• Couverture ÉTAT DES ÉTUDES SUR L'ANTIQUITÉ AFRICAINE
  • 4eme ÉTAT DES ÉTUDES SUR L'ANTIQUITÉ AFRICAINE

ÉTAT DES ÉTUDES SUR L'ANTIQUITÉ AFRICAINE

Babacar Sall

La conscience historique africaine
Date de publication : mai 2008
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

L'histoire est une science et une discipline. Elle se caractérise par ses objet, méthode et son champ d'études ou d'investigations. La confusion entre ces deux catégories est probablement à l'origine de la fausse définition qui réduit l'Histoire à l'étude du passé. Cette définition nous semble fausse parce que le passé, en tant que notion, est un jugement de valeur. Partons de la dichotomie classique qui distingue l'histoire "en-soi" et l'histoire "pour-soi". L'histoire "en-soi" renvoie à l'ensemble des voies et moyens par lesquels une société a, à travers le temps, assuré ses production et reproduction sociales. L'histoire "pour-soi" se réfère, quant à elle, à l'étude des phases et façons par lesquelles, une société a, à travers le temps, assuré ses production et reproduction sociales. Il découle de cette distinction que toute société a une histoire "en-soi". La question de pouvoir étudier cette histoire, d'en faire une histoire "pour-soi", est un problème de moyens, de techniques d'investigation, de mentalité. De ce point de vue, l'histoire est une science récente et se distingue en maints points du récit qui peut être assimilé à la forme primitive du discours historique. L'autre question qui se pose alors est de savoir s'il faut parler d'histoire africaine ou d'histoire des sociétés africaines.

     
  • ISBN : 978-2-296-05422-6 • mai 2008 • 16 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso