• Couverture Enseigner et apprendre l'histoire en Argentine, entre l'hégémonie et la diversité
  • 4eme Enseigner et apprendre l'histoire en Argentine, entre l'hégémonie et la diversité

ENSEIGNER ET APPRENDRE L'HISTOIRE EN ARGENTINE, ENTRE L'HÉGÉMONIE ET LA DIVERSITÉ

Floor van Alphen et Cristian Parellada

revue d'origine de cet article : Revue française d'éducation comparée 17

Date de publication : juin 2018
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

En Argentine, comme dans d'autres pays du monde, l'Ecole a tenu un rôle stratégique dans la transmission d'un passé commun aux membres de la communauté nationale (Carretero, 2011). Les récits historiques scolaires furent les instruments d'un processus de construction nationale, soutenu par l'historiographie et par les manuels (Devoto, 2002 ; Puigross, 2003). Les premières histoires nationales furent écrites par un groupe d'hommes politiques et d'intellectuels libéraux, en particulier Bartolomé Mitre qui fut fondateur de l'historiographie argentine et président de la République. La trame narrative ainsi élaborée articulait différents moments du passé dans une succession logique et harmonieuse (Palti, 2009). Centrée sur l'idée d'une nation préexistante, le récit favorisait une lecture des origines de la nation lors de la période coloniale.

     
  • ISBN : 978-2-343-15270-7 • juin 2018 • 19 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat