Angela Evers

Plasticien(ne)
Née en Hollande, à La Haye, en 1955, je vis en France depuis 1979.
Aussi loin que je me souvienne, j’aime les êtres et les arts - la danse, le dessin, la peinture, la musique - et tout ce qui touche à la création.
J’ai douze ans lors de mon premier séjour en France, aux Saintes Maries de la Mer, sur une plage à l’époque encore déserte. Tout y est si différent des pays du nord ! Bien sûr, rien ne me prédestine à ce moment là à venir vivre en France, ni à devenir directeur artistique et plus tard, peintre et art-thérapeute ! Pourtant mon histoire avec la France commence probablement sur cette plage des Saintes, et ce voyage a nourri mon goût pour l’évasion, pour l’art, et plus généralement pour ce qui est « différent ».
La différence, c’est un Ailleurs, mais surtout l’Autre, dans ce qu’il nous permet d’être et de devenir.
Depuis plus de trente ans, j’ai évolué dans plusieurs filières professionnelles que ce soit en psychiatrie ou encore mon expérience dans la pub, celle en tant qu’enseignante en art appliqué et ma formation et travail d’art-thérapeute … mais c’est avant tout la vie qui est un formidable chantier d’exploration, et probablement la meilleure « formation continue » qui soit … La création artistique, la culture au sens large, est un puits sans fond, on ne peux jamais prétendre maîtriser quoi que se soit ou se satisfaire de ce que l’on sait…! Peindre et écrire sont aussi une façon de s’inventer « d’autres vies »

L'apnée. Commentaires lecteurs: Décembre 2012

5.0 étoiles sur 5 d'une traite, 28 janvier 2013 - Par vm On lit d'une traite cette histoire obsédante, d'un amour bien vivant, aussi fort qu'il se révèle toxique pour chacun des personnages. Et c'est avec autant de sensibilité que de poésie que l'auteur nous fait vivre dans la peau de cette femme le début, les remous et la fin de cette histoire qui nous poursuit encore longtemps après avoir refermé le livre.

4.0 étoiles sur 5 Le risque de la relation , 16 mai 2013 Par ThierrySavini "Aimer c'est prendre le risque de la relation." Je ne sais plus de qui est cette phrase mais elle colle parfaitement à l'histoire de Nina et Charlie. Deux êtres engagés dans cette chronique d'un "naufrage annoncé", exaspérants dans leurs croyances réciproques. Elle, dans son incommensurable besoin de croire à cet amour à sens unique, malgré sa belle lucidité. Lui, clandestin dans l'âme, s'estimant dans les cimes mais surtout verrouillé dans son incapacité à témoigner de l'amour - non à le faire. Constat navrant qui tendrait à nous décourager à aller au bout du récit ... et c'est tout l'inverse qui se passe. Gagnés par l'écriture d'une auteure qui marie l'analyse fine à une triviale dérision, l'addiction s'immisce en nous. Animés par une soif de comprendre - ce qu'en fait nous avons déjà compris - nous nous accrochons à cette histoire comme Nina à son homme; avec l'espoir que quelque chose va changer la donne. Une quête désespérément humaine.
angela-evers.com
adresse email envoyer un mail à l'auteur

Renseignements

Titre(s), Diplôme(s) :
Bac + 5

Institution de travail :
Région d'Avignon
Travail en institution et en cabinet privé.

Fonction(s) actuelle(s) : Plasticien(ne), Art-thérapeute et psychothérapeute, auteure

Pays d'origine : Pays-Bas

Bibliographie

Autres parutions

Le grand livre de l'art-thérapie. Eyrolles 2010. Deuxième édition 2012
Commentaire Amazon :
Très agréable à lire, cet ouvrage apporte un éclairage intéressant, approfondi et pertinent sur cette profession. Il en expose les fondements et les enjeux avec justesse ; le tout étant une véritable mise en valeur de cette forme de psychothérapie, une belle démonstration de la sublimation à l'œuvre dans ce type de rencontres. On perçoit une art-thérapeute passionnée, exigeante dans son éthique, disposée à accueillir et à laisser s'exprimer la différence et la singularité de chacun.

Articles de presse

VAUCLUSE MATIN

Événement

RENCONTRE-DÉDICACE
Angela Evers
mai 2013