Notes de lecture

Note de lecture parue dans la Revue Française de Science Politique

La couverture sur-médiatique de la guerre du Golfe en 1991 trouve son explication dans le fait que, pour la première fois dans l'histoire, il y a eu à la fois simultanéité entre la survenue de l'événement et le moment où ce dernier a été porté à la connaissance du téléspectateur, de l'auditeur ou du lecteur, et l'organisation, par le SIRPA, d'un véritable encadrement militaire de la presse. Le journaliste devient alors un soldat de l'information voire un " propagandiste ", à tout le moins, un homme manipulé. L'auteur analyse le mode de traitement, plutôt consensuel, de l'information par un certain nombre de titres hebdomadaires, en France, puis le tournant autocritique de certains articles. Il ressort de cette étude que seuls Le canard enchaîné et L'Humanité ont pris le parti - pour des raisons éminemment différentes - d'une attitude ouvertement non consensuelle. Cet ouvrage pose les jalons d'une réflexion sur la seconde intervention en Irak et, au-delà, sur une véritable déontologie du journalisme en période de crise et de confusion des données.

Revue Française de Science Politique, vol. 54, n°6, p. 1065
décembre 2004


HECKER (Marc) - La presse française et la première guerre du Golfe - Paris, L'Harmattan, 2003, 164 p. Bibliogr.