UNE DYNASTIE D'INTELLECTUELS DE FRANCHE-COMTÉ : LA FAMILLE D'AUXIRON, PAR JEAN-MARIE THIÉBAUD


Une dynastie d'intellectuels de Franche-Comté : la famille d'Auxiron, par Jean-Marie Thiébaud
Académie des Sciences, des Belles Lettres et Arts de Besançon et de Franche-Comté

Il convient de remercier Jean-Marie Thiébaud, infatigable généalogiste comme le prouve son étude sur la famille comtoise les Auxiron. Il est évident que cette famille fascine par sa longue lignée d'intellectuels, dans tous les domaines de l'esprit.
La famille d'Auxiron, originaire de Valoreille (Doubs), est connue depuis la seconde moitié du 15e siècle, le premier membre étant Jean d'Auxiron né vers 1470. Issue d'une longue lignée de notaires et d'officiers seigneuriaux (juges-châtelains, greffiers et tabellions généraux) de Châtillon-sous-Maîche, Vaucluse, Maîche et Mandeure, elle a donné un jésuite moraliste, un chanoine, des curés docteurs en théologie, quatre médecins dont deux professeurs aux universités de Dole et de Besançon, un professeur de droit, juge-gouverneur de la vicomté de Besançon, un chevalier et un comte du Saint-Empire, auteur d'un traité sur l'éducation d'un prince, sans oublier un romancier dijonnais du 19e siècle.
Le plus illustre d'entre eux est Claude François Joseph d'Auxiron (1731-1778), élève de l'Ecole d'artillerie de Metz, capitaine réformé, retiré à Quingey, auteur de "Principes de tout gouvernement, ou Examen des causes de la splendeur ou de la faiblesse de tout Etat considéré en lui-même et indépendamment de ses mœurs", traité en deux volumes, édité à Paris en 1766 et qui a fait de lui, parmi les non-physiocrates, un précurseur de Malthus. Cet ouvrage apporte une contribution majeure à l'importance des mathématiques économiques. Ingénieur militaire, Claude François Joseph d'Auxiron est également connu pour sa découverte de la navigation à vapeur, qui a fait de lui le précurseur du marquis de Jouffroy d'Abbans.
Une telle succession d'intellectuels, dans des domaines aussi divers, sur près de quatre siècles de l'histoire comtoise, ne se trouve que dans la famille Chifflet (séance du 4 février 2008).

Le Jura français, 1er trimestre 2008, p. 27.

Le Jura français, mars 2008