Sur Internet

"En Haïti, le viol est une épée de Damoclès qui plane sur la tête de toutes les femmes"

"En Haïti, le viol est une épée de Damoclès qui plane sur la tête de toutes les femmes (p. 142). Toutes les catégories sociales de ce pays sont concernées par ce fléau humain. Les riches violent des riches, les riches violent des pauvres, les pauvres se violent entre eux, etc… (pp. 182-183). Il y a des viols par les proches (demi-frères, voisins, cousins, step-fathers). Il y a des viols par des inconnus, ceux-ci souvent en groupes et avec cagoules et menaçant la victime avec une arme blanche ou une arme à feu (cela arriva, notamment, dans les camps de réfugiés après le tremblement de terre de 2010). La problème est global et sociologiquement complexe. On assiste à la rencontre toxique d'une modernité difficile (familles éclatées et reconstituées dans des conditions socio-économiques souvent précaires, mères de jeunes filles prenant un second conjoint ou un locataire, père absent) avec un traditionalisme étroit et rigide (mythe maritaliste de la virginité, tabous sur l'éducation sexuelle, religion, paternalisme, phallocratisme implicite allant jusqu'à affirmer qu'il est "impossible" de violer une conjointe se "devant sexuellement" à son copain). Le cocktail est délétère. Son résultat est difficilement perceptible, à la surface des choses. C'est en effet le règne de la loi du silence et il y a un consensus tacite sur la (fausse) culpabilité des victimes. En un mot, on parle ici d'un véritable drame national."

LES 7 DU QUÉBEC, juillet 2018

http://www.les7duquebec.com/lire-et-visiter/les...

Livre associé

Auteur concerné