• Couverture Quand l'argent sous-tend l'échange agonistique et s'attache à la mort
  • 4eme Quand l'argent sous-tend l'échange agonistique et s'attache à la mort

QUAND L'ARGENT SOUS-TEND L'ÉCHANGE AGONISTIQUE ET S'ATTACHE À LA MORT

Gilles Raveneaul

Contributions à une sociologie des conduites économiques
Date de publication : mai 2006
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Rien n'est plus emblématique de notre modernité que l'argent. Elle se
caractérise par le fait qu'elle subordonne la circulation des hommes, des biens et
des services à celle de la monnaie. Les sciences économiques, en charge de
cette question, s'évertuent à faire comme s'il n'y avait derrière la monnaie et la
soif de richesse rien qui mérite d'être interrogé ou presque. La monnaie
constituerait l'intermédiaire nécessaire aux échanges, le développement des
échanges lui-même serait nécessaire à l'extension de la richesse et cette dernière
serait logiquement désirable puisque deux biens valent mieux qu'un. La seule
ombre au tableau résiderait dans le fait que les économistes ne savent pas
expliquer ce qui fait la valeur de la monnaie. Cette vision a cependant été
contestée, en particulier par les ethnologues2. Elle est contestable pour au moins
trois raisons. D'abord, les biens échangés par les membres des sociétés
archaïques ne sont que rarement

     
  • ISBN : 2-296-00798-8 • mai 2006 • 14 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso