Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
59914 livres | 26364 articles | 49877 ebooks | 36138 auteurs | 1242 collections | 2419 revues | 1875 vidéos | 3250 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Articles de presse

L'éducation spécialisée, un chemin de vie. Récit-journal, Jean-François Gomez, Paris, L'Harmattan, 2007 8

9
Difficile de faire la recension d'un ouvrage étonnant, autant dans son sujet que dans sa forme, éminemment personnel et étrangement humain car ses échos parleront au cœur et à la mémoire de tous ceux qui œuvrent ou ont œuvré dans le médico-social.

10
Difficile, parce qu'il importe de ne pas trahir le projet de l'auteur qui, via l'écriture, nous confie, sous le voile d'une mise en scène imaginaire, son intimité de directeur d'un centre accueillant des personnes handicapées mentales.

11
Difficile, car au-delà des mésaventures de Grégoire, personnage sans grande envergure et plutôt malchanceux, c'est la question de l'acteur social qui est abordée, dans sa tête, dans son cœur, dans ses tripes. S'entrelacent des morceaux choisis de journal de bord qui révèlent et soulignent finalement une réalité anthropologique peu évoquée en général : le vécu du travailleur social, son engagement, ses doutes, son combat pour soutenir une pensée menacée d'enfermement dans le côtoiement quotidien, pas seulement avec la maladie mentale, mais aussi avec celle de l'Institution, aussi vivante que psychasthénique.

12
Soyons clair : Jean-François Gomez ne soutient pas là une thèse, avec des arguments et des concepts, mais, comme il l'écrit dans sa mise en récit, "Pour le grand public, le travailleur social, l'éducateur spécialisé, le moniteur éducateur, l'aide médico-psychologique, l'infirmier, qui vivent auprès des publics défavorisés ou exclus, restent des silhouettes peu précises dont on ignore l'influence sur les politiques sociales mais aussi sur le niveau de satisfaction ou de mécontentement de ceux qu'on appelle aujourd'hui les "usagers" ou les "bénéficiaires"". Cette méconnaissance, comme toute méconnaissance, a quelque chose de dommageable. Elle laisse place à la fantasmatisation, quand ce n'est pas à la mythification ou à la mystification. Elle prête le flanc aux invectives et aux déceptions. Elle embolise finalement la vie des institutions et bloque l'oxygénation toujours nécessaire de l'éthique d'une société qui se veut humaniste. L'auteur ne cache pas les enjeux politiques du problème. Philippe Sollers, Jacques Ellul, Gaston Pineau sont cités en avant-propos pour dénoncer pourquoi l'inventivité s'étouffe dans l'académisme ; le savoir se corrompt au pouvoir ; la pensée se brise en éclats au nom de l'urgence, du pragmatisme ou du marché ; en fait, comment une société technologique et libérale "traite" à sa manière "ses exclus, ses reclus, ses perclus".

13
"Il faudrait revenir à une observation du rôle des acteurs oubliés et sans grade, pour saisir à travers quelles tensions, quelles disputes, quel travail sur les institutions, dans le passé comme aujourd'hui, le travailleur social a pu produire du sens et de l'efficacité." De façon originale quoiqu'un peu déconcertante, Jean-François Gomez nous propose alors d'entrer dans "la boîte noire" d'un travailleur social par deux portes, celle de la fiction et celle du réel. L'auteur raconte avec authenticité et évidence. Étrangement, les deux entrées ouvrent peu à peu sur la même réalité : un processus anthropologique se déroule, sans mensonges, ni enjolivures. Au bout du compte, Jean-François Gomez et Grégoire ne font qu'un, et plus encore le lecteur avec eux, car tout homme, investi dans une aventure professionnelle où l'enjeu est la rencontre avec l'autre s'y reconnaîtra. Il ne s'agit rien moins que de suivre, se laisser étonner. L'acteur social vit, évolue ou se meurtrit dans une microsociologie dont il est à peine conscient mais qu'il assume pourtant.

14
La vie, la sexualité, la mort de ceux que l'on accompagne échapperont toujours à toute tentative de maîtrise rationnelle ou administrative, aussi "spécialiste" soit-elle. Approuver ou s'offusquer, qu'importe ! Mais que cette zone d'ombre soit au moins reconnue ! C'est, et rares sont ceux qui ne seront pas touchés, à l'endroit où "ça parle"…

Michèle Lapeyre

REVUE RELIANCE/2008/3 N° 29

Auteur concerné :

Jean-François Gomez


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Soumettre un manuscrit


Votre espace auteur

Agenda

La presse en parle

Prix littéraires
obtenus par nos auteurs

En ce moment au



  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 17 août 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port