Notes de lecture

Daniel Pasquier, Les compétences à apprendre. Evaluation chez l'adulte

L'évaluation des capacités d'apprentissage est devenue aujourd'hui un enjeu majeur non seulement pour la connaissance d'eux-mêmes qu'elle offre aux individus mais aussi pour les entreprises. Fort de son expérience dans le domaine de l'évaluation et de sa proximité des milieux professionnels, l'auteur de cet ouvrage s'interroge sur l'évaluation des potentiels d'apprentissage des individus et les outils dont peut disposer le psychologue qui entend les apprécier. Derrière l'apparente modestie du propos de cet ouvrage, c'est en réalité le passage d'une évaluation statique et sommative limitée à la simple mesure fragmentée d'aptitudes ou à celle de l'intelligence à une évaluation dynamique permettant d'apprécier le fonctionnement cognitif des individus, qui est défendue. Comme le note l'auteur dans sa conclusion « l'évaluation dynamique commence là ou l'évaluation statique s'arrête » sans que d'ailleurs il faille nécessairement opposer l'une à l'autre. Tant et si bien que dans sa pratique le psychologue peut éprouver le besoin de mettre en œuvre l'une ou l'autre.

Ainsi, sans renier les apports de la longue tradition psychométrique qu'il remet en mémoire au lecteur dans les deux premières parties de son ouvrage, l'auteur défend en réalité une conception renouvelée de l'usage des tests. Dans cette perspective, ce n'est plus uniquement la performance au test qui doit retenir l'attention du psychologue mais bien plus les processus psychologiques sous-jacents à cette performance. Aussi bien, l'évaluateur devient médiateur et il doit, de fait, prêter une attention renouvelée au contexte de passation de l'épreuve. La notion de contexte intégrant ici « l'évalué » dans ses états émotionnels, sa disponibilité, …sans que pour autant la contextualisation excessive de l'épreuve limite les généralisations que le psychologue peut en tirer.

Dans un chapitre particulièrement bienvenu, Daniel Pasquier rappelle que l'évaluation dynamique est, en réalité, une idée ancienne mais qui n'a été que peu explorée dans notre pays. Est salué particulièrement l'apport multiple de Vygotski qui fait aujourd'hui l'objet, notons-le, d'un intérêt croissant dans le champ de la psychologie du travail de la part de ceux qui s'intéressent à l'analyse de l'activité. En développant la notion de médiation symbolique, en s'intéressant à l'ontogenèse des processus mentaux chez l'homme, en soulignant le poids des interactions sociales, Vygotski posait les prémisses de l'évaluation dynamique qu'il formalisera dès 1934 en introduisant notamment la notion de « zone proche de développement ». Notion qui traduit selon D. Pasquier « la sensibilité, la réactivité des capacités cognitives du sujet placé dans une situation d'apprentissage faisant intervenir une médiation humaine ». Plus que le simple niveau de performance à un test, c'est donc bien cette zone proche de développement qui doit retenir l'attention du psychologue.

Dans une deuxième section, l'auteur présente le Test d'évaluation dynamique de l'éducabilité (T.E.D.E) qu'il a conçu, dès 1989, en réponse à la demande d'entreprises soucieuses de développer la qualification professionnelle de leurs salariés. Révisé voire refondu à plusieurs reprises, ce test repose dans sa dernière version sur le paradigme apprentissage-test. Le sujet apprend d'abord à faire, avec l'aide de l'évaluateur, avant de refaire seul comme dans les situations classiques d'apprentissage et de formation professionnelle. Au fond, comme le souligne l'auteur, en conclusion de cette section, plus que la capacité de savoir faire immédiate, c'est la capacité de savoir faire différée, médiatisée par le transfert des compétences acquises qui constitue le véritable objet d'investigation de l'épreuve. On soulignera que l'auteur présente le T.E.D.E de manière tout à fait compréhensible pour le lecteur peu familier des épreuves psychométriques et qu'il ne fait pas l'impasse sur certaines difficultés (la longueur de la passation, par exemple) qui ont pu limi

Vincent Rogard, professeur, Paris V
mars 2007


à paraître dans Pratiques Psychologiques

Auteur concerné