• Couverture
  • 4eme

"ÊTRE UN PROBLÈME EST UNE EXPÉRIENCE ÉTRANGE". ENTRE VIOLA KLEIN ET THEODOR ADORNO

Sonia Dayan-Herzbrun

revue d'origine de cet article : Cahiers du Genre 61

Date de publication : décembre 2016
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

La radicalité de l'interrogation est l'un des chemins que l'on peut s'autoriser à suivre pour relier Viola Klein à Theodor Adorno, ces deux contemporains, qui, même s'ils ne sont pas rencontrés, ont l'une et l'autre posé la question de la constitution des stéréotypes qui expriment et imposent la domination. Si Viola Klein s'est essentiellement centrée sur la féminité, Adorno avec, en particulier, ses études sur la Personnalité autoritaire, a montré comment s'enchevêtrent ces leurres cognitifs et affectifs que sont les préjugés racistes et les stéréotypes de la masculinité et de la féminité. Tous deux les définissent comme des idéologies, Klein renvoyant ainsi à leur historicité, alors qu'Adorno met en évidence leur supraindividualité. Seul un mouvement permanent de critique et de mise à distance permet d'échapper, au moins un moment, aux pièges qu'ils tendent.

     
  • ISBN : 978-2-343-10754-7 • décembre 2016 • 16 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat