Articles de presse

Comme un désert de roses / article critique

Stella VINITCHI RADULESCU - COMME UN DÉSERT DE ROSES (L'Harmattan 5 rue de l'École Polytechnique 75005) (13,50 €)


Désert de roses : cet oxymoron, dans le recueil précédent de l'auteur (A l'écoute des ombres) désignait ce monde " écrit à l'envers " que nous découvre l'aube, " ce jour/ pétale d'une autre / rose / d'une autre lumière " dont l'accès nous est interdit peut-être.
Car dans cet ensemble de poèmes, assez désabusés, le désert volonituer l'emporte sur les roses. " De trois lettres la nuit / s'empare / le moi se tait". Il s'agit plus souvent de parcourir / ce qui reste d'une vie / derrière la porte fermée" " et des jardins de mots / qui poussent à l'envers" ; y découvrir l' "inaccessible toi : dans le fouillis des ans ".- " Tu n'es pas d'ici', dit en effet l'auteur et s'il nous fait chercher le vrai du monde, c'est en quelque sorte dans un univers parallèle que nous le trouverons. " Voleurs d'étoiles les poètes / les cachent / sous l'oreiller un rêve', et c'est ce monde de rêve que nous sommes invités à explorer ; " Dépliez-vous terres de songe / avancez ". On y trouvera, non pas le froid d'une planète morte, mais " si près des yeux si clair le monde / au bout du regard " - l'intérieur d'un soleil ", " ce bouquet d'étoiles / : terre / soeur de mes rêves'. Peu à peu, pourtant, la réalité reprend son ascendant. " Une fois passée la rivière / la corps s'emplit d'espace / s'emplit d'amour / et c'est la nuit qui chancelle"'. Dans ces poèmes finement ciselés où chaque mot tient l'importance de sa ligne, on sent que l'écriture est un combat, un combat pour vivre et pour dire malgré tout la vie (" tout est dit / éperdument / je te cherche / dans le non-dit "), retrouver le goût d'exister. " Nous avons soif / des eaux fraïches / nous ici / sous le poids de la terre". Et cette terre, qui tant pesait sur nos corps fragiles (" la pesanteur de la terre / dans mes os de cristal "), se voit tout à coup magnifiée, majuscule! " La vie se lève soudain /... allez passez / le seuil / vous êtes encore sur Terre ".


Antoine de Matharel

Antoine de Matharel

POÉSIE SUR SEINE, NUMÉRO 86, AOÛT 2014, PAGE 78, août 2014

Auteur concerné