L'ESPACE ET LE TEMPS ROMANESQUES : DEUX PARAMETRES POETIQUES DE LISIBILITE DE L'ECHEC DE LA QUETE DE LA MODERNITE DANS L'AVENENTURE AMBIGUË DE CHEIKH HAMIDOU KANE

Marcel Nouago Njeukam

L'espace et le temps constituent des invariants de l'écriture romanesque, auxquels la critique littéraire accorde cependant une infime attention. Le présent article se propose de questionner ces deux structures narratives qui, loin de répondre aux besoins de la mimésis ou de remplir une fonction purement décorative, représentent un "opérateur de lisibilité" des textes littéraires. Ces deux réalités signifiantes éclairent l'échec de la quête de la modernité dans le roman kanien ici analysé. Elles en sont la figuration, la structure profonde.

L'ESPACE ET LE TEMPS ROMANESQUES : DEUX PARAMETRES POETIQUES DE LISIBILITE DE L'ECHEC DE LA QUETE DE LA MODERNITE DANS L'AVENENTURE AMBIGUË DE CHEIKH HAMIDOU KANE
Résumé
L'espace et le temps constituent des invariants de l'écriture romanesque, auxquels la critique littéraire accorde cependant une infime attention. Le présent article se propose de questionner ces deux structures narratives qui, loin de répondre aux besoins de la mimésis ou de remplir une fonction purement décorative, représentent un "opérateur de lisibilité" des textes littéraires. Ces deux réalités signifiantes éclairent l'échec de la quête de la modernité dans le roman kanien ici analysé. Elles en sont la figuration, la structure profonde.
Mots-clé
Analepse - consubstantialité - catégorie thymique - espace - heuristique - jeu des référents spatiaux - poétique - prolepse - signifié - temps.
Introduction
Explorer l'espace et le temps dans une œuvre romanesque, c'est essayer de comprendre celle-ci dans l'interstice qu'autorise une analyse textuelle. Bien plus, c'est lui construire un sens à partir de ces deux structures qui relèvent de la poétique. En effet, un texte littéraire est une combinatoire de signes, c'est-à-dire un ensemble de relations des éléments d'un tout, et une analyse structurale "croit que la partie ne peut se comprendre qu'une fois mise en relation avec le tout dont elle fait partie". Aussi avons-nous, eu égard à ces postulats, intitulé notre propos "L'espace et le temps romanesques : deux paramètres poétiques de lisibilité de l'échec de la quête de la modernité dans L'Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane". L'objectif ici recherché est de mettre en exergue la fonctionnalité de ces deux structures heuristiques, de montrer qu'elles sont un "opérateur de lisibilité fondamentale" (Philippe Hamon, 1993 : 108), des supports narratifs de l'échec de la quête à laquelle aspire le peuple Diallobé. L'espace et le temps sont par conséquent porteurs de sens. Il s'agit, dans une certaine mesure, de renforcer le lien entre poétique littéraire et préoccupation thématique. Nous entendons étudier l'armature du récit, scruter les signes qui font référence à la présentation de l'espace et du temps. Plus exactement, nous procéderons à une étude des langages spatiaux et temporels selon les deux dimensions du signifiant et du signifié, afin de faire ressortir la contrepartie poétique de la thématique autour de laquelle s'articule l'œuvre du romancier sénégalais. Celle-ci met en scène la crise à laquelle font face les Diallobé et dont le nœud est le problème scolaire. Ledit problème va engendrer la délocalisation de Samba Diallo puisque, pour être conjoint de l'objet (modernité).avec lequel les Diallobé entretiennent une relation appétitive, le disciple de maître Thierno est contraint à migrer en Europe. Mais, cette quête de la modernité va se solder par un échec dont l'espace et le temps, serrés de près, apparaissent comme une figuration ou, mieux encore, la structure profonde.
1 La configuration spatiale et l'échec de la quête de la modernité
L'espace narratif se conçoit comme un volume plus ou moins vaste et plus ou moins délimité où se situent les objets de l'univers du récit. C'est, d'après Gustave-Nicolas Fischer, "un lieu, un repère […] où peut se produire un événement et où peut se dérouler une activité" (1981:125). Il est un constituant essentiel d'une œuvre littéraire et Michel Butor a beau jeu de dire que "l'espace est un thème fondamental de toute littérature romanesque" (1964 : 44).
1-1 l'espace référentiel français
L'espace référentiel, désigné encore sous la terminologie d'espace englobant, fait référence à l'espace géographique. Dans l'œuvre de Cheikh Hamidou Kane, l'investissement de l'espace français par Samba Diallo dénote une rupture patente. Celle-ci est manifeste à travers le principe de l'hétérotopie qui stipule qu'un espace se définit par rapport et par opposition à un autre auquel il fait allusion : "ici, on dirait que je vis moins pleinement qu'au pays des Diallobé" (p. 161). De ces propos de Samba Diallo, il ressort que l'espace géographique français appartient à ce que Algirdas-Julien Greimas et Joseph Courtès appellent la catégorie thymique. Celle-ci, soulignent-ils,
permet d'articuler l'investissement sémantique lié directement à la perception qu'a l'homme de son propre corps dans un environnement donné (1979 : 390).
Sorti de sa sphère existentielle, le personnage kanien ne réussit pas à apprivoiser l'univers français. A une époque où la notion d'intégration alimente de nombreux débats, nous constatons que le fils du Chevalier ne parvient pas à se fondre de manière harmonieuse dans ce nouveau cadre. Son intégration dans l'espace occidental n'est pas un exemple de réussite ; en témoigne cet aveu poignant qu'il fait à Marc :
Je ne sais pas si vous avez ressenti parfois cette impression poignante de vacuité que donnent les rues de cette ville par ailleurs si bruyantes cependant (p. 161).
Ces propos fonctionnent sur une opposition : vacuité/bruit. Cette antithèse trahit l'inadéquation du jeune homme avec les réalités de l'ailleurs. Bien plus, elle thématise l'échec de l'insertion de l'immigré et en fait un personnage marginal. Ce dernier apparaît, pourrions-nous dire, comme un homme enraciné dans l'absence. Il est l'analogon de ces hommes de couleur qui, relève son interlocuteur, "attendaient de trouver à Paris ce qu'ils ont quitté pour y venir" (p.161). Samba Diallo ne fait pas corps avec l'environnement français. Cet indice textuel ne traduit aucun accord, aucune relation fusionnelle entre personnage et son nouvel espace. Le Diallobé est un homme d'exil qui, à travers l'évocation nostalgique et incessante de son pays natal, n'a pas de repère et ne se retrouve pas non plus dans son monde qui est un vaste tissu de différences. Par moment, cet univers lui donne l'impression d'être un labyrinthe qui "traduit de toute évidence l'angoisse des hommes devant le monde où ils ne retrouvent pas leur place" (Bourneuf et Ouellet, 1989:128). En outre, le rejet dont est victime l'immigré empêche de rendre probante son union avec l'hexagone. C'est dans cette optique que Pierre-Louis, à l'endroit du Diallobé, déclare:"l'occident se passe de vous, l'on vous ignore" (p.163).
A tout prendre, l'espace phénoménologique est essentiellement dysphorique pour Samba Diallo. Toute absence d'attraction entre ce monde et lui instaure dès lors des rapports de distanciation. Dans une moindre mesure, cet espace fonctionne comme une prolepse, pour reprendre la terminologie de Gérard Genette. En d'autres termes, il préfigure le drame qui sera celui de l'ancien disciple du foyer Ardent, au bout de son itinéraire, de son périple occidental. L'espace référentiel dans le récit de Cheikh Hamidou Kane "s'inscrit dans un mouvement dialectique" (Jean Getrey, 1982:18). Parti de son pays où il "brûlait au cœur des êtres et des choses" (p. 173), Samba Diallo se retrouve dans un monde qui est le contre-pied du sien. Le micro-espace dans lequel se débat ce personnage est aussi révélateur de l'échec de sa quête.
1.2. Le micro-espace
La composition romanesque accorde une importance non des moindres aux constituants spatiaux. Le micro-espace fait partie de l'espace référentiel. Il relève de l'espace topographique. Dans L'Aventure ambiguë, le micro-espace est bien souvent subordonné à l'analyse psychologique:
ayant déposé Adèle à sa porte, il rebroussa chemin, à pied vers le métro. Ce fut-là que, lorsque la rame eut démarré, son souvenir, soudain, lui présenta un visage. Il le vit avec une intensité presque hallucinante. Là en face de lui, dans la lumière jaune et parmi la foule entassée, le visage du maître des Diallobé avait surgi. Samba ferma les yeux, mais le visage ne bougea pas […] le visage avait disparu (p. 174)
Au-delà de l'analyse psychologique qu'il donne à lire, le métro s'avère sociofuge. Bien plus, il rend compte de l'intérêt dramatique de l'œuvre. Le désarroi du personnage vient s'y inscrire. Le métro se caractérise par sa clôture et s'assimile ainsi à une prison où se joue un drame. Il est le symbole de la perte de contact de Samba Diallo avec le monde. A travers lui, l'espace trouve son expression la plus pessimiste dans l'œuvre et il permet
d'apprécier les fonctions de l'espace dans ses rapports avec les personnages […] et à dégager les valeurs symboliques et idéologiques rattachées à sa représentation (Henri Mitterrand, 1980:124).
Le métro est la métaphore de l'angoisse existentielle du personnage, victime d'une hallucination. Celle-ci est un des points névralgiques des troubles psychotiques. Elle ressortit à la psychiatrie et entraîne une perception sans objet de la part du sujet. Samba croit voir le visage de maître Thierno, or il n'en est rien. L'hallucination reflète la déliquescence mentale qui gagne le personnage. Ce dernier perd progressivement ses caractéristiques et acquiert des propriétés défavorables à sa vitalité. Le jeune étudiant, qui a des raisons de craindre d'avoir perdu la raison, croit être en relation avec le maître alors qu'il est en rapport d'altérité avec lui-même.
Cette vision hallucinatoire à laquelle Samba est sujet fait de lui un handicapé du réel. Elle établit une sorte de disjonction entre l'étudiant et la France. Cette disjonction accrédite la thèse de l'échec de l'intégration et de la quête de ce dernier. Cette pathologie montre que son rapport au monde est perturbé. Elle traduit l'acuité du drame du personnage dans une société qu'il ne parvient pas à enlacer, où il a du mal à s'adapter. Le métro est l'espace du mal-être, du malaise, car Samba Diallo y subit une certaine altération de ses dispositions psychiques. Aussi, peut-on convenir avec Ludovic Janvier que "ce n'est pas […] un hasard si la tragédie moderne, depuis Kafka, s'exprime surtout en termes d'espace" (1964:27), tragédie qui se profile également travers le jeu des référents spatiaux.
1.3. Le jeu des référents spatiaux
Dans l'espace effectivement représenté dans le roman qui fonde nos analyses, "d'autres espaces évoqués [s'y] emboîtent" (Bourneuf et Ouellet, 1989:106), instaurant de la sorte un jeu entre le référent spatial textuel et situationnel. Dans l'œuvre de Kane, ce jeu sert à opposer l'Afrique et l'Occident, dans l'optique de souligner notamment le vide spirituel de celui-ci : "les hommes d'occident connaissent de moins en moins le miracle et la grâce" (p.108). Ces mots du Chevalier sont chargés de non-dits, de virtualités plurielles dont le décryptage donne à voir un espace idéologique opposé à celui dans lequel Samba Diallo a jusqu'ici été moulé. L'Occident apparaît comme un lieu de perdition, spirituelle en l'occurrence. Indissociable de l'espace, le temps est une réalité signifiante dans L'Aventure ambiguë
2. La temporalité narrative et l'échec de la quête de la modernité
Le temps est une donnée complexe et à l'instar de l'espace dont il est par ailleurs solidaire, il a une implication dans la construction d'un sens au texte. De manière générale, il désigne une grandeur qui indique l'intervalle entre deux périodes ou encore entre le début et la fin d'une œuvre. Il recouvre plusieurs facettes et c'est le lieu ici de convoquer Michel Butor pour qui,
dès que nous abordons la région du roman, il faut superposer au moins trois temps : celui de l'aventure, celui de l'écriture, celui de la lecture (cité par Bourneuf et Ouellet,1989 : 106).
La nuance que relève cet écrivain et théoricien du roman est d'autant plus fondamentale que l'étude du temps romanesque ne saurait se limiter à cette typologie. Celle-ci est indicative. Aussi, examinerons-nous tour à tour le temps social, les distorsions temporelles et le temps cosmique dans notre œuvre.
2.1. Le temps social
Il s'agit d'un temps intérieur, d'avantage psychique, vécu par une conscience. Ce temps gouverne les motivations et les actions des personnages. Dans le récit de Cheikh Hamidou Kane, le temps social prend le visage du traditionalisme et du modernisme. Celui-ci est le goût, la recherche de ce qui est moderne. Celui-là désigne l'attachement aux traditions. Les deux substantifs s'opposent donc sur le plan sémantique.
Ces deux tendances antithétiques qui se font jour et s'affrontent chez les Diallobé sont caractéristiques de la crise qui secoue ce peuple. Maître Thierno, dont le foyer Ardent symbolise le conservatisme, est l'incarnation même du passé dans L'Aventure ambiguë. Il est une figure allégorique de sa société et en pérennise les valeurs, à la limite caduques, avec une fidélité au-dessus de toute épreuve : "enveloppez-vous d'ombre, retirez-vous dans votre foyer et nul, je l'affirme, ne pourra donner le bonheur aux Diallobé" (p. 45). Cette réplique de la Grande Royale est très expressive de l'attitude du Maître dont le choix s'oppose à celui du pays dans sa masse, à savoir l'ouverture aux valeurs modernes, au progrès à travers l'envoi des enfants à l'école nouvelle. Au sujet de l'attitude du maître de l'école coranique, Thomas Meloné déclare qu'il
recherche systématiquement la sainteté, professe et pratique la mortification dans un pays où en fait tout le monde s'intéresse d'abord à la satisfaction du corps et de la matière (1973:141)
Le sentiment religieux et l'attachement excessif à la tradition poussent cet homme à oublier son corps et à mener une vie austère. C'est ainsi que, fait remarquer Christine Essono:
Pire que [les] actes de privation, surgissent dans le récit d'autres signes d'austérité qui marquent la négation de la vie par le maître. On relève principalement des éléments de l'écriture qui valorisent la mort au détriment de la vie (1995 : 36).
En face du Maître du Foyer Ardent, lequel se détourne du progrès et s'insurge contre le projet de la Grande Royale, se dresse cette dernière. Selon elle, l'orientation de Thierno n'est plus en adéquation avec les impératifs d'un monde en profonde mutation et que les nouvelles générations devront affronter tôt ou tard. La sexagénaire est une adepte déclarée du progrès, de l'ouverte. Morceau choisi :
Je vénère mon père et le souvenir que vous en avez. Mais je crois que le temps est venu d'apprendre à nos fils à vivre. Je pressens qu'ils auront affaire à un monde où les valeurs des morts seront bafouées et faillies (p. 38).
Les Diallobé ont longtemps vécu en ermite, en autarcie. Aussi, la Grande Royale veut-elle rompre avec les mœurs surannées. Son objectif est de composer avec le nouvel ordre dont Samba Diallo entre autres doit être le précurseur. Le nouvel ordre engage le devenir de la communauté Diallobé. Le moment est venu d'opérer des changements qui, aux yeux de la sœur du chef, sont indispensables. Pour cela, celle-ci n'hésite pas à bousculer la tradition :
J'ai fait une chose […] qui n'est pas dans nos coutumes. J'ai demandé aux femmes de venir aujourd'hui à cette rencontre. Nous autres Diallobé, nous détestons cela […] Mais de plus en plus, nous aurons à faire des choses […] qui ne sont pas dans nos coutumes. C'est pour nous exhorter à faire une de ces choses que j'ai demandé à vous rencontrer aujourd'hui (p. 56).
Une nouvelle ère a sonné et illustre une étape décisive dans l'existence de ce peuple. Elle rime avec bouleversement et changement. Elle tient à cœur la Grande Royale parce qu'elle s'insère dans ses luttes que son détracteur, Maître Thierno, ne voit pas d'un bon œil. Le temps social met à jour deux visions du monde qui divergent et s'affrontent. Cet affrontement idéologique laissera des séquelles à Samba Diallo, étant donné qu'il en constitue dans une mesure le lieu géométrique.
Ce temps est particulièrement significatif car en plus d'être le miroir de la crise dans laquelle semblent s'empêtrer les Diallobé, lesquels se trouvent désormais à la charnière de deux mondes, il résume les contradictions de l'Afrique contemporaine.
2.2 Les distorsions temporelles : la prolepse et l'analepse
Les distorsions temporelles reflètent la complexité du temps romanesque. En effet, l'écriture ne progresse pas de manière chronologique dans le même sens que le temps de l'histoire. Ces détorsions sont de l'ordre des anachronies narratives que Gérard Génette conçoit comme "les formes de discordance entre l'ordre de l'histoire et celui du récit" (1972 : 79). Elles se manifestent par des télescopages, des chevauchements d'actions, des prolepses et des analepses.
Dans L'Aventure ambiguë, la prolepse, qui est une technique d'anticipation, fonctionne sous le mode de la prémonition :
l'école où je pousse nos enfants tuera en eux ce qu' aujourd'hui nous aimons et conservons avec soin, à juste titre. Peut-être notre souvenir lui-même mourra-t-il en eux. Quand ils nous retiendront de l'école, il en est qui ne nous reconnaîtront pas (p.57).
Ici, la prolepse s'avère dysphorique. Par le biais du regard prospectif de la Grande Royale, le futur qui se dessine laisse voir une issue quelque peu redoutable de l'aventure. Le spectre de l'échec plane déjà sur la quête de la modernité. Celle-ci semble même déjà compromise. Cette technique narrative permet de mettre en parallèle une époque à venir avec le temps présent. Elle témoigne d'une tragédie qui se profile à l'horizon et des expériences traumatisantes qui guettent la communauté. La prolepse thématise pour ainsi dire une issue pessimiste de l'aventure, de la quête.
L'analepse quant à elle renvoie aux retours en arrière, pour parler de manière prosaïque.
Il [Samba] revivait par la pensée les circonstances de son départ du foyer. Le chef l'avait fait venir ensuite et lui avait annoncé qu'il allait retourner à L.[…] En effet il allait quitter le maître […] près du maître, Samba Diallo avait connu autre chose (p.p. 75-76).
Cette anachronie narrative fait revivre le contexte dans lequel s'est effectué le transfert de Samba Diallo de l'école coranique, où s'est déroulée son éducation sous la férule religieuse de Thierno, à l'école nouvelle. Par ailleurs, elle matérialise le premier contact, pour le moins douloureux, entre le cousin de la Grande Royale et la pensée occidentale à laquelle seront dorénavant formés les fils Diallobé.
2.3 Le temps cosmique
Conçu comme le cours naturel des astres et des saisons, le temps cosmique s'inscrit dans la marche et dans le fonctionnement de l'univers au sein duquel se meuvent les personnages. L'alternance des saisons peut être euphorique ou dysphorique. Dans l'œuvre de Cheikh Hamidou Kane, le temps cosmique génère un certain mal-être chez Samba, comme l'atteste le passage ci-dessous :
Juin tirait à sa fin et déjà il faisait sur Paris une chaleur accablante. Samba Diallo […] marchait dans un état de demi-somnolence engourdi par la chaleur. Un filet tenu de pensée clair filtrait avec difficulté de la lourde nappe de ses sensations, comme un courant d'eau fraîche à travers la masse inerte d'une mer tiède (p 140).
Il est évident que le temps cosmique dénote un malaise psychosomatique. Il est hostile et agressif. Son influence est telle qu'il affecte considérablement les dispositions psychiques du personnage, lequel bascule dans une espèce de déréliction. Ainsi, le temps cosmique connote cet "être de papier" dont il matérialise la fragilité mentale. Il se charge d'une signification forte dans la mesure où il se combine avec la trame du récit et se pose comme un signe avant-coureur de la tragédie du héros kanien, transplanté à Paris.
CONCLUSION
En dernière analyse, L'Aventure ambiguë s'apparente dans une moindre mesure à L'impasse de Daniel Biyaoula. A l'instar de ce roman, l'œuvre de Cheikh Hamidou Kane est "une espèce de cocktail où aucun ingrédient ne semble avoir été omis: destin des immigrés [...] ; tradition versus modernité ; [...] aliénation." Tous ces ingrédients participent du drame au cœur duquel se trouvent les Diallobé et dont les composantes spatiales et temporelles sont une figuration. Telles des pièces d'un puzzle, l'espace et le temps forment tout un système de signes parsemés dans ce récit, lesquels concourent à la poétique de l'échec de la quête dans laquelle s'est engagé le peuple Diallobé. La fonctionnalité de ces deux structures et leur incidence dans le processus de construction d'un sens à cette œuvre attestent le rapport de consubstantialité qui lie le contenu d'un texte littéraire à l'arsenal esthétique qui le véhicule. Dès lors, l'intérêt d'une œuvre n'est pas uniquement tributaire de l'enracinement de celle-ci dans son contexte d'émergence. Cet intérêt se mesure aussi à l'aulne de sa dimension artistique. La poétique de l'espace et du temps dans L'Aventure ambiguë en est une illustration. Supports narratifs de l'échec de la quête de la modernité, ils constituent deux réalités signifiantes et s'offrent au critique comme une voie possible de lecture d'une œuvre.
BIBLIOGRAPHIE
1. Bourneuf, Roland et Ouellet, Real (1989), L'Univers du roman, Paris, PUF.
2. Butor, Michel (1964), Répertoire II, Paris, Minuit.
3. Fischer, Gustave-Nicolas (1981), La Psychologie de l'espace, Paris, PUF.
4. Genette,Gérard (1972), Figures III, Paris, Le Seuil.
5. Getrey, Jean (1982) Comprendre l'aventure ambiguë, Paris, Les Classiques Africains.
6. Greimas, Algirdas et Courtès, Joseph (1979), Sémiotique : Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Tome 1, Paris, Hachette.
7. Hamon, Philippe (1993), Du Descriptif, Paris, Hachette.
8. Kane Hamidou, Cheikh (1961), L Aventure ambiguë, Paris, Julliard.
9. Janvier, Ludovic (1964), La Parole exigeante, Paris, Edition de Minuit.
10. Kom, Ambroise et Mouralis, Bernard (Sept-Décembre 1998), "Regards croisés sur l'impasse de Daniel Biyaoula" in Notre Librairie, Revue des littératures du Sud, N°135.
11. Meloné, Thomas (1973), "Analyse et pluralité. Cheikh Hamidou Kane et la folie" in Mélanges africains, Yaoundé, ERLAC.
12. Mitterand, Henri (1980), Le Discours du roman, Paris, PUF.
13. Onguene, Christine (1995), "L'Enfance de Samba Diallo, une éducation controversée: approche lexicale" in Lectures, Yaoundé, n°2.
14. Richard, Jean-Pierre (1961), Introduction à l'univers imaginaire de Mallarmé, Paris, Les Classiques Africains.
NOTICE BIOBIBLIOGRAPHIQUE
Marcel Nouago Njeukam est professeur des Lycées d'Enseignement Général et Doctorant à l'Université de Yaoundé I. Ses recherches portent notamment sur la littérature comparée. Il a collaboré au treizième numéro (juin- juillet 2008) de la revue semestrielle Inter culturels Francophone, numéro consacré à Mongo Beti. Il est par ailleurs l'auteur d'un roman, Poto-Poto Phénix, paru chez l'Harmattan.

NOUAGO NJEUKAM MARCEL


Imprimer cet article