Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
54694 livres | 23983 articles | 45226 ebooks | 32917 auteurs | 1166 collections | 2224 revues | 1392 vidéos | 11723 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Articles et contributions

Accessibilité et adaptabilité des structures de jeunesse pour une participation effective en contextes multiculturels et inégalitaires : comment dépasser l'abandon ?

Perspectives pratiques à partir de l'expérience de l'IRFAM


Ce bref article a pour objectif de présenter de manière synthétique un diagnostic social dans le domaine des relations entre les jeunes issus de l'immigration précarisés, ainsi que des pistes d'actions concrètes pour dépasser ce constat d'abandon : tendre vers la participation et une plus amble accessibilité des initiatives en matière de politiques de jeunesse. A cette fin, une série d'expériences développées par l'Institut et ses partenaires d'action seront brièvement présentés en guise d'illustrations, des conclusion globales et pratiques seront tentées en fin de chapitre. Le lecteur désireux d'approfondir cette approche concrète est invité à poursuivre sa réflexion à travers les publications de l'IRFAM listées en tant que références.






L'Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations (IRFAM) est un organisme ressource créé par des intervenants de terrain et des chercheurs universitaires, au service des professionnels de l'action sociale, de l'éducation, de l'animation des jeunes, etc. L'institut vise, par une approche multidisciplinaire, à construire des liens entre la recherche en psychologie sociale interculturelle et les interventions dans le domaine de l'intégration, de la participation et du développement, ainsi que la lutte contre les discriminations.
Les objectifs de l'institut sont :

- Informer sur les mécanismes discriminatoires en tant que facteurs d'exclusion et de violence ;
- Promouvoir les relations interculturelles en tant qu'instruments d'une intégration et d'une participation sociale de qualité ;
- Susciter un développement identitaire positif parmi les personnes victimes d'exclusions et de violences ;
- Contribuer à la mise en place de mécanismes démocratiques favorisant la gestion positive des différences socioculturelles, la participation de tous et le développement durable.
Les moyens de l'IRFAM sont la sensibilisation, la formation et l'accompagnement d'intervenants socio-éducatifs et de décideurs politiques, ainsi que la mise en œuvre de processus de recherche-développement et de publications sur les problématiques du développement socio-économique, de l'exclusion sociale et de la gestion des conflits socioculturels, notamment dans les institutions éducatives ou dédiées à la jeunesse. Un des domaines d'intervention privilégiés de l'IRFAM est dès lors le développement des pratiques et des méthodes d'intervention sociopédagogique et interculturelle : formation, accompagnement et évaluation des équipes de terrain, des réalisations pratiques, etc.
Les travaux de l'IRFAM tentent ainsi de déployer une démarche de développement social local dans des quartiers populaires afin de "positiver" les réactions, parfois violentes, des jeunes d'origine étrangère à l'abandon politique dont, dans certains cas, ils font l'objet. Il s'agit également de mobiliser les intervenants sociaux et les éducateurs-animateurs des sites considérés vers un accroissement de leurs compétences et maîtrises professionnelles afin de mieux faire face aux situations d'exclusion qui constituent leur champ d'implication, afin de construire la participation.

1. Un diagnostic d'abandon
Les problèmes d'exclusion socio-économique auxquels doivent faire face les jeunes issus de l'immigration est une réalité bien documentée. Nombreuses sont en Belgique et ailleurs les initiatives locales ou autres programmes qui se consacrent à la lutte contre différentes formes d'exclusion. Sans mettre en cause l'ensemble des initiatives mises en œuvre par les acteurs de terrain, on est cependant en droit de s'interroger sur la valeur pratique de certaines de ces actions tant sont peu nombreuses celles qui parviennent à obtenir des avancées significatives dans le domaine de la participation sociale. Les initiatives relevant de l'intégration de jeunes issus de l'immigration souffrent ainsi de deux types de contradictions fondamentales :
(1) Les exclusions dont elles traitent relèvent du champ économique et politique alors que leurs moyens d'action sont du domaine socioculturel ;
(2) Le rôle sécuritaire ou de contrôle social dans lequel elles sont assignées, le plus souvent, pousse ces initiatives à canaliser, voire à rendre invisible leur public - à savoir, des jeunes porteurs d'expressions cultuelles diverses - alors que la demande de ce public va précisément dans le sens d'une reconnaissance socioculturelle, d'une plus grande participation socio-économique ou décisionnelle et d'une émancipation personnelle.
En effet, la position des jeunes issus de l'immigration sur les marchés de l'emploi, de la formation, voire du logement est difficile à améliorer à partir seulement d'initiatives socio-éducative au sein des quartiers en crise … Et que dire de l'image sociale altérée, des discriminations et de l'exclusion politique dont souffrent ces groupes ? Rien que la définition même de certaines programmes conçus "pour la jeunesse" laisse songeur tant leurs objectifs sécuritaire et de "canalisation sociale" sont visibles et n'aspirent en réalité qu'à "occuper" l'énergie de cette jeunesse pour laquelle ni le marché de l'emploi ni l'échiquier sociopolitique n'ont prévus de place …
Dans ce contexte, le véritable rôle des initiatives socio-éducatives pour les jeunes en difficulté ne doit-il justement pas de leur offrir l'espace-temps d'un développement personnel, d'une compréhension de sa place au sein de la société, d'une prise de conscience des mécanismes d'exclusions, d'une maîtrise des canaux et styles de communication valorisantes au sein de la société, etc. ?
Souvent en deçà de ces objectifs éducatifs, fragilisés par ces contradictions et des politiques (notamment, budgétaires) restrictives ou peu adéquates, nombre de programmes d'actions destinés aux jeunes en difficulté reflètent dès lors l'image d'institutions chargées de "gérer", autant que possible, une population abandonnée à son sort.
On entend par abandon (social) un état de déliance et d'isolement collectif et individuel qui aboutit à une désaffiliation sociale, à un repli culturel et, dans les cas les plus extrêmes, à une fuite de soi … Corollaire du déclassement socio-économique, le déclassement symbolique est un aspect important du processus d'exclusion. Il renvoie à un état sociopsychologique complexe et problématique dû au sentiment de perte de dignité et de crédit, ainsi qu'à l'enlisement dans une situation d'assistance. Un vécu fait d'échecs et de traumatismes (difficultés scolaires, expérience du racisme, expérience du chômage, relâche de la reliance, …) oriente l'individu vers une dissociation psychologique (réduction des ressources symboliques mobilisables) et vers un repli réactif (sentiment d'être "abandonné"), renforcés, le cas échéant, par un contexte pluriculturel inégalitaire.
L'état d'abandon est ainsi tant une des expressions de l'exclusion sociale vécue par des jeunes en marge de la vie économique et politique valorisée qu'une représentation sociale forcément relative, subjective et changeante. On peut ainsi supposer l'existence d'une sensibilité personnelle plus ou moins ample aux faits relevant de l'abandon. Sécrétée par les jeunes en difficulté, cette représentation limite leurs perspectives de participation sociale, par un jeu de conformation dépressive à un contexte déterministe.
Le travail de synthèse que nous avons effectué Spyros Amoranitis et moi-même en 1999 dans le cadre de l'ouvrage Délégation par abandon se base sur l'observation d'un grand nombre de lieux d'animation et d'accueil de jeunes dans des quartiers marqués par la présence des jeunes d'origine étrangère en Belgique francophone. Cette synthèse permet de montrer qu'une analyse de la situation de ces jeunes en termes de handicaps et de problèmes conduit immanquablement à une politique d'action qui tend à rendre ces individus capables de consommer les services socio-éducatifs qui leur sont offerts. Une autre approche est de compenser les "manques" observés chez ces jeunes pour leur rendre les dits services plus accessibles (actions positives en termes d'information, de gestion des diversités, etc.).
Toutefois, ce que l'on a souvent mal à s'imaginer est qu'il s'agit tout autant d'adapter les services aux jeunes. Les attentes du public et ses besoins qui du reste sont en perpétuel changement, doivent être mieux appréciés et parfois primer sur les objectifs de l'offre de services qui en général se déclinent en termes de cohésion sociale, de normalisation et de pacification. Et si la pacification et la cohésion tant attendues étaient filles de la reconnaissance et de la valorisation des jeunes ?
En l'absence d'un tel renversement de priorités, on observe souvent un isomorphisme entre la crise des jeunes et la crise professionnelle de certains intervenants sociaux et enseignants, instabilisés, voire bloqués dans leurs fonctions et parfois incapables d'y assigner un sens fort.
S'engage ainsi un rapport circulaire ("effet-miroir") entre intervenants et jeunes : délégués à l'abandon et faisant face à des groupes d'usagers socialement fragilisés, les travailleurs sociaux prenant part aux programmes d'insertion sociale des jeunes des quartiers dits "difficiles" et "multiculturels", sont souvent impuissants et se situent en porte-à-faux, d'une part, par rapport aux représentations qu'ils ont de leurs rôles dans la société et, d'autre part, par rapport aux attentes des groupes-cibles concernés ; ils en sont quasi réduits à expliquer aux populations qui expriment des attentes, comment il faut s'en passer …
Ainsi, rendus peu crédibles, certaines équipes d'intervenants sociaux, d'éducateurs ou d'enseignants - au sens large - ont des difficultés à entretenir des relations positives avec leurs publics (par exemple, dans le cadre de l'animation en milieu ouvert et de la formation professionnelle des jeunes, où les cas d'agression visant les animateurs-instructeurs ne sont pas rares) et véhiculent elles-mêmes le sentiment d'être abandonnées par leurs hiérarchies institutionnelles respectives ou par les décideurs qui se trouvent à la base de la définition des politiques globales ou locales d'action sociale et d'éducation. On s'en doute : la participation et l'adhésion des jeunes à de tels programmes sont minimales !
Face à pareille violence institutionnelle et sociale, les jeunes en difficulté scolaire et professionnelle sont souvent précipités dans le cercle vicieux de l'oisiveté et de la violence urbaine qui, en particulier, vise les infrastructures chargés de les accueillir. L'abandon s'actualise ainsi par une situation de laisser-aller et une absence de réserve ("se laisser-aller") : on notera que nombreuses sont les recherches en criminologie sociale qui montrent le caractère "acquisitif" de la délinquance des jeunes issus de l'immigration dans les grands centres urbains, la possession, même par le vol, de biens de consommations lourdement chargés de symboles (vêtements griffés, téléphones portables, motos, etc.) leur donne un sentiment de "participation" …
Le sentiment d'insécurité que cet état de fait entraîne dans la population générale sert alors de prétexte pour le déploiement d'attitudes xénophobes et de politiques sociales de type occupationnel ou sécuritaire (canalisation), voire carrément répressif …

2. Dépasser l'abandon : hypothèses d'action
Basée sur ce constat, la préoccupation essentielle de la présente réflexion est de montrer qu'une manière de transformer ce cercle vicieux en un processus positif est de non plus "déléguer l'abandon", mais de tendre vers une certaine délégation collective de pouvoir et/ou de responsabilité, en d'autres mots, de tenter de rendre les jeunes davantage maîtres de leur devenir ("prise de participation"). La principale hypothèse opératoire mise en œuvre dans notre réflexion pose, en effet, l'instauration, d'une part, d'espaces-temps de contact et de frottement entre la population (ou ses multiples catégories déliées entre elles) et, d'autre part, les différents intervenants sociaux et les décideurs des politiques locales, comme des préalables à la réinitialisation de la confrontation sociale, en tant que lieu majeur de mobilisation et d'appropriation des ressources, lieu de dynamisation identitaire (collective et individuelle), lieu de légitimation des positions respectives et, enfin, lieu de négociation et d'innovations sociales.
En effet, si le concept d'abandon, notion psychologiquement chargée, renvoie, en effet, à l'action de cesser d'occuper un lieu ou cesser de s'occuper de quelqu'un, l'idée de délégation, notion juridique ou organisationnelle - peu exploitée dans le domaine du travail social -, évoque, en revanche, la procuration collective ou individuelle, d'un pouvoir, d'une responsabilité, d'une créance ou d'une capacité de représentation et d'action : il s'agit d'une modalité de fonctionnement ordinaire qui ne relève, en général, pas de l'abandon. Pourtant, observé, dans certains contextes sociaux et institutionnels, l'acte d'abandonner est laisser sans soins ou en désordre : c'est faire défaut à autrui … et à soi.
L'idée suppose nécessairement un premier temps d'investissement de la part d'une autorité ou d'une puissance, comme l'Etat - représenté, sur le terrain, par ses institutions et ses services -, ou - selon les cultures et les réalités locales - de la part d'une autre "puissance" comme des collectivités plus informelles : des communautés de vie ou des associations, par exemple. Ce premier temps est donc suivi d'un second temps de renoncement et de désinvestissement des lieux et des personnes par ce(s) pouvoir(s).
La relation étroite entre l'abandon et le pouvoir suppose, également, dans le premier temps, la présence de délégateurs et de délégataires d'une force, d'une énergie, d'une vision et d'un investissement, et, dans le second temps, l'effacement de cette présence. La relation entre délégateurs et délégataires doit être considérée comme dynamique et dialectique : les premiers émettent un acte de reconnaissance provisoire et conditionnelle, par exemple, envers une association ou une institution, chargées, dans le cadre de règles de subsidiarité, de questions qui leur sont spécifiques. Les seconds doivent, en principe, organiser un "retour" vers le pouvoir subsidiant et peuvent exercer un rôle d'interpellation.
Dans une situation de désinvestissement social, on assiste à une chaîne causale qui lie les décideurs politiques (locaux) aux publics des quartiers en crise, en passant par les intervenants socio-éducatifs présents sur ces territoires. Ces derniers, des "médiateurs sociaux" en position centrale, sont perçus et se représentent parfois comme délégués à l'abandon … par abandon ; au bout de la chaîne, dans un certain nombre de cas particulièrement vulnérables, ainsi que chez des adolescents issus de l'immigration, par exemple, il arrive que l'on constate des situations d'abandon de soi ou des attitudes déviantes, violentes, etc.
Alors, l'abandon est le terme qui caractérise la mission quasi impossible dont sont chargées les initiatives d'insertion et de développement collectifs destinées à des groupes de jeunes (issus de l'immigration), dans un contexte socio-économique marqué par une absence de politique d'immigration et d'intégration cohérente et qui, par conséquent, n'a pas prévu de place pour eux. Les problèmes des jeunes des quartiers défavorisés et culturellement hétérogènes mettent en évidence l'échec des institutions classiques d'intégration sociale au sein de notre société : pour ce public révolté, les habitations sociales deviennent des prisons, l'école une garderie, la police une provocation, la maison de jeunes une occupation, l'avenir opaque, la justice une illusion …
Cette constatation, pour fondamentale qu'elle soit, n'a rien d'une fatalité. Les intervenants sociaux et les publics concernés ont la possibilité d'accroître leurs zones de compétences et d'autonomie afin de s'attribuer des pouvoirs et de reprendre en main une partie des décisions concernant leurs conditions de vie et de travail, afin de se créer ainsi un espace social vital : accéder à la citoyenneté.
Ce chemin passe notamment par l'accession aux demandes du public : reconnaissance, expression et visibilité. Ainsi, le champ des spécificités socioculturelles des jeunes issus de l'immigration extra-européenne est un des terrains dont l'exploration semble des plus urgentes. L'action interculturelle comprise dans un contexte d'intervention interdisciplinaire et intégrant les dimensions intergénérationnelle et de genre est sans doute une des façons les plus efficace de développer les compétences de citoyenneté des jeunes, mais également les compétences interculturelles des intervenants et des systèmes qui les emploient.

3. Exemples d'initiatives en guise d'inspiration
D'emblée, il est important de rendre intelligible la logique de "reflux" des populations de jeunes (abandonner pour mieux digérer) aux yeux de tous (sensibilisation-conscientisation) et de créer un débat public (information-communication) par des moyens appropriés. Pareil processus devrait orienter les décideurs à mieux définir et à coordonner entre eux leurs positions. Il est dès lors important de prévoir une structure de rencontre et de réflexion entre divers groupes de populations, ainsi qu'entre la population, les décideurs et les acteurs sociaux (concertation-négociation).
Toutefois, force est de constater qu'une telle volonté de fédération et de participation est actuellement peu relayée par les acteurs locaux importants. Aussi, une étape intermédiaire dans l'action sera, dans un premier temps, de contribuer au développement de "sous-fédérations" autour de "micro-projets" locaux d'expression (culturelle) pouvant rencontrer les intérêts et attentes de divers interlocuteurs. Dans un second temps, fort d'une unité réalisée autour de réalisations concrètes, il s'agira d'interpeller les politiques et les institutionnels impliqués par les interventions sociales et culturelles.
Dans ce développement, il faut accompagner les plus défavorisés : mettre en œuvre différentes initiatives pour montrer l'intérêt et la faisabilité d'actions de dynamisation et de synergisation centrées sur une population (jeune) en proie à l'abandon politique. Nous en développerons quelques-uns à titre d'exemples.


3.1. Il en est ainsi d'une collaboration entre le Comité de quartier et la Maison de jeunes des Vennes à Liège au tournant des années 2000, autour de la réalisation d'un document vidéographique relatant le quartier composé d'habitations sociales en rénovation, occupées par une population issue de l'immigration, notamment maghrébine, et des groupes de pensionnés belges installés dans des habitats bourgeois. A l'instigation d'un groupe d'historiens amateurs (Comité de quartier) un scénario de court métrage documentaire fut réalisé dans un contexte de conflit latent entre ces populations très différentes. Le contact entre le Comité des notables autochtones et la Maison de jeunes fréquentée par des jeunes issues de l'immigration, a permis la rencontre des scénaristes et de six jeunes marocains en stage de formation aux techniques de l'audiovisuel, dans une association liégeoise. Cette équipe travaillera durant l'automne 1999 à la réalisation d'un document collectif qui retrace l'histoire du quartier avec y compris la présence des migrants et les problèmes actuels de logement. Ce document sera projeté en avant-première à la population (confrontation-débat), avant de connaître une diffusion par une télévision locale et une exploitation dans le cadre d'animations scolaires.
L'objectif de cette initiative sortant de l'ordinaire du quartier est d'attirer positivement l'attention sur le site et d'en montrer publiquement le dynamisme et les réalisations. Il s'agit également de montrer symboliquement la possibilité d'actions interculturelles et intergénérationnelles, organisées en concertation par les associations et les habitants (autonomisation-citoyennisation). Ces démonstrations seront suivis plus tard, en pleine période électorale, de réunions politiques où des décideurs et des responsables de diverses administrations seront interpellés publiquement par les habitants à propos des questions de logement et d'espace public, notamment (participation).

3.2. Le projet "Valorisation identitaire et professionnelle" fut mené dans le cadre d'un partenariat pour l'intégration regroupant différents acteurs politiques et sociaux de Cheratte (province de Liège), dont une maison de jeunes. Il visait l'application d'une méthode d'accompagnement de jeunes chercheurs d'emploi d'origine étrangère. Cette méthode part du postulat que dans un contexte de mondialisation économique, il est non seulement possible, mais également efficient de valoriser certains aspects de son identité culturelle comme arguments de distinction sur le marché de l'emploi. Le projet visait à induire un positionnement plus efficace de ces jeunes sur le marché, et les aider dans la précision et la réalisation de projets professionnels. Il visait aussi à sensibiliser les éducateurs de rue et de la maison de jeunes sur la nature des difficultés, des compétences et atouts de ces jeunes et transmettre une approche différente en termes d'accompagnement à l'emploi.
Les échanges ont permis, chez certains jeunes, l'amorce d'une réflexion en rapport avec l'emploi. Les participants ont pu réévaluer leurs attentes et motivations, définir des objectifs, se fixer des buts intermédiaires, s'informer davantage sur le fonctionnement du marché de l'emploi et des différentes structures qui s'y rapportent. Ils ont pu aussi mieux se représenter les ressources et compétences dont ils disposent. Ces apports ont impulsé chez certains une motivation nouvelle qui se traduit en actes.
Quant aux éducateurs, ils ont pris une part active dans la mise en place du projet et ont collaboré aux animations. Ils ont bénéficié d'une sensibilisation touchant à différents aspects liés à l'emploi des personnes d'origine étrangère et pourront mieux cerner leurs difficultés à l'avenir. Les liens établis avec le monde de l'emploi leur permettront aussi de répondre plus efficacement à la demande en matière d'emploi par une meilleure appréhension des ressources externes disponibles.
3.3. Une autre observation au sein de la maison de jeunes et un centre d'expression et de créativité du quartier Sainte-Marguerite (Liège) en 2002 a permis de constater la faible légitimité éducative de ces structures aux yeux des familles de réfugiés installés dans le quartier. Le manque de reconnaissance et de respect de la part des enfants est également très présent et incommode l'équipe (et en particulier ses membres bénévoles). Au sein de ces structures, le personel a "l'impression que les enfants et les jeunes ne sont présents (physiquement ou mentalement) que si vraiment ils ont quelque chose à obtenir, un intérêt plutôt d'ordre matériel, consumériste, à titre gratuit". Cette constatation pose de manière urgente les questions des limites de l'activité d'animation, de l'autorité et de la négociation du sens de l'activité sociopédagogique avec les jeunes usagers et leurs parents. Un travail de consultation de ces personnes est nécessaire, au moyen de méthodes appropriées.
Un des rôles majeurs des structures de loisirs est ainsi être de "sensibiliser les jeunes réfugiés face aux enjeux de la différence culturelle" de façon à les conscientiser face aux risques de racisme et de discrimination à leur égard, mais aussi de façon à les initier aux richesses du pluralisme culturel et de la découverte d'autres horizons ("vivre ensemble"). Ce projet complexe peut être soutenu, dans un premier temps, par une action éducative centrée sur la structuration personnelle de chaque enfant immigré : rapport au passé, rapport à l'avenir, rapport au pays d'origine, rapport à la Belgique, rapport à l'autre, etc. Dans cette voie, une porte d'entrée peut-être de travailler avec les jeunes et les enfants sur les comportements de violence verbale et physique, de non-respect d'autrui et du matériel, ainsi que de l'activité entamée. Par exemple, s'il existe un règlement d'ordre intérieur pour les utilisateurs, celui-ci est-il diffusé, négocié, expliqué et exploité auprès des enfants et des parents, avec des moyens appropriés ?
Le manque de ressources (insécurité d'emploi, difficulté d'obtenir du matériel, déceptions et sentiment de ne pas être valorisé par son travail et/ou sa hiérarchie, importance des tâches administratives, …), la réelle complexité du terrain (parents non-francophones, incompréhensions mutuelles ou chocs culturels avec les immigrés, …), etc. peuvent sérieusement hypothéquer la qualité du travail pédagogique, même si le personnel reste volontaire. Toutefois, au-delà de l'approche "technique" de l'animation, une vision forte et concertée du sens du travail sociopédagogique exécuté auprès d'enfants et de jeunes doit exister notamment grâce à une concertation régulière entre intervenants.
Le projet créatif, bien au-delà de la simple reproduction d'un objet "modèle" par les enfants, constitue un moyen possible pour contribuer à la structuration et à l'éducation citoyenne de ces jeunes. Par exemple, à travers un travail de décoration, les enfants pourraient devenir les acteurs du lieu et de l'activité qu'ils fréquentent, se l'approprier et le respecter ou le faire respecter dans ces diverses dimensions (cadres, limites, règles, normes, etc.). Ils pourraient ainsi mieux rencontrer les éducateurs dans leurs objectifs et contraintes professionnels et construire une relation imprégnée d'une plus grande complicité et de confiance favorisant l'expression et la valorisation des enfants et de leur famille. Tels peuvent être les contours généraux d'un travail de "citoyennisation".

3.4. Un autre exemple développé la même année vient des maisons de jeunes de Huy et a montré que le public albanais qui les fréquente n'est pas "investi". On sait par exemple que les demandes exprimées par ces publics ne sont pas relayées : établissement d'un coin de prière pour les musulmans, développement de la communication via Internet, affichage de signes distinctifs et nationaux albanais … On semble ignorer ces propositions émanant des jeunes, oralement et à travers un questionnaire. Le jeune albanais est demandeur de valorisation personnelle et plus particulièrement de reconnaissance identitaire. Or, son éducation et son contexte migratoire accentuent fortement ses sentiments d'appartenance ethnique. Les jeunes kosovars regrettent la politique d'action adoptée. Ils ont l'impression d'être mis à l'écart.
S'il est vrai que toutes ces demandes ne sont nécessairement réalisables ou n'ont pas à être concrétisées, elles méritent néanmoins d'être enregistrées, légitimées, débattues et négociées dans un cadre de dialogue qui doit permettre aux jeunes issus de l'immigration de comprendre, eux aussi, les objectifs et contraintes professionnels des équipes d'animation et de leur hiérarchie, ainsi que des autres groupes d'usagers. La sensibilisation positive des riverains des maisons de jeunes à la présence des jeunes immigrés et aux types d'activités qui y sont développées est également de nature à dépasser un débat sécuritaire souvent peu fécond mais médiatisé par la presse locale, notamment.

3.5. Ce type d'interventions reconnaissant les codes de fonctionnement culturel des réfugiés (en l'occurrence des mineurs non accompagnés et des familles) a permis au centre d'accueil de réfugiés de Fraipont, par exemple, de résoudre plusieurs situations conflictuelles à la satisfaction de tous. Ainsi, il fut possible d'entrevoir des activités (ré)créatives permettant aux participants (réfugiés, personnel du centre, riverains belges) de construire des codes de communication communs. La référence (inter)culturelle et la communauté peuvent donc être des facteurs de résilience pour des jeunes précipités dans l'aventure de l'immigration, en souffrance et en délien dans leur pays d'accueil.
Ainsi, la reconnaissance sociale est le préalable d'une insertion positive : rappelons-le, il faut soulever le problème d'adaptation des structures aux gens tout autant que le problème de l'adaptation des personnes aux institutions … Il faut ainsi mieux connaître et mieux reconnaître l'importance de la communauté immigrée dans son rôle et sa fonction de régulation sociale, d'initiation de pratiques de solidarité et de préservation de la santé mentale, dans le contexte de tensions sociales et culturelles. Une communauté organisée et structurée offre à ces jeunes des sources de valorisation et d'identification possibles, ainsi que des repères et des normes ; elle leur permet de définir des perspectives d'avenir en immigration : elle sert de "sas d'entrée" vers une socialisation positive au sein de la société d'accueil.
Il faut accorder une attention particulière au "retour" du savoir-faire produit vers ses sources, à savoir les jeunes et les familles. Ce retour est indispensable afin de construire une action "avec" et non "sur" une population, d'amener les différents partenaires à prendre conscience qu'ils sont les acteurs de leur propre "devenir", des participants. Les intervenants doivent eux aussi s'inscrire dans des réseaux pluridisciplinaires de coopération et de soutien.

3.6. Ainsi, l'exemple de la maison de jeunes "Ecoute Voir" du centre de Liège montre qu'une politique volontariste qui vise spécifiquement des communautés touchées par des sentiments d'exclusion (en l'occurrence des adolescents africains subsahariens) peut conduire ces jeunes (jusqu'alors absents des activités) à participer de manière plus active à des initiatives à caractère culturel et social (production d'une pièce de théâtre montrant la vision de la société occidentale par des jeunes européens d'origine africaine subsaharienne, une pièce jouée en Belgique et au Congo/RDC).
Il faut noter que ce type d'inspiration est souvent facilité par une "tradition" participative présente de longue date dans le lieu d'animation. Je souhaite souligner que la maison de jeunes Ecoute Voir est à la base d'une réflexion sur la participation des jeunes usagers à l'animation des structures de jeunesse depuis le début des années 90 dans la mesure où elle a été un des moteurs du projet "Avoir un animateur ou Etre un animateur" de la Fédération des Maisons de Jeunes en Milieux populaires.

3.7. L'expérience de l'European Association of Turkish Academics (EATA) de Bruxelles est exemplaire en ce sens qu'elle laisse entendre les richesses d'une auto-prise en charge, autre forme de participation sociale. Il s'agit est une association créée il y a plus de 15 ans, dans divers pays européens par des jeunes universitaires issus de l'immigration turque. Son objectif initial est de soutenir ses membres dans leur insertion socioprofessionnelle, ainsi que de leur offrir une aide concrète dans la construction de "ponts" entre leur identité européenne et leur identité d'origine. Le développement de cette structure fédérative a permis au sein de plusieurs de ses branches, situées dans différentes régions de l'Europe occidentale, l'émergence d'une offre spontanée d'aide vers d'autres membres, en particulier plus jeunes, de la communauté immigrée turque. C'est ainsi que la branche bruxelloise de l'EATA est à la base depuis 1997 d'un dispositif de soutien scolaire destinés à des enfants en âge d'école primaire vivant dans les quartiers de la capitale marqués par une importante présence turque. En plus de six années de fonctionnement, cette initiative de soutien pédagogique qui s'appuie sur le volontarisme de jeunes étudiants du degré supérieur, a pris de l'ampleur et a été reconnu et soutenu par les autorités publiques belges. Elle a également commencé à concerner des enfants et des jeunes de toute origine.

3.8. Il faut également saluer le projet de la Fédération Catholique des Scouts de Belgique et de la Fédération des Scouts et des Guides Pluralistes de s'ouvrir davantage aux jeunes issus de l'immigration. L'expérience pilote encours vise un téméraire effort de métamorphose de façon à adapter ces structures marquée par une histoire et une identité sociologique aux jeunes dont la culture et le passé sont différents. Il s'agit tant d'ouvrir et d'adapter les structures aux nouveaux publics que d'y insuffler des activités nouvelles …

3.9. Un projet sociopédagogique de l'AMO Reliance tente d'initier une gestion positive des relations inter-religieuses et interculturelles à Visé pour une meilleure cohésion sociale. Concrètement, le projet cherche à épauler les professeurs de religion et de morale dans la diffusion des valeurs et des normes auprès des enfants : l'objectif est le partage et l'ouverture sur l'autre. Il s'agit d'amener les enfants fréquentant les classes de 5ème et 6ème primaire des écoles communales de Visé à présenter leurs convictions au travers de saynètes s'inspirant des méthodes utilisées dans le théâtre-forum. Des parents et également des associations de familles immigrées (moquées) seront associés à ce projet médiatique dont il faut noter le courage : il est en effet très complexe d'envisager la diversité religieuse dans un contexte de sécularisation poussée qui disqualifie nombres de familles immigrées pour leurs croyances religieuses et traditions.

3.10. Enfin, last but not least, dans le même filon, l'association bruxelloise Al Badri (le puit), en association avec le Groupe Socialiste d'Action et de Recherches Audiovisuelles (GSARA), accompagne des jeunes Belges d'origine marocaine de Saint-Gilles dans l'"écriture vidéographique" de leur propre histoire. Ces jeunes sont à la recherche d'une appropriation positive de leur identité socioculturelle au travers, notamment, d'échanges intergénérationnels. Ils produisent, ce faisant, un antidote contre la stigmatisation et des blessures identitaires diverses … à partager avec autrui.


4. Conclusions : synthèses et recommandations
Le concept de "délégation par abandon", énoncé d'une contradiction, permet de qualifier des situations sociales apparemment sans cohérence où, concrètement, le vide fait autour d'un site finit par desserrer les liens sociaux qui le caractérisent, à moins qu'il s'agisse de l'investissement d'un lieu sans se lier avec ses habitants. Ainsi, on peut dire qu'à l'issue de l'immersion effectuée les années précédentes au sein des dix sites d'intervention présentés, le sentiment d'abandon s'actualise pour les jeunes issus de l'immigration par, à tout le moins :
- l'absence de services éducatifs et de modalités de soutien qu'ils souhaiteraient voir exister, le fait d'être obligé de quitter le quartier pour s'amuser, trouver une aide, etc. ;
- l'absence d'emplois intéressants et l'absence de liens entre les structures éducatives comme l'école ou les maisons de jeunes et le monde du travail, de la formation professionnelle ;
- l'éloignement des décideurs, le sentiment de ne pas être écouté par l'Etat, les associations, … ;
- une léthargie générale : "il ne se passe jamais rien ici", le lieu de vie est jugé pauvre et morose.
Pour les intervenants sociaux et éducatifs, le sentiment d'abandon correspond globalement :
- aux agissements dérangeants de certains jeunes, à la démission de certains parents face à leurs rôle d'éducateur ;
- à des difficultés de communication et de tensions entre et dans les institutions, à l'absence de lieux de parole pour les professionnels (on déplore souvent une absence de coopération parmi les acteurs au sein des quartiers) ;
- à la méconnaissance voire la non-reconnaissance mutuelle de segments d'habitants, à l'absence ou la rareté de lieux de rencontre pour la population et entre la population et les intervenants, notamment (on constate le manque de liens sociaux qui pourraient dynamiser la vie des quartiers) ;
- à la dégradation générale, à la saleté, l'insalubrité des sites, à la pauvreté de leur quartier d'intervention en termes d'infrastructures, en particulier destinés aux jeunes ;
- à l'éloignement des décideurs, à la difficulté à percevoir leur logique et à la difficulté de se faire entendre auprès d'eux : les logiques politiques semblent floues et les décideurs ne donnent pas l'impression de maîtriser parfaitement les finalités de leurs décisions, les intervenants ont ainsi le sentiment de recevoir des injonctions sans obtenir les moyens adéquats pour y répondre, un écart important est relevé entre les politiques décrétées et les réalisations sur le terrain.
L'hypothèse de la délégation par abandon trouve ainsi une certaine confirmation dans les observations, mais révèle également ses limites : la politique d'abandon n'est pas une politique par dépit, ni une politique d'abandon général. Les jeunes en mal d'insertion dans les structures l'ont d'ailleurs bien compris et exercent une "pression". Mais cette politique du reflux n'est pas nécessairement une politique coordonnée et finalisée, elle procède de l'abandon d'une population et non d'un territoire occupé part cette population, où les intervenants sociaux sont quasi instrumentalisés au service d'une non-politique de citoyenneté ou de participation qui refoule cette population de consommateurs "mineurs" vers les marges de la société.
On notera bien volontiers qu'il n'est pas aisé, dans ces conditions, de négocier avec les responsables la participation sociale des jeunes issus d'immigrés. Car ce qui se passe n'est pas le fruit d'un simple laisser-aller, mais l'objet d'une non-politique qui dilue les responsabilités et rend difficile l'identification des acteurs de changements pertinents.
La question est, dès lors, comment passer de ces constats à des outils et méthodes d'intervention sociale pertinents ?
Dans ce lent passage d'une délégation par abandon à la "négociation de la citoyenneté" (réciprocité-participation), d'importants rôles, en effet, attendent les intervenants sociaux et les groupements d'habitants, intermédiaires entre les décideurs et la population. La question de leur visibilité, de leur proximité par rapport aux jeunes, de leur utilité et de leurs compétences professionnelles est donc posée. L'interrogation sur les compétences professionnelles soulève à son tour tant la question des stratégies d'autonomisation des travailleurs sociaux, dans des contextes de délégation par abandon - contextes marqués par un vide de responsabilités -, que la question des modalités pratiques du soutien qu'il s'agit de leur accorder.
La modélisation d'un processus de passage d'une situation de "vide social" vers une situation où les liens sociaux sont dynamisées et renforcent les individus passe par l'observation de l'espace public et de ses composantes par des procédés diversifiés (enquêtes, réunions-reflets, observation participante, médiation, etc.) : quelles sont les limites des initiatives déjà entreprises ? Pourquoi ? Quelles sont les réticences et les attentes exprimées par les acteurs locaux ? Quels sont les intérêts défendus ? Quelles possibilités d'articulation des intérêts apparemment divergents ? Quelles sont les aides professionnelles les plus pertinentes pour les intervenants de terrain ? Quels sont les acteurs capables de négocier le changement ? Quelle connaissance ont-ils de leurs contextes institutionnels, socio-économique, multiculturel, intergénérationnel et politique ? Peuvent-ils identifier et contribuer à la mobilisation de ressources humaines, symboliques et matérielles locales ? Etc.
Les intervention de l'I.R.F.A.M. dans le sites présentés a en général eu pour effet l'accélération de la vie institutionnelle et associative, le renforcement des liens de concertation entre professionnels et entre professionnels et les publics. Mais aussi des constats de blocage dans certaines institutions : il n'y a pas de participation sans conflits.
Des stratégies d'investissement alternatifs sont dés lors utiles à mettre en œuvre à partir de "mini partenariats" à objet nettement défini. De nouveaux partenaires potentiels sont à rechercher avec de nouvelles compétences, dans de nouveaux secteurs d'initiatives pour contourner les blocages. Ce modèle d'investissement en deux temps ou en "sablier" qui a déjà été mis en évidence pour son efficacité lors de l'évaluation des effets des "zones d'éducation prioritaires" en Wallonie rassemble, dans un premier temps, les organismes "incontournables" de la localité et permet de mesurer les résistances (le "goulot institutionnel") au changement. C'est à partir d'une seconde phase que celui-ci intervient, enfin, grâce à la "synergisation" de petites initiatives précises qui s'accumulent et ne manquent pas de rallier, in fine, l'ensemble des organismes concernés, dans le cadre de "contrats" différenciés.
L'expérience montre que ce type d'initiatives à visée participative est exigeante en temps. Ce temps long permet une réinitialisation de partenariats locaux pour consolider les acquis et permettre une réelle autonomie locale en définissant les conditions d'une possibilité de positivation, en termes d'appropriation de pouvoir (empowerment ou gestion appropriative, potentialisation), par le public jeune et les professionnels du socio-éducatif.
Terminons avec Chales Rojzman qui dans La peur, la haine et la démocratie, montre combien la perte du sens-même des initiatives socio-éducatives au sein des quartiers paupérisés est courante et dans la même mesure dangereuse car elle ouvre la voie vers la généralisation d'un délien qui est tout le contraire de la participation recherchée. Une autre des contradictions importantes dont l'intervenant et l'éducateur de jeunes a à gérer les effets est sans doute notre insistance avec laquelle nous produisons des politiques programmatiques de participation sociale alors que le lien et l'attachement se construisent essentiellement avec des matériaux psychologiques irrationnels et affectifs. Et si faire participer c'était s'adresser aussi à l'émotivité des jeunes ?

Altay Manço


Références pour approfondir …

Ch. PARTHOENS et A. MANÇO, De Zola à Atatürk : un "village musulman" en Wallonie. Cheratte-Visé, Paris, Turin, Budapest, L'Harmattan, coll. "Compétences interculturelles", 2005, 185 p.
M. VATZ LAAROUSSI et A. MANÇO (éds), Jeunesses, citoyennetés, violences. Réfugiés albanais en Belgique et au Québec, Paris, Turin, Budapest, L'Harmattan, coll. "Compétences interculturelles", 2003, 312 p.
A. MANÇO, Compétences interculturelles des jeunes issus de l'immigration. Perspectives théoriques et pratiques, Paris, Turin, Budapest, L'Harmattan, coll. "Compétences interculturelles", 2002, 182 p.
A. MANÇO et S. AMORANITIS (éds) Diversité, jeunesse et développement social. L'insertion des jeunes d'origine étrangère à l'aube du XXIè s., Bruxelles, Communauté Wallonie-Bruxelles, 2002, 79 p.
A. MANÇO et S. AMORANITIS (éds), Délégation par abandon, Mons, Ed. Les Politiques Sociales, 1999, 128 p. Traduit en espagnol.
A. MANÇO, Intégration et identités. Stratégies et positions des jeunes issus de l'immigration, Bruxelles, Paris, De Boeck-Université, coll. "L'Homme/L'Etranger", 1999, 245 p.


Auteur concerné :

Altay Manço


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Être édité


Votre espace auteur


Agenda

Louer une salle
au coeur du
Quartier Latin

En ce moment au



Le Lucernaire c'est aussi une école de théâtre à Paris.

  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 22 novembre 2017 | © Harmattan - 2017 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port