Garry Kasparov jeté en prison comme un criminel

Serge Venturini

pour Anna Politkovskaïa
assassinée le 7 octobre 2007

Un an, et après...

La vérité au cœur, - quand cœur signifie courage, quand l'encre noire du mensonge se répand sur tout le pays, la plume a ses devoirs. Et celle ou celui qui tient la plume ne connaît plus la peur, - la peur même lui est étrangère.
Même les balles ne peuvent l'atteindre. S'il meurt, d'aucuns vont continuer ce combat. Une autre voix prendra sa place, un fils, un frère ira dans les asiles psychiatriques et les prisons ; les vieilles méthodes de tous les tsars sont impuissantes à museler la lumière, même si ces procédés refont encore leur apparition.
La vérité au cœur, quand on massacre sans sourciller, quand un peuple tout entier risque de disparaître, quand le gros doigt indique un nom pour fêter un anniversaire.
Au temps des ténèbres, qu'avez-vous fait contre les ténèbres ? Diront les enfants, vos propres enfants. Que leur répondrez-vous alors ? Que vous fermiez les yeux, que vous vous bouchiez les oreilles pour ne pas entendre les cris des nôtres ? "Nachi", - les nôtres, le parti de Poutine et des slaves chauvinistes et ultranationalistes !
La vérité au cœur, car elle n'a pas de frontière, - cœur sans frontière, la liberté comme la musique aussi. Anna a été assassinée pour l'anniversaire de l'ancien du KGB, - Poutine, Larissa enfermée avec tant d'autres, Garry Kasparov surveillé, la presse et les media bâillonnés... dans l'indifférence des gouvernements "démocrates" de la planète.
- On ne bâillonne pas la lumière ! Et, les tyrans sont maudits par les enfants de leur pays. Avec le temps, la vérité triomphe toujours, même si l'on oublie les noms de ceux qui pour elle, - moururent. Ce fut leur choix d'être des hommes libres de vivre et de mourir, mais… - la vérité au cœur.


Imprimer cet article