Comptes-rendus d'ouvrage

Décoloniser l'imaginaire

La Base de Données Journalistiques

Parution :
MeetaW 33

Rubrique :
LITTERATURE

Titre :
Katherine Roussos : Décoloniser l'imaginaire. Du réalisme magique chez Maryse Condé, Sylvie Germain et Marie NDiaye. Aux Editions L'Harmattan.

S'il est difficile, voire impossible, de donner une définition définitive du réalisme magique -toute proposition "figée" pouvant imposer à cette pratique multiculturelle les spécificités d'un seul contexte - il n'en reste pas moins qu'un des traits caractéristiques, sinon majeurs, de ce genre littéraire est la subversion.
Plus précisément, le réalisme magique peut être appréhendé comme un genre littéraire où l'irruption du surnaturel sert à favoriser la création et la diffusion d'un discours subversif. Subversion, oui, mais de quoi ? De quels types d'ordres ?

Trouvant ses sources en Amérique latine, le réalisme magique est né de la rébellion contre l'oppression colonisatrice. Partant du postulat plus qu'avéré que les mécanismes de la domination contaminent également - et surtout ? - l'imaginaire de l'individu, il s'est agi pour certains écrivains de s'affranchir de ces oppressions politiques et culturelles en tentant de quitter la "réalité colonisée".
Si l'Histoire littéraire a retenu les noms de José Luis Borges, Alejo Carpentier ou Jacques-Stephen Alexis comme les pères fondateurs et les figures iconiques du réalisme magique, l'apport considérable d'écrivains féminins semble avoir été oubliée, ou à tout le moins minimisée - notamment des auteurs comme la Chilienne Maria Luisa Bombal. C'est ici que Katherine Roussos, par la médiation de son ouvrage, intervient.
Jeune étasunienne de trente et un ans installée en France, romancière, essayiste, dramaturge, docteur es lettres (excusez du peu) Katherine Roussos est également présidente de l'association "Cité des dames", association dont l'objectif est la promotion de la littérature féministe. Dans le texte qui nous intéresse, Roussos étudie plus spécifiquement ce genre littéraire comme une remise en cause de la domination masculine - plus précisément du patriarcat en tant que vecteur d'oppression et de subordination d'un sexe sur l'autre - et choisit de se pencher sur des textes de Maryse Condé, Marie NDiaye et Sylvie Germain.
Le recours au surnaturel comme possibilité d'une autonomie des femmes qui tenterait de transcender les rapports de sexes, de classes et de races, tel est l'axe d'étude de Roussos.
Si l'auteur reconnaît comme capitale la contribution d'un auteur comme Gabriel Garcia Marquez à ce genre littéraire, elle est cependant sans appel quant au traitement des femmes dans le chef d'œuvre absolu du Colombien : "[…] Garcia Marquez qui remet en cause la dictature, mais jamais la domination patriarcale. Les femmes dans Cent ans de solitude sont soit domestiquées, soit sexualisées […] elles ne constituent que l'arrière plan des évènements héroïques dans la vie des hommes".
Genre littéraire avons-nous dit ? L'auteur utilise cette dénomination presque par défaut tant le réalisme magique semble échapper selon elle à toute fixité catégorielle. Concept, mode de narration, technique ou simplement poésie ? Pour Roussos en effet, "sa reconnaissance comme genre littéraire aide à l'approfondir dans ses dimensions techniques mais également sociopolitiques".
L'ouvrage suit un plan rigoureux, clair et à visée didactique, allant des diverses acceptions du réalisme magique et de son histoire culturelle aux exemples d'héroïnes réalistes magiques (tirées d'un corpus fait de textes des trois auteurs précités) pour arriver enfin aux valeurs de résistance et de révolte inhérentes au genre. Tous ces éléments sont accompagnés de références à des concepts relevant de la psychanalyse, de développements autour de renvois historiques précis et, de façon générale, le texte est ponctué de commentaires de l'auteur sur des réflexions de grands écrivains féministes (ou non) tels que Monique Wittig ou Simone de Beauvoir, ceci, grâce à des citations judicie
janvier 2008

http://www.meetaw.com/SIB_V5_MEETAW/BaseDocumen...

Auteur concerné