• Couverture
  • 4eme

"L'AFFAIRE IRAKIENNE" DE 2003 : LES ADM DE SADDAM HUSSEIN, ENTRE "FAUX PRÉTEXTE" ET VÉRITABLE ENJEU

David Rigoulet-Roze

revue d'origine de cet article : Orients Stratégiques 2

Date de publication : août 2015
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Le mobile officiel essentiel avancé tout au long de l'année 2002 par l'Administration Bush junior pour justifier la guerre alors à venir contre l'Irak de Saddam Hussein résidait dans le danger représenté par les armes de destruction massive (ADM) supposées être détenues par le dictateur irakien. Mais, alors qu'à l'issue de l'invasion et de l'occupation de l'Irak, ces armes étaient demeurées "introuvables", la question demeure de savoir si l'argument avancé reposait sur la perception d'une menace réelle ou s'il a servi de simple prétexte masquant des objectifs moins avouables en termes d'opinion publique. Or, la réponse est loin d'aller de soi depuis les attentats du septembre 2001 qui ont reposé de manière inédite la question de la dissuasion stratégique face au problème des NBC. La question plus spécifique des armes chimiques avait rejailli en 2014 lorsque le gouvernement irakien avait alerté les Nations unies sur le fait paradoxal que des armes chimiques se trouvaient encore en Irak lesquelles auraient été à l'origine de la contamination de nombre de soldats du corps expéditionnaire américain.

     
  • ISBN : 978-2-343-07071-1 • août 2015 • 29 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat