• Couverture Crise de l'État, territorialités et fragmentations politiques en Libye
  • 4eme Crise de l'État, territorialités et fragmentations politiques en Libye

CRISE DE L'ÉTAT, TERRITORIALITÉS ET FRAGMENTATIONS POLITIQUES EN LIBYE

Ali Bensâad

revue d'origine de cet article : Orients Stratégiques 4

Date de publication : novembre 2016
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Le champ politique libyen se singularise par une profusion et une pré- dominance de pouvoirs locaux fragmentant le territoire en un archipel de "localismes" qui se concurrencent, s'enchevêtrent et souvent se recoupent. La difficulté de les (se) nationaliser est le principal écueil auquel est confrontée l'émergence et l'affirmation d'une autorité centrale. Ces "localismes" se conjuguent également avec la résurgence ou la reconstruction d'identités segmentaires notamment tribales, des revendications identitaires ethniques et des tendances centrifuges régionales, accentuant la logique de fragmentation. L'inscription de ces "localismes" dans des réseaux transnationaux pour alimenter et asseoir leur légitimité locale, exacerbe et complexifie les conflits territoriaux et aggrave les tendances centrifuges. La forte polarisation sur les centralités locales et régionales laisse par ailleurs des pans entiers de territoire dans une sorte d'angle mort échappant à tout pouvoir et qui sont autant d'interstices pour des déstabilisations territorialisées.

Le champ politique libyen se singularise par une profusion et une pré- dominance de pouvoirs locaux fragmentant le territoire en un archipel de "localismes" qui se concurrencent, s'enchevêtrent et souvent se recoupent. La difficulté de les (se) nationaliser est le principal écueil auquel est confrontée l'émergence et l'affirmation d'une autorité centrale. Ces "localismes" se conjuguent également avec la résurgence ou la reconstruction d'identités segmentaires notamment tribales, des revendications identitaires ethniques et des tendances centrifuges régionales, accentuant la logique de fragmentation. L'inscription de ces "localismes" dans des réseaux transnationaux pour alimenter et asseoir leur légitimité locale, exacerbe et complexifie les conflits territoriaux et aggrave les tendances centrifuges. La forte polarisation sur les centralités locales et régionales laisse par ailleurs des pans entiers de territoire dans une sorte d'angle mort échappant à tout pouvoir et qui sont autant d'interstices pour des déstabilisations territorialisées.

     
  • ISBN : 978-2-343-10439-3 • novembre 2016 • 15 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat