Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire | Translate this page in English übersetzen in Deutsch Traducir esta página en español Traduci questa pagina in italiano Translate this page in Arabic
59850 livres | 26230 articles | 49814 ebooks | 36099 auteurs | 1245 collections | 2414 revues | 1847 vidéos | 4233 personnes en ligne
Retour accueil - Editions L'Harmattan

Articles de presse

De multiples convoitises

Naissance et développement de Radio-Luxembourg Laurent Moyse RTL Group est considéré aujourd'hui comme une réussite audiovisuelle de premier plan. Pourtant, son histoire ne ressemble guère à celle d'un long fleuve tranquille, notamment en raison de l'ingérence politique dont elle a fait l'objet jusqu'à la fin des années soixante-dix. ¦ Dans un récent ouvrage consacré à l'actuel numéro un du secteur audiovisuel en Europe, David Dominguez Muller retrace les péripéties de cette radio qui fut l'objet de tant de convoitises qu'elle a même failli disparaître. De nationalité luxembourgeoise, l'auteur, qui a fait des études d'Histoire à la Sorbonne, a consulté de nombreuses sources administratives et diplomatiques - à l'exception des archives de la compagnie, auxquelles l'accès ne lui fut pas accordé -, décrivant les velléités de conquête de cette station quelque peu atypique.
En 1924, François Anen, un commerçant vendant des appareils de Philips, érigea avec son frère Marcel le premier poste émetteur - d'une puissance de 50 watts - en plein cœur de la capitale. Le développement du paysage radiophonique va s'accélérer non en raison d'une volonté expresse du Grand-Duché, mais du fait de l'évolution politique dans un pays voisin.
En effet, la France publie un décret en 1926 qui prévoit le rachat - et donc la fin - des postes privés à partir de 1933, de sorte que les milieux de la radiodiffusion cherchent une échappatoire au Luxembourg où la législation était à cette époque quasiment inexistante en la matière.
Très tôt, des ressortissants français tentent de faire main basse sur la chaîne. Des trois candidats, la Société luxembourgeoise d'études radiophoniques (SLER) remporte la bataille pour la concession d'un poste de radiodiffusion, dont le cahier des charges stipule qu'il devra s'appuyer sur "un programme d'un niveau intellectuel élevé", qu'il pourra diffuser de la publicité et dont les émissions' se feront "en patois luxembourgeois ou dans une langue autorisée par le gouvernement". En outre, les "informations et communications se feront dans un esprit de rigoureuse partialité". Quant au conseil d'administration, la majorité des membres doivent être de nationalité luxembourgeoise. Influence française Ne pouvant se soustraire au droit de regard du gouvernement luxembourgeois, l'Etat français tente de prendre le contrôle sur le plan financier par l'intermédiaire de groupes privés proches du pouvoir à Paris. L'objectif de ce dernier est de pouvoir disposer d'un puissant relais de propagande à l'étranger, ce qui provoque l'hostilité de la gauche au Luxembourg -VEscher Tageblatt notamment voit en Radio-Luxembourg une institution nationaliste et capitaliste - et l'opposition farouche de la Grande-Bretagne, qui craint une concurrence sur son marché pour la BBC. Tandis que dans les autres pays, la radiodiffusion est une entreprise de service public, le Grand-Duché se distingue par l'existence d'une société privée de statut luxembourgeois mais à capitaux presque entièrement étrangers.
Dans les années trente, les trois quarts des recettes publicitaires de la compagnie viennent... du marché britannique. L'Etat luxembourgeois exige quant à lui une redevance calculée sur le chiffre d'affaires.
Tandis que la France s'inquiète de l'éventualité d'une influence allemande au sein de la station grand-ducale, la Grande-Bretagne tente sans succès d'entraver le développement de cette dernière. Les émissions seront suspendues dès septembre 1939 en raison de la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle les Allemands s'empareront du poste avant de le détruire en partie à la fin de la guerre.
A la Libération, la main-mise des Américains sur la station inquiète la France et la Grande-Bretagne, la première entendant repartir à l'assaut pour faire de Radio-Luxembourg leur outil de propagande et la seconde souhaitant protéger la BBC. Aussi, l'une comme l'autre souhaite éviter la réapparition d'un poste privé à Luxembourg après le désengagement américain. No

Laurent Moyse

LA VOIX DU LUXEMBOURG, août 2007


Radio-Luxembourg, Histoire d'un média privé d'envergure européenne, de David Dominguez Muller, aux éditions L'Harmattan, Paris 2007, ISBN 978-2-296-03430-3

RADIO-LUXEMBOURG, Histoire d'un média privé d'envergure européenne (2007)

RTL Group est actuellement le numéro 1 de l'audiovisuel en Europe. Cette entreprise dont les origines remontent à la fin des années 20 du siècle dernier trouve ses racines au Grand-duché de Luxembourg. En 1933, Radio-Luxembourg prend son envol et cette station"périphérique" au centre de l'Europe connaîtra un rayonnement progressif. Quelles raisons ont poussé des industriels français à créer une station radiophonique au Luxembourg ? Qu'est-ce qui explique son succès ? Quel accueil lui a réservé le monde politique européen ?

 


Auteur concerné :

David Dominguez Muller


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Soumettre un manuscrit


Votre espace auteur

Agenda

La presse en parle

Prix littéraires
obtenus par nos auteurs

En ce moment au



  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 23 juillet 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port