TRANSVISIBLE : AU-DELÀ DU PONT LA TRANSPARENCE

Serge Venturini

Date de publication : février 2008


Rintrah roars & shakes his fires in the burden'd air ;
Hungry clouds swag on the deep.

William Blake

(Rintrah rugit et secoue ses feux dans l'air épais ;
D'affamés nuages hésitent sur l'abîme.)

Un pont, rien qu'un pont, juste un couloir dans l'espace-temps, une ligne droite, faite de quelques instants lactés, sépare le visible de l'invisible. Du haut du pont tout nimbé de brume, on n'aperçoit rien de l'autre côté. Seule une éblouissante lumière se réfracte, ― fractale. Des sons venus d'ailleurs vrillent les blocs de silence, au-dessus d'un fleuve allant cascadant dans la vapeur brillante, selon son sinueux rythme de serpent. ― Pas un oiseau. Je vais à tâtons, ― en apesanteur, j'erre comme un rossignol amoureux, j'entends les pleurs et les rires de l'excavatrice parole. Des voix perdues de mes frères sur de lointains chemins me parviennent par ondes, par vagues, dans le vent aigre qui apporta tout et qui tout emportera. Tout d'un coup, le retour du silence en plis d'atmosphères.

Où est la transparence ? ― Je ne vois plus rien. Je suis aveugle. Au-delà des épines et des épreuves qui grèvent l'âme et le corps, rabotent les sens et engourdissent l'esprit, j'avance même dans l'obscur. ― Rien ne m'arrête dans mon combat contre l'ange ! Je traverse des jours entiers des déserts où je ne rencontre plus personne. Seule une étincelle parfois me guide. Qui peut dire où je vais en ce val de larmes, dans cette plaine dolente où même les cimes s'effacent avec l'horizon.



On ne voit pas tous les jours trembler l'avenir, avec le soleil levant comme la pierre dressée de la parole. Et si la lumière fuit à cet endroit, je sais qu'elle va renaître sous d'autres latitudes. Tout n'est qu'affaire de décor, de point géodésique, d'angle de vue sur l'écorce terrestre. Je suis de toute éternité comme le cri aigu des hirondelles dans le ciel rasséréné d'un soir d'été.



L'air gronde. Craque la terre. Rôde la camarde. Je sens sur ma nuque froide et mes épaules nues un fort froissement de l'air et sur ma face un frôlement d'ailes. Et, pourtant rien ne bouge, les feuillages argentés ne bruissent pas…



Paris, le 6 février 2008

     
  • février 2008

du même auteur

"DONC TU TE DÉGAGES DES HUMAINS SUFFRAGES…"
Serge Venturini
À CHAQUE DEGRÉ, L'INACCOMPLI
(extrait de Éclats d'une poétique de l'inaccompli)
LIVRE IV
Serge Venturini
ALLER AU-DELÀ DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
ASPHODÈLES DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
AUTRE NUIT, AUTRE LUMIÈRE, INFRANGIBLES
Serge Venturini
BRILLENT LES PERLES DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
CE QUE JE DOIS À MARINA TSVETAEVA
Serge Venturini
CE QUELQUE CHOSE D'UN ANGE
Serge Venturini
CHAUDRON NOIR !
Je suis flèche, je suis foudre, je flamboie
Serge Venturini
COEURS SANS HAINE, COEURS SANS PARTI, COEURS NUS, COEURS SERRÉS
Serge Venturini
COLÈRE DE L'HOMME TRANSVISIBLE
Serge Venturini
COMBAT
Serge Venturini
COMME ELLE EST GRANDE LA SOLITUDE DU ROSSIGNOL
Serge Venturini
CONTRE LA HAINE DE LA POÉSIE : RÉSISTANCE !
Lettre aux castors
Serge Venturini
CONTRE LES CORBEAUX DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Serge Venturini
CONVERSATION SANS ÂGE SUR LA PLACE DU MARCHÉ À PROPOS DE POÉSIE
Serge Venturini
CRIMES SONT ORGANISÉS (LES)
Serge Venturini
DAÉNÂ, LA TERRE S'OUVRIT DEVANT MOI
Serge Venturini
DE LA HAINE MÉDIATIQUE DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Lettre ouverte à monsieur Philippe Sollers
Serge Venturini
DE PROFUNDIS
Serge Venturini
DLE YAMAN
ou LE DEUIL INACCOMPLI
Serge Venturini
ENTRE SONS ET VISIONS, LE GRAND SAUT
Rimbaud, Blok, Tsvetaeva, Brodsky...
Serge Venturini
ENTRE VISIBLE ET INVISIBLE, L'ÉNIGME DU SURVISIBLE
Serge Venturini
FAUT-IL RESSUSCITER SAYAT-NOVA EN EUROPE ?
Serge Venturini
FLEUR DE L'AMANDIER REFLEURIRA (LA)
Serge Venturini
GARRY KASPAROV JETÉ EN PRISON COMME UN CRIMINEL
Serge Venturini
HÉRISSONS-NOUS !
Serge Venturini
J’AI TRADUIT SAYAT-NOVA COMME UN FRÈRE
Serge Venturini
MANOUCHIAN LE POÈTE
Serge Venturini
MATIÈRE DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
NAHAPET KOUTCHAK, PAROLE D'ARCHER (1500 ? - 1592)
Serge Venturini
NON, PAS QU'UN SONGE TOURBILLONNANT
Serge Venturini
Ô PARNIMEDE, TOI AUSSI, TU AS FRANCHI LE SEUIL DU TRANSVISIBLE...
Serge Venturini
ŒIL AILÉ DU TRANSVISIBLE (L')
Serge Venturini
OISEAU TRANSFIGURÉ DE MUSIQUES ET DE PLUMES
Serge Venturini
OMBRES ENSOLEILLÉES DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
OSSIP MANDELSTAM, L'ULTRA LUCIDE
Serge Venturini
PELLICIA DI MANDELSTAM (LA)
Serge Venturini
PIER PAOLO PASOLINI
Vers une nouvelle préhistoire ?
Serge Venturini
POÉSIE : DIABLOTINS DE LA POÉSIE CONTEMPORAINE
Serge Venturini
POÉSIE, VOYANCE, ENFER ET ENVOÛTEMENT
Serge Venturini
PONT FRANCHI DU TRANSVISIBLE (LE)
Serge Venturini
POUR PATRIZIA GATTACECA
Personne, donc !
Serge Venturini
QUE VIVE L'HOMME-FOUDRE !
Serge Venturini
RAINER MARIA RILKE
« Tout ange est terrible »
Serge Venturini
RÉFLÉCHIR LE PASSAGE ENTRE VISIBLE ET INVISIBLE
Serge Venturini
RÉSISTANCE DE LA POÉSIE
Serge Venturini
SANDALE D'EMPÉDOCLE, AUTRE SIGNE (LA)
Serge Venturini
SAYAT-NOVA CHEZ TCHARENTS
Serge Venturini
SONS ET VISIONS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
SUR LE PONT AUX FANTÔMES
Serge Venturini
SUR LE SEUIL DE LA PORTE, VISIONS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TIGRE DE L'ŒIL (LE)
Serge Venturini
TRANSHUMANTS DU TRANSVISIBLE (LES)
Serge Venturini
TRANSPARENCE DE L'INVISIBLE
ou Le visage de Mandorla
Serge Venturini
TRANSPORTS DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
TRANSVISIBLE
Serge Venturini
UN IMMENSE POÈTE DE L'AMOUR : SAYAT-NOVA
Ressusciter Sayat-Nova (1722-1795)
Serge Venturini
UN PEU D'AIR QU'ON DÉROBE
Serge Venturini
VENDANGES DU TRANSVISIBLE
Serge Venturini
YEUX FERMÉS DE LA NUIT (LES)
Serge Venturini