Joscelyn Alcindor

Joscelyn Alcindor est un romancier caribéen dont le roman carrefour des utopies (l’Harmattan, mars 2000) a été récompensé par le prix Arc-en-ciel 2000. Déjà sélectionné au prix RFO en 1998, pour son second roman « Zabriko modi », l’auteur voyait ainsi son œuvre récompensée.

C’est indéniablement de sa Martinique natale que Joscelyn Alcindor tire l’essentiel de son inspiration. Il reconnaît avoir été profondément marqué par les scènes de la vie rurale, au François où il est né et où il a passé les 20 premières années de sa vie. De plus, il a été particulièrement attentif aux récits de sa grand-mère Isménie, qui évoquait quotidiennement, parfois avec nostalgie, « le temps passé » c’est-à-dire les années 30-40.

Néanmoins, ce n’est qu’en 1982, lorsqu’il quitte son île pour aller travailler à Paris que Joscelyn Alcindor prend toute la mesure de cette expérience et qu’il redécouvre l’écriture. Il s’y était déjà essayé adolescent mais s’en était rapidement détourné. Jeune adulte, séparé de sa famille et de ses repères socioculturels, il ressent l’écriture désormais comme une urgence, il y voit avant tout un exutoire. Mais son rapport à l’écriture va progressivement se modifier et, alors que rien ne semblait le prédestiner à la fiction, il écrit, en 1994, son premier roman « Cravache ou le Nègre soubarou », publié aux éd. l’Harmattan en 1995.

Depuis, Joscelyn Alcindor continue d’écrire, de raconter son île comme il la voit, comme il l’imagine. Les thèmes qu’il aborde sont variés – mythe de la toute-puissance masculine, jalousie ou encore rapports humains sur fond de crise sociale — et constituent l’occasion de rappeler l’histoire récente de la Martinique.

« L’île aux fruits amers », son dernier roman, plus contemporain, est paru en mars 2016 aux Éditions L’Harmattan. Cette histoire est un drame qui se banalise presque aux Antilles. Un jeune part pour ses études, se perd dans la drogue, l'argent facile, la prison. Il débarque au pays pour fuir ses créanciers. Dans cette Martinique où les armes tentent d'imposer leur loi, ce paradis où la fumée du cannabis remplace celui des brûlis, Désiré, un des personnages principaux, veut sa part du gâteau, peu importe le prix...

L’auteur aime à se décrire comme un autodidacte, car ni son emploi dans la fonction publique ni sa formation technique ne l’avaient préparé à l’écriture. En ce sens, il poursuit une carrière originale racontant la Martinique qui lui est chère et où il a enfin reposé ses valises après 23 de service dans la région parisienne.

adresse email envoyer un mail à l'auteur

Renseignements

Institution de travail :
jocelyn.alcindor@orange.fr

Fonction(s) actuelle(s) : Ecrivain(e), fonctionnaire

Pays d'origine : Martinique

Bibliographie