• Couverture Éditorial
  • 4eme Éditorial

ÉDITORIAL

Blaise Bayili

revue d'origine de cet article : Cahiers de l'IREA 122017

Date de publication : octobre 2017
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Si l'étude de la monnaie ainsi que son incidence sur l'économie est l'une des plus vieilles préoccupations des chercheurs en science économique, les jugements les plus divers ont toujours été portés sur son efficacité quasi-miraculeuse pour les classiques et sur l'affirmation par les keynésiens de son inutilité quasi-totale pour remédier aux principaux maux économiques se traduisant par les déséquilibres des fondamentaux macro-économiques. Il y a donc clairement une divergence des vues entre ces deux écoles dues à l'hypothèse de la neutralité monétaire qui, dans son acception néoclassique, considère que la monnaie n'aurait pas, au moins à long terme, d'influence sur l'activité réelle. Ainsi, il apparait que la neutralité monétaire consiste en l'absence d'effets de la masse monétaire sur l'économie dans son ensemble. Autrement dit, la quantité de monnaie existante n'affecte pas l'économie.

     
  • ISBN : 978-2-343-12957-0 • octobre 2017 • 7 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat