Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
60144 livres | 26369 articles | 50097 ebooks | 36293 auteurs | 1246 collections | 2426 revues | 1915 vidéos | 3697 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Entretien avec l'auteur

L'esclavage existe encore

Flamnet reçoit une invitée spéciale, une femme sympathique, une amie de la Mauritanie, une militante des droits humains et citoyenne du monde, je veux nommer Nadine Le Moy.

Française, responsable d'un établissement scolaire et écrivain quant le temps lui permet, elle vient d'ailleurs d'écrire un roman-conte sur l'esclavage en Mauritanie intitulé "Matallah, esclave de karakour" (L'Harmattan, Septembre 2006).

Au royaume de Mauretania, Matallah arrive au monde esclave comme sa famille, depuis toujours au service des maîtres à qui ils ont été offerts. La rencontre d'un mystérieux personnage dans le désert va lui donner le courage de se révolter nous dit l'éditeur. Le livre traite d'un problème grave mais aussi allie la poésie et la musicalité des mots, le commente bien une des lectrices de Matallah.

C'est pour nous parler de son livre, de ses pensées progressistes de son combat pour le respect des droits humains, de sa rencontre avec la Mauritanie que nous avons invité cette grande dame au coeur d'or. Une interview à lire vraiment..

Madame, voulez-vous vous présenter à nos lecteurs et aux mauritaniens d'une manière générale?

Je m'appelle Nadine Le Moy, suis responsable d'un établissement scolaire après avoir fait des études d'anglais et de psychologie à Paris. Auteur d'un livre édité en jeunesse qui traite entre autre de l'esclavage en Mauritanie, je suis française et vis près de Paris.

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec la Mauritanie et comment avez-vous découvert ce mystérieux et complexe pays qui est apparemment très difficile à comprendre pour les observateurs étrangers ou chercheurs non avertis?
Il est vrai que, la représentation que l'on a de la Mauritanie, est avant tout le pays idéalisé des méharées, celui des riches évocations de théodore Monod, l'image aussi d' un pays enclavé bien mystérieux dont on dit qu'il est le pays "au million de poètes". Je retiendrai quant à moi, l'émouvant "radeau de la méduse" de Géricault C'est d'ailleurs en évoquant ce tableau avec un ami mauritanien que je me suis intéressée à votre pays.
Pour qui s'aventure à creuser la complexité de la société mauritanienne, toute recherche devient une passion à fortiori quand elle est inhérente à son peuple.
Ma découverte de la Mauritanie est donc le fruit de rencontres et vouloir analyser la structure de la société mauritanienne d'une manière chirurgicale est un non-sens. C'est donc avec les yeux de l'humilité, animée par la curiosité que j'ai découvert Aline Tauzin entre autre, Odette de Puigaudeau, ai écouté et observé les mauritaniens et me suis énormément documenté.

Vous venez d'écrire Matallah, esclave de karakour, voulez-vous nous parler de ce livre, pourquoi avez-vous choisi le genre roman ou conte pour évoquer la situation de l'esclavage en Mauritanie?
J'ai lu, il y a un an, un livre intitulé Bilal écrit par Mohamed Baba qui m'a beaucoup touchée par ses multiples évocations et particulièrement celle qui avait attrait à la problématique de l'esclavage. L'idée a germé de mettre en scène au départ le personnage de ce roman dès sa naissance afin de lui conférer un rôle majeur dans l'émancipation des siens à plusieurs niveaux que ce soit, d'en faire par conséquent une sorte de héros. J'ai souhaité relater des faits, des anecdotes passés par le filtre de la littérature. C'est là le but du roman en général.
Pour se faire, le choix du conte s'est imposé de lui-même suivant la structure du héros, anti- héros, de l'élément déclencheur(la tête enturbannée), de l'élément perturbateur(Aziz et sa soeur Oumou) et des épreuves pour arriver au but(l'affranchissement des esclaves, le retour des déportés, la liberté retrouvée et la reconnaissance officielle des exactions commises. Les témoignages que j'ai pu recueillir se prêtaient naturellement à cet agencement et ainsi j'ai pu faire passer ce que je souhaitais, comme une sorte de messag

Propos recueillis par Kaaw Touré

FLAMNET.FR.FM, avril 2007

MATALLAH ESCLAVE DE KARAKOUR (Jeunesse l'Harmattan, 2006)

Au royaume de Mauretania, Matallah arrive au monde esclave comme sa famille, depuis toujours au service des maîtres à qui ils ont été offerts. La rencontre d'un mystérieux personnage dans le désert va lui donner le courage de se révolter.

 


Auteur concerné :

Nadine Le Moy


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Soumettre un manuscrit


Votre espace auteur

Agenda

La presse en parle

Prix littéraires
obtenus par nos auteurs

En ce moment au



  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 15 septembre 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port