Pierre Meynadier

Réalisateur(trice)
Les rencontres se font rarement par hasard, et la mienne avec Che Guevara était d’une certaine manière inéluctable.
La première fois que je suis allé à Cuba, j’ai ressenti des sentiments très mitigés, mais ma caméra m’a rapidement donné accès à l’essentiel, et je me suis pris d’une profonde amitié pour ce peuple qui symbolise paradoxalement la force de la révolte et une certaine forme de soumission, puisqu’on le décrit aujourd’hui comme vivant sous le joug d’un dictateur. Cette ambivalence ne m’a jamais satisfait, et ma curiosité m’a là encore poussé à vouloir l’étudier pour mieux le comprendre. J’ai longtemps pensé à mettre cette histoire en images, mais j’ai un jour pris la décision de la conter avec des mots, pour lui conserver toute son authenticité.


Pierre MEYNADIER est né le 1er Janvier 1960 à Limoges.
Après de courtes études secondaires (Deug de Sciences) il débute dans la vie professionnelle en créant un magazine gratuit, dans lequel il écrit tout.
Il touche à tous les métiers de la communication jusqu’à l’apprentissage de l’audiovisuel.
À partir de 1992, il réalise des documentaires consacrés à la découverte des peuples, courts, puis rapidement plus longs formats. Collaborant à la compagnie AOM pour laquelle il réalise les programmes vidéo « in-flight », il parcourt le monde et va découvrir Cuba.
Cette rencontre sera comme un coup de foudre. La caméra lui permet de pénétrer plus profondément le cœur des gens de là-bas. Il part dans la Sierra Maestra, sur les traces des guérilleros de Fidel Castro. Entre 1995 et 2001, il accomplira cinq séjours sur place, rencontrant de nombreux anciens compagnons du Che, puis Camilo, son fils et Aleida, son épouse.
Pierre MEYNADIER réalise parallèlement de très nombreux documentaires, en Argentine, au Brésil, en Albanie, au Brésil, en Afghanistan, en Guyane, dans l’Océan Indien et en France, bien sûr, où il réalise notamment un film consacré à Gao Xing Jian, Prix Nobel de Littérature en 2000. Son regard est souvent attiré par le passé des peuples qui le fascine. Les déracinés, les conquis, les exilés occupent régulièrement le champ de sa caméra. Il est amoureux et passionné des belles images et des histoires riches. Marié à Mara, une Brésilienne, il possède aussi une grande connaissance et la passion de l’Amérique du Sud, qui ne sont bien sûr pas étrangères au choix du thème de ce premier roman.
Le second est déjà en cours d’écriture.
Entre 2006 et 2007, il va réaliser une série documentaire sur l’histoire du Brésil.

adresse email envoyer un mail à l'auteur

Bibliographie

Articles de presse

LE ROMAN DU CHE
J.-R. B.
La Provence, février 2006
LA VIE DU CHE VAUT BIEN UN ROMAN
Josefa MARTINEZ