Michel Faure

A la fois essayiste,musicologue et historien des mentalités, je m'intéresse aux interactions qui existent entre une oeuvre d'art et la sociétés qui l'engendre et qui la reçoit. Que doit une création musicale (son inspiration, son langage, son esthétique...) au milieu économique, politique, social et culturel qui la fait naître et qu'elle illustre ? Comment et en quoi modèle-t-elle les mentalités collectives ? Les études que j'ai consacrées à l'opéra historique et aux compositeurs français de la fin du XIXe et du premier XXe siècles attestent l'originalité subversive de ma démarche.

Michel Faure est né à Saint Antoine de Breuilh (Dordogne) en 1931. Fils de paysan, il a fait ses études secondaires à Sainte Foy la Grande (Gironde), puis il s'est inscrit à l'Université de Bordeaux d'abord, à la Sorbonne ensuite. Il gagna sa vie six ou sept ans comme pion, dans les collèges ou lycées de Périgueux, Belvès, Melun, à Vantes. Les maîtres qui l'ont marqué sont essentiellement Pierre Flotte, Roland Mounier, Jacques Chailley, Henri Challan. Puis nanti de plusieurs diplômes d'enseignement, il exerça le métier de professeur de chant et de musique dans les écoles de la Ville de Paris et au lycée de Laon et d'Antony, puis celui de professeur d'histoire et de géographie au lycée Tessé et au lycée Bonaparte de Toulon. Pendant ses vacances et son temps livre, Michel Faure fouillait les bibliothèques, scrutait les livres et partitions, faisait quelques conférences, écrivait ses propres ouvrages. musique.histoire.fee.fr
adresse email envoyer un mail à l'auteur

Renseignements

Titre(s), Diplôme(s) :
DES Doctorat

Fonction(s) actuelle(s) : Ecrivain(e), retraité

Pays d'origine : France

Bibliographie

Autres parutions

- Musique et société du Second Empire aux années vingt autour de Saint-Saëns, Fauré, Debussy et Ravel, Flamarion, 1985;
- Du néoclassicisme musical dans la France du premier XXe siècle, Klincksieck, 1997;
- Histoire et poétique de la mélodie française ( avec Vincent Vivès), CNRS Editions, 2000;