Articles de presse

De l'Oubangui à la Centrafrique.

L'exploitation d'un fonds d'archives privées, d'autres trop peu étudiées a permis à l'auteur de dresser un tableau riche et précis de la colonie en gestation. Enclavé, trop loin de tout, l'Oubangui-Chari restera la "Cendrillon de l'Empire" jusqu'à son indépendance, en 1960.

Cet essai qui procède d'une thèse aurait dû en garder le titre : "Oubangui 1898-1960 : apogée et abandon d'une colonie, à travers les témoignages de Joseph Briand, médecin colonial". Il aurait plus exactement cerné la période étudiée. Elle couvre la reconnaissance puis la mainmise d'un espace vierge de présence européenne mais ravagé et vidé par la traite islamique.
Elle se fait à partir de missions d'exploration, très réduites en moyens, de création de postes où administrateurs, militaires et missionnaires, une poignée, s'efforcent de mettre en forme un territoire colonial propre à rejoindre l'Empire français. L'exploitation d'un fonds d'archives privées, d'autres trop peu étudiées (conservées aux Archives d'outre-mer) a permis à l'auteur de dresser un tableau riche et précis de la colonie en gestation.
Enclavé, trop loin de tout, l'Oubangui-Chari restera la "Cendrillon de l'Empire" jusqu'à son indépendance, en 1960.
Au passage, on lira avec intérêt, dans le contexte actuel, le jugement de l'explorateur Émile Gentil sur l'Islam de l'Afrique sub-saharienne :
"Un dogme de sang, de rapine et de meurtre. Les deux principes de la polygamie et de l'esclavage étant admis par l'Islam, une société musulmane doit être pervertie très rapidement. Pour ma part, je ne comprendrai jamais que l'on soutienne raisonnablement que ces gens-là sont capables de sortir de leur ornière."

Clément Mesdon

LA NOUVELLE REVUE D'HISTOIRE N°83, MARS-AVRIL 2016., mars 2016


De l'Oubangui à la Centrafrique. Par Marie-Christine Lachèse, L'Harmattan, 352 p., 36 €

http://www.la-nrh.fr/2016/03/de-loubangui-a-la-...

Auteur concerné