Ce que je dois à Marina Tsvetaeva

Serge VENTURINI

Ce n'est pas moi que l'on mettra en terre,
Non, ce n'est pas moi.
Marina T.

Voir, devoirs et revoir

Le poète civique doit s'opposer à son époque, par son refus sans posture, il est un puissant antidote, un essentiel contrepoison à son temps prédateur. Entre terre et ciel, il est l'être d'un autre royaume, royaume sans cesse nié, toujours refoulé, le plus souvent saccagé, - mais bien réel pourtant et surtout vivant. Par son désir de trouver du neuf, de laisser place à la trouvaille, il n'a jamais été complè-tement dans la vie, ni dans la vie, ni en dehors de la vie. Il va et vient, hésite, bégaie dans un entre deux, entre le son et le sens, le bas et le haut, - flèche sur la page.
Papillon de l'obscur virevoltant dans la lumière dansante, archer exilé de l'immortalité domptant ses propres cris, il erre sans fin dans une nuit crépusculaire, tel le rossignol errant, mille roses ne sont-elles pas son vrai souci ? Il cherche après tant d'autres voyants, le lieu, le temps et la formule. Sa voix est aussi d'un autre espace-temps. Il est là sans être là, - il est d'ici et il est d'ailleurs.
Si le poète est un émigré sous son propre ciel dans un enfer sans prix, un exilé sur la Terre pour l'éternité, il n'est ni un être purement céleste, un haut séraphycus, ni un être pleinement terrestre, un tchernoziomien. Il oscille dans un troisième royaume et agit en révélateur tout épris qu'il est de subtile transparence. S'il élabore le visible, c'est pour mieux le mettre au service de l'invisible.
Dépasser l'humain vers le transhumain, n'est-ce pas le fameux Trasumanar du Dante ? La vie devient invisible, la voix de sa propre conscience alors disparaît. Il n'est ni blanc, ni noir, entre le feu de la Terre et la fumée du ciel, il est la vie, - rien que la vie, - cette poussière de flamme, matière chauffée à blanc, - pure incandescence.

L'œuvre est la vie même, - transfigurée. Car écrire, n'est-ce pas vivre ? Oui, écrire pour vivre, telle est l'expérience du monde pour le poète qu'il signe d'un soleil levant, d'un arc-en-ciel, ou d'une traînée de comète.


Imprimer cet article