES DES HUMAINS SUFFRAGES…"

Serge Venturini

Date de publication : avril 2005

Tant d’échecs et si peu de victoires. Mais qu’importe !

Ma cendre sera plus chaude que leur vie, disait Marina Tsvétaïéva.

L’Insignifiant étant devenu l’essentiel, la littérature et la poésie ne fonctionnent plus qu’en réseaux, — ceux de l’Insignifiance !

Ou bien vous montrez patte blanche, ou bien, — circulez… Les éditeurs n’ont plus d’yeux que pour la marchandise. Ce livre va-t-il se vendre, et à combien d’exemplaires ?

— Prodigieuse interrogation !

Ils ne savent d’ailleurs plus lire, encore moins écrire. Chez eux, tout est inversé, ils marchent à l’envers, la Terre n’est pas pour eux, — ces esprits crépusculaires !

A l’heure du faux, tout est devenu Roman, tout ne se finit plus en chansons, mais en roman de la réalité, et la poésie disparaît des choses vues, elle devient l’invisible, et aussi l’inexistant.

Jamais, je n’ai vu, lu, pareille détestation !

— C’est donc l’hiver des poètes, un enfer polaire où la poésie grelotte, même si certains parlent encore d’un Printemps, à moins que cela ne soit l’enseigne d’une grande surface parisienne. Que dire des écrivains ou des poètes qui ne répondent plus au courrier ? La passion de vivre et de lire s’est perdue, la grande curiosité d’esprit, ainsi que le courage et l’admiration pour ce qui est inconnu.

La couardise de vue des prédateurs est partout manifeste, — les allongés sont légions. Il ne s’agit plus de VOIR, mais uniquement d’ÊTRE VU.

Ne cherchez pas des voyants parmi ceux-là, point de visions chez ces esprits obtus, vous ne trouverez que des aveugles de l’esprit, au mieux quelques affreux borgnes de la pensée. Leur parole myope n’engage à rien qui ne soit digne du politiquement correct. Tout est selon eux dans la forme. Ne leur parlez pas de gouffres, ils craignent par-dessus tout la profondeur, ces lisses prédicateurs de la grande surface. Le cheval de Troie américain est bien rodé. Voilà que les Barbares s’installent avec leur méthode.

Nous connaissons la suite. Panurge and coo !…

Courage, résistons ! — Exigeons le transhumain !

Nous ne sommes déjà plus de ce temps, et les grands combats continuent, — Tristes sires amblyopes de l’âme !

     
  • avril 2005

du même auteur

À CHAQUE DEGRÉ, L'INACCOMPLI
(extrait de Éclats d'une poétique de l'inaccompli)
LIVRE IV
Serge Venturini
ALLER AU-DELÀ DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
ASPHODÈLES DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
AUTRE NUIT, AUTRE LUMIÈRE, INFRANGIBLES
Serge Venturini
BRILLENT LES PERLES DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
CE QUE JE DOIS À MARINA TSVETAEVA
Serge Venturini
CE QUELQUE CHOSE D'UN ANGE
Serge Venturini
CHAUDRON NOIR !
Je suis flèche, je suis foudre, je flamboie
Serge Venturini
COEURS SANS HAINE, COEURS SANS PARTI, COEURS NUS, COEURS SERRÉS
Serge Venturini
COLÈRE DE L'HOMME TRANSVISIBLE
Serge Venturini
COMBAT
Serge Venturini
COMME ELLE EST GRANDE LA SOLITUDE DU ROSSIGNOL
Serge Venturini
CONTRE LA HAINE DE LA POÉSIE : RÉSISTANCE !
Lettre aux castors
Serge Venturini
CONTRE LES CORBEAUX DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Serge Venturini
CONVERSATION SANS ÂGE SUR LA PLACE DU MARCHÉ À PROPOS DE POÉSIE
Serge Venturini
CRIMES SONT ORGANISÉS (LES)
Serge Venturini
DAÉNÂ, LA TERRE S'OUVRIT DEVANT MOI
Serge Venturini
DE LA HAINE MÉDIATIQUE DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Lettre ouverte à monsieur Philippe Sollers
Serge Venturini
DE PROFUNDIS
Serge Venturini
DLE YAMAN
ou LE DEUIL INACCOMPLI
Serge Venturini
ENTRE SONS ET VISIONS, LE GRAND SAUT
Rimbaud, Blok, Tsvetaeva, Brodsky...
Serge Venturini
ENTRE VISIBLE ET INVISIBLE, L'ÉNIGME DU SURVISIBLE
Serge Venturini
FAUT-IL RESSUSCITER SAYAT-NOVA EN EUROPE ?
Serge Venturini
FLEUR DE L'AMANDIER REFLEURIRA (LA)
Serge Venturini
GARRY KASPAROV JETÉ EN PRISON COMME UN CRIMINEL
Serge Venturini
HÉRISSONS-NOUS !
Serge Venturini
J’AI TRADUIT SAYAT-NOVA COMME UN FRÈRE
Serge Venturini
MANOUCHIAN LE POÈTE
Serge Venturini
MATIÈRE DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
NAHAPET KOUTCHAK, PAROLE D'ARCHER (1500 ? - 1592)
Serge Venturini
NON, PAS QU'UN SONGE TOURBILLONNANT
Serge Venturini
Ô PARNIMEDE, TOI AUSSI, TU AS FRANCHI LE SEUIL DU TRANSVISIBLE...
Serge Venturini
ŒIL AILÉ DU TRANSVISIBLE (L')
Serge Venturini
OISEAU TRANSFIGURÉ DE MUSIQUES ET DE PLUMES
Serge Venturini
OMBRES ENSOLEILLÉES DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
OSSIP MANDELSTAM, L'ULTRA LUCIDE
Serge Venturini
PELLICIA DI MANDELSTAM (LA)
Serge Venturini
PIER PAOLO PASOLINI
Vers une nouvelle préhistoire ?
Serge Venturini
POÉSIE : DIABLOTINS DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Serge Venturini
POÉSIE, VOYANCE, ENFER ET ENVOÛTEMENT
Serge Venturini
PONT FRANCHI DU TRANSVISIBLE (LE)
Serge Venturini
POUR PATRIZIA GATTACECA
Personne, donc !
Serge Venturini
QUE VIVE L'HOMME-FOUDRE !
Serge Venturini
RAINER MARIA RILKE
« Tout ange est terrible »
Serge Venturini
RÉFLÉCHIR LE PASSAGE ENTRE VISIBLE ET INVISIBLE
Serge Venturini
RÉSISTANCE DE LA POÉSIE
Serge Venturini
SANDALE D'EMPÉDOCLE, AUTRE SIGNE (LA)
Serge Venturini
SAYAT-NOVA CHEZ TCHARENTS
Serge Venturini
SONS ET VISIONS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
SUR LE PONT AUX FANTÔMES
Serge Venturini
SUR LE SEUIL DE LA PORTE, VISIONS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TIGRE DE L'ŒIL (LE)
Serge Venturini
TRANSHUMANTS DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
TRANSPARENCE DE L'INVISIBLE
ou Le visage de Mandorla
Serge Venturini
TRANSPORTS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TRANSVISIBLE : AU-DELÀ DU PONT LA TRANSPARENCE
Serge Venturini
UN IMMENSE POÈTE DE L'AMOUR : SAYAT-NOVA
Ressusciter Sayat-Nova (1722-1795)
Serge Venturini
UN PEU D'AIR QU'ON DÉROBE
Serge Venturini
VENDANGES DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
YEUX FERMÉS DE LA NUIT (LES)
Serge Venturini