• Couverture DEFAITE DE LA CRITIQUE
  • 4eme DEFAITE DE LA CRITIQUE

DEFAITE DE LA CRITIQUE

Jean Ungaro

Comment parler de cinéma ?
Date de publication : octobre 2005
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

"Défaite de la critique" ? C'est - à peu de choseprès - ce que dit
le titre d'un texte, "Défaite de la pensée (critique)", publié dans
L'exercice a été profitable, Monsieur, dans lequel Serge Daney
s'interroge sur les raisons qui l'ont poussé à abandonner la critique de
cinéma et donc à renoncer à l'écriture, alors que, dans l'entretien
publié par Esprit 1en 1983, il revendique l'idée que la critique est une
écriture. Faire de la critique de cinéma était donc, pour lui, faire oeuvre
d'écrivain, inventer ses propres fictions pour les confronter à celles
qui lui étaient données par l'écran. Défaite de la critique qui serait une
défaite du cinéma ou d'un certain cinéma, celui dans lequel Daney
avait cru trouver le père dont il aurait été le fils. "Tout cela veut dire
que le cinéma a un rapport complètement original à la filiation et
quand ce rapport s'arrête, comme aujourd'hui, il risque bien de
s'arrêter aussi et de se retrouver remplacé du jour au lendemain par
des images d'un autre pays, par un visuel produit génériquement2."
Ce qui disparaît, c'est un certain cinéma dont le critique doit faire le
deuil comme le fils a fait le deuil du père. Ce cinéma, dont la
séduction tenait à l'idée d'un partage possible, est désormais remplacé
par des films où "les expériences restent la propriété personnelle, la
possession de l'individu et qu'il n'ait pas à s'en expliquer dans
l'espace public", ce qui aboutit à "plus de récit, plus de partage

     
  • ISBN : 2-7475-9220-0 • octobre 2005 • 15 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso