• Couverture Classer les

CLASSER LES "RÉCITS" 111ÉDIATIQUES : ENTRE NARRATIONS PONCTUELLES ET NARRATIONS SÉRIELLES

Françoise Rev Az, Stéphanie Pahud et Raphaël Baroni

Cet article est un extrait du livre suivant :
Classer les récits


Date de publication : novembre 2007
Version numérique* :
4 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

1. Introduction
Identifier des récits dans la masse des productions langagières, les
classer, puis les décrire est l'une des tâches de la narratologie. Les premiers
textes narratifs à avoir été classés méthodiquement sont les contes du
folklore. Aame et Thompson (1927) proposent ainsi une classification de
contes populaires types à partir d'une collecte de textes issus de toute
l'Europe et de l'Inde. A la même période, le formaliste russe Vladimir Propp
(1928) publie une grammaire formelle du conte merveilleux qui met en
évidence les constantes des personnages et de leurs actions, après
comparaison d'une centaine de contes folkloriques russes. Le constat
commun est qu'il existe, derrière l'apparente diversité des textes, des
ressemblances de structure. La narratologie structurale va prolonger ce type
d'analyse en l'appliquant à d'autres corpus: le mythe et le roman
principalement (Barthes 1966, Eco 1966, Greimas 1966, Bremond 1966,
Todorov 1969 et Prince 1973, pour ne citer que les auteurs les plus
marquants). On notera à ce propos que,

     
  • ISBN : 978-2-296-04290-2 • novembre 2007 • 24 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : recto