Elisabeth de Gentil-Baichis

Quand tout est à réinventer, quand soi-même on ne sait plus qui on est, on cherche à tâtons des nouveaux chemins pour avancer. L’écriture m’a permis de déposer ce qui m’encombrait, toutes ces émotions dont je ne savais plus quoi faire après la mort par suicide de ma fille. L’écriture m’emmène ailleurs, me permet de me décentrer de ma peine. Dans un monde en mouvement, où tout va si vite, je fais le choix de me poser et de regarder en face ce que j’ai à traverser. Sans crainte. Je partage avec vous mes réflexions sur l’absence, sur le besoin de solitude, sur la relation aux autres qui se modifie, sur ce qui me fait du bien. J’ai découvert tout au long de l’écriture la femme que je suis aujourd’hui.

J’ai co-écrit avec mon mari Eric " La vie quand même-Survivre et renaître après la mort de son enfant ", aux éditions de la Chronique Sociale en 2013.
Nous y apportons le témoignage d’un père et d’une mère confronté au suicide de leur fille de 15 ans.
Nous mettons en parallèle ce qui nous unit et ce qui nous différencie, ce qui nous a aidé à renaître. Ce livre à deux voix a été pour nous une façon de donner du sens au geste insensé de notre fille. Tenter d’approcher son mystère et de la comprendre. Il nous a permis également d’aller à la rencontre de nombreux parents endeuillés.

adresse email envoyer un mail à l'auteur

Bibliographie

Autres parutions

"La vie quand même - Survivre et renaître après la mort de son enfant" aux éditions de la Chronique Sociale, en 2013.