LITTÉRATURE POÉSIE
Date de publication : mai 2005

Où ils font un désert, ils disent qu'ils apportent la paix.
TACITE

O grande est la paix des déserts ! Ainsi parlent les poètes. J’habite Paris, un immense désert, un désert de la pensée, où chacun est un désert plus ou moins peuplé d’ombres et de spectres. Ce vent de nuit qui siffle ne remue qu’un peu d’air et de poussière. Les démons sont bien là, barbus et bombeurs, égorgeurs, les esprits sont en lutte, ― que dis-je en guerre. Le barbare, c'est toujours l'autre !

Les déserts s’accroissent et la pleine lune s’avance derrière les nuages, elle glisse sur un aride paysage de solitude. Cette rumeur qui semble tomber de quelques étoiles, que dit-elle ? Rien ! Le vide ! ― Rien que le vide ! Celui de la plus grande lucidité, de la plus noire peste, ― déréliction !

J’entends l’écho fusillé, silence que rien ne vient troubler, sauf le déplacement du serpent sur le sable. Pourtant dans ce pays de la soif, je peux non sans mystère parler sans être écouté, compris, peut-être le serai-je plus en plein désert ? ― Non ! Je ne serai qu’un étranger de plus parmi les étrangers. Rien de plus !

À l’heure de la mondialisation, Paris n’est qu’un bled, un trou, la France, une zone de l’Europe marchande. Chaque citoyen que l’on croise ne rêve que d’oasis, d’une vaste Thébaïde, tout en sachant que dans ce chaos tout n’est que mirage, havre d’illusions. Ceux qui gardent l’espérance en ce monde du mensonge chaque jour organisé ne croient qu’aux chimères, ― les malheureux !



La vérité n’étant qu’une apparence, tout est trompe-l’œil, ― simulacre et l’Europe des libéraux une Putain avec ses maquereaux. Les gouvernants ne veulent pas de la vérité, ils ne désirent que du spectacle. ― Où est donc passée l’Europe des nations, l’Europe des peuples ?

Nous vivons dans un mensonge permanent entretenu comme un feu par une classe politique à bout de souffle, de plus en plus éloignée de la vie des citoyens, les élites sont dévoyées, sans aucune dignité, avec des médias-valets, ― les uns comme les autres, au service du Kapital.

Mais, d’autres sont habités de visions, hantés de mots, porteurs du souffle. Ces exilés de la vraie vie ne travaillent qu’à l’oreille et ces quelques voyants ne désarment pas. Bien au contraire, ces précaires croient à l’impossible, à la fracassante Parole et à la sortie du désert. ― Vite, une palmeraie ! ― Un peu de ce pays de cocagne… Apollon !

Une brise agite les palmes près d’un brasier, des dattes d’or collantes et brillantes sont à portée de doigts, des feuilles de menthe recouvertes de rosée parfument la nuit. Je vois les larges yeux du tigre, les yeux tendres du tigre brûlant, du tigre flamboyant que je chevauche dans le temps.

Et quoi, à l’horizon, cette lumière violette … Le jour, déjà.

     
  • mai 2005

du même auteur

"DONC TU TE DÉGAGES DES HUMAINS SUFFRAGES…"
Serge Venturini
À CHAQUE DEGRÉ, L'INACCOMPLI
(extrait de Éclats d'une poétique de l'inaccompli)
LIVRE IV
Serge Venturini
ALLER AU-DELÀ DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
ASPHODÈLES DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
AUTRE NUIT, AUTRE LUMIÈRE, INFRANGIBLES
Serge Venturini
BRILLENT LES PERLES DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
CE QUE JE DOIS À MARINA TSVETAEVA
Serge Venturini
CE QUELQUE CHOSE D'UN ANGE
Serge Venturini
CHAUDRON NOIR !
Je suis flèche, je suis foudre, je flamboie
Serge Venturini
COEURS SANS HAINE, COEURS SANS PARTI, COEURS NUS, COEURS SERRÉS
Serge Venturini
COLÈRE DE L'HOMME TRANSVISIBLE
Serge Venturini
COMME ELLE EST GRANDE LA SOLITUDE DU ROSSIGNOL
Serge Venturini
CONTRE LA HAINE DE LA POÉSIE : RÉSISTANCE !
Lettre aux castors
Serge Venturini
CONTRE LES CORBEAUX DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Serge Venturini
CONVERSATION SANS ÂGE SUR LA PLACE DU MARCHÉ À PROPOS DE POÉSIE
Serge Venturini
CRIMES SONT ORGANISÉS (LES)
Serge Venturini
DAÉNÂ, LA TERRE S'OUVRIT DEVANT MOI
Serge Venturini
DE LA HAINE MÉDIATIQUE DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Lettre ouverte à monsieur Philippe Sollers
Serge Venturini
DE PROFUNDIS
Serge Venturini
DLE YAMAN
ou LE DEUIL INACCOMPLI
Serge Venturini
ENTRE SONS ET VISIONS, LE GRAND SAUT
Rimbaud, Blok, Tsvetaeva, Brodsky...
Serge Venturini
ENTRE VISIBLE ET INVISIBLE, L'ÉNIGME DU SURVISIBLE
Serge Venturini
FAUT-IL RESSUSCITER SAYAT-NOVA EN EUROPE ?
Serge Venturini
FLEUR DE L'AMANDIER REFLEURIRA (LA)
Serge Venturini
GARRY KASPAROV JETÉ EN PRISON COMME UN CRIMINEL
Serge Venturini
HÉRISSONS-NOUS !
Serge Venturini
J’AI TRADUIT SAYAT-NOVA COMME UN FRÈRE
Serge Venturini
MANOUCHIAN LE POÈTE
Serge Venturini
MATIÈRE DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
NAHAPET KOUTCHAK, PAROLE D'ARCHER (1500 ? - 1592)
Serge Venturini
NON, PAS QU'UN SONGE TOURBILLONNANT
Serge Venturini
Ô PARNIMEDE, TOI AUSSI, TU AS FRANCHI LE SEUIL DU TRANSVISIBLE...
Serge Venturini
ŒIL AILÉ DU TRANSVISIBLE (L')
Serge Venturini
OISEAU TRANSFIGURÉ DE MUSIQUES ET DE PLUMES
Serge Venturini
OMBRES ENSOLEILLÉES DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
OSSIP MANDELSTAM, L'ULTRA LUCIDE
Serge Venturini
PELLICIA DI MANDELSTAM (LA)
Serge Venturini
PIER PAOLO PASOLINI
Vers une nouvelle préhistoire ?
Serge Venturini
POÉSIE : DIABLOTINS DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Serge Venturini
POÉSIE, VOYANCE, ENFER ET ENVOÛTEMENT
Serge Venturini
PONT FRANCHI DU TRANSVISIBLE (LE)
Serge Venturini
POUR PATRIZIA GATTACECA
Personne, donc !
Serge Venturini
QUE VIVE L'HOMME-FOUDRE !
Serge Venturini
RAINER MARIA RILKE
« Tout ange est terrible »
Serge Venturini
RÉFLÉCHIR LE PASSAGE ENTRE VISIBLE ET INVISIBLE
Serge Venturini
RÉSISTANCE DE LA POÉSIE
Serge Venturini
SANDALE D'EMPÉDOCLE, AUTRE SIGNE (LA)
Serge Venturini
SAYAT-NOVA CHEZ TCHARENTS
Serge Venturini
SONS ET VISIONS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
SUR LE PONT AUX FANTÔMES
Serge Venturini
SUR LE SEUIL DE LA PORTE, VISIONS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TIGRE DE L'ŒIL (LE)
Serge Venturini
TRANSHUMANTS DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
TRANSPARENCE DE L'INVISIBLE
ou Le visage de Mandorla
Serge Venturini
TRANSPORTS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TRANSVISIBLE : AU-DELÀ DU PONT LA TRANSPARENCE
Serge Venturini
UN IMMENSE POÈTE DE L'AMOUR : SAYAT-NOVA
Ressusciter Sayat-Nova (1722-1795)
Serge Venturini
UN PEU D'AIR QU'ON DÉROBE
Serge Venturini
VENDANGES DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
YEUX FERMÉS DE LA NUIT (LES)
Serge Venturini