Marly le roi et la Première Guerre Mondiale
Aristide et Gaspard Maillol
Complément d'information concernant la 1ere Guerre Mondiale à Marly

Sylvie André

Aristide et Gaspard Maillol
Aristide Maillol est né le 8 décembre 1861 à Banyuls-sur-Mer.
Venu étudier à Paris en 1882, il se lie d'amitié avec le groupe
des Nabis.
Maillol s'installe en 1897 à Villeneuve-Saint-Georges avec sa femme
Clotilde, puis en 1903 à Marly-le-Roi, pour se rapprocher de Roussel
et Denis, respectivement installés à l'Etang-la-Ville et Saint-Germain-en-Laye.S'il reste toute sa vie fidèle à sa région natale, la Catalogne,passant les mois d'hiver dans sa maison de Banyuls, Maillol trouve à Marly,à proximité de Paris, un lieu propice à son art, où il reçoit de nombreux artistes. Sa maison et son atelier, rue Thibaud, existent toujours.
Maillol et son neveu Gaspard - que je fais habiter au 63 rue de Montval dans
mon roman car il me paraissait logique qu'il ait sa propre demeure, à proximité
immédiate de la fabrique de papier, d'autant que dans ma jeunesse j'ai entendu
parler d'un espion allemand qui avait habité dans notre maison pendant la Première Guerre Mondiale (j'ai moi-même habité au 63 rue de Montval pendant ma jeunesse) - installeront, entre 1911 et 1912, un atelier de fabrication, propriété du comte Kessler, dans une grange située dans le hameau de Montval. Lors de la première guerre mondiale, la fabrique sera détruite, début 1915, comme je le raconte dans "Les fiancés de la Grande Guerre". Il faut savoir que la proximité de la garnison au Trou de l'Enfer alimentait particulièrement les
craintesdu voisinage concernant un éventuel espion allemand. Après l'incendie de la fabrique en 1915, l'activité se poursuivra au Mans, puis à Vidalon-les-Annonay. En 1925, le brevet de fabrication du papier Montval est vendu à la société Canson & Montgolfier, qui le produit toujours.
Information complémentaire concernant la Première Guerre Mondiale à Marly le roi
En 1914 Marly compte 1672 habitants; une augmentation due aux nouveaux quartiers créés depuis l'arrivée du tram et du train; mais néanmoins, le village même se dépeuple. Avec le début de la guerre, c'est la disparition du vignoble dont la culture était passée du pinot blanc de qualité et bien adapté au sol d'origine, au gamay rouge de faible qualité et inadapté. En février, l'éclairage électrique de l'église est décidé.
En 1916, les essais d'entraînement des premiers tanks français ont lieu sur le territoire de la commune.


Imprimer cet article