Communiqué

COMMUNIQUE Complétant la "trilogie" des auteurs fondateurs de la littérature du Congo-Kinshasa, vient de paraître dans la collection "L'Afrique au coeur des lettres" : Carnets de voyage [Congo-Belgique 1945-1959] d'Antoine-Roger Bolamba

La collection "L'Afrique au coeur des lettres" a accueilli le roman essentiel de P. L. Tchibamba, Ah! Mbongo et la version inédite de Sans rancune de Thomas Kanza. Il manquait, pour compléter le tryptique des auteurs fondateurs de la littérature du Congo- inshasa, une oeuvre significative d'Antoine-Roger Bolamba (1913-2002). Le manque est réparé avec la parution de Carnets de voyage, un recueil d'articles du poète-journaliste parus dans La Voix du Congolais de 1945 à 1959. Une opportunité unique de découvrir le Congo colonial et la Belgique vus par un Congolais à une époque où les déplacements des autochtones à l'intérieur de leur propre pays, a fortiori à l'étranger, étaient soumis à restriction. L'occasion, aussi, de (r)ouvrir la question de la situation des "évolués", décrite année après année par Bolamba, et présentée en introduction par Christophe Cassiau-Haurie qui, à la base de cette édition, a rassemblé (avec la collaboration de Jacques Hellemans) et annoté les textes du volume.

Une portrait de la société congolaise sur quinze ans. En 1945, A.-R. Bolamba devient rédacteur en chef de La Voix du Congolais, mensuel publié sous les auspices du Service (colonial) de l'Information, mais qui aura une influence importante sur les milieux intellectuels indigènes. A ce titre, Bolamba circule dans les différentes provinces du Congo à un moment où le fait était très rare. Il en ramène des articles qui décrivent la société congolaise comme aucun Européen n'aurait été en mesure de le faire. Une société en évolution : malgré l'autocensure qu'il devait s'imposer, l'auteur laisse poindre le rêve d'un pays où, sans revendiquer encore l'égalité totale des droits, les Noirs bénéficieraient d'avantages matériels et culturels similaires à ceux des Blancs. Dans cet esprit, Bolamba revient de manière récurrente sur la situation des "évolués", cette catégorie intermédiaire entre les coloniaux et le peuple.
Carnets de voyage permet donc d'approfondir la question de cette classe créée par l'administration coloniale, à la situation ambiguë, d'où sortiront toutes les élites futures du Congo indépendant.
Carnets de voyage reprend également les articles relatifs au voyage du roi Baudouin au Congo et au Ruanda- Urundi en 1955 : cinq ans avant l'indépendance, ils montrent, eux aussi, le rapport a posteriori étrange, quasi oedipien, entre le peuple congolais et le roi colonisateur, maître et protecteur.
De l'espion à l'entrepreneur, les Congolais en Belgique Enfin, partie exceptionnelle du recueil, les articles d'A.-R. Bolamba basés sur son séjour en Europe en 1956 et 1957 présentent un inventaire précis de la présence des Congolais et de leur vie en Belgique Des espions congolais de la guerre 14-18 au créateur
du caramel "carabouya" en passant par le premier grand indépendantiste Paul Panda Farnana, voici de quoi découvrir tout un pan de l'histoire congolaise (et belge) et de réviser nos connaissances sur l'imbrication de la colonie et de la métropole, ainsi que sur le nombre et les noms des intellectuels formés ou
ayant séjourné en Belgique. L'ouvrage s'ouvre par une biographie d'A.-R. Bolamba et une introduction ("Le Congo belge vu par un'évolué'") par Christophe Cassiau-Haurie qui, avec l'aide bibliographique de Jacques Hellemans, a rassemblé à Kinshasa même les articles présentés dans ce volume. L'ouvrage est illustré de photos décrivant, entre autres, le monde des "évolués" congolais et de vignettes dessinées par Barly Baruti, auteur de bandes dessinées bien connu (Eva K., Mandrill). Dans l'esprit de la collection "L'Afrique au coeur des lettres", les interventions des éditeurs sont signalées.
L'auteur Antoine-Roger Bolamba Lokole Y'ongungu (1913-2002) gagne son premier prix littéraire en 1939 avec le conte L'Echelle de l'araignée. En 1944, il entre au Service de l'Information du Gouvernement Général du Congo belge et en préside la section presse.
De 1945 à 1959, il sera rédacteur en chef de La Voix du Congolais. En 1947, ses poèmes sont édités sous le titre de Premiers essais et, en 1948, son essai Les Problèmes de l'évolution de la femme noire est également publié au Congo. En 1955, Esanzo, chants pour mon pays (poèmes) est, en revanche, le premier ouvrage d'un Congolais (de l'actuelle RDC) édité en France, dans ce cas avec une préface de Léopold Sedar Senghor. Il se consacre ensuite à sa carrière journalistique, puis à la politique : il sera ainsi nommé Secrétaire d'Etat à l'Information et aux Affaires Culturelles dans le premier gouvernement du Congo, dirigé par P. Lumumba. Il deviendra, par la suite, responsable du service de presse de la Présidence de la République.
________________________________________

JP Orban
février 2009


Antoine-Roger Bolamba
Carnets de voyage [Congo-Belgique, 1945-1959]
Textes rassemblés et présentés par Christophe
Cassiau-Haurie avec la collaboration de Jacques
Hellemans
Onze photos N/B, vignettes de Barly Baruti.
21,5 x 13,5 cm - ISBN 978-2-296-06032-6, 280 p.,
25 €
________________________________________
L'Afrique au coeur des lettres, collection dirigée
par Jean-Pierre Orban. Titres parus :
* Mark Twain, Le soliloque du roi Léopold * Jules Verne,
L'étonnante aventure de la mission Barsac * Thomas
Kanza, Sans rancune * Silvia Riva, Nouvelle histoire de la
littérature du Congo-Kinshasa * Paul Lomami Tchibamba,
Ah! Mbongo, préface d'A. Mabanckou * Malcolm
de Chazal, Moïse * Malcolm de Chazal, Autobiographie
spirituelle
www.editions-harmattan.fr
→Collections →Afrique au coeur des lettres (L')
Conception graphique extérieure des ouvrages :
Marcos Viñals Bassols

Livre associé

Auteur concerné