• Couverture Les nouvelles conditions des savoirs et les politiques de la modernité. Une révolution épistémologique
  • 4eme Les nouvelles conditions des savoirs et les politiques de la modernité. Une révolution épistémologique

LES NOUVELLES CONDITIONS DES SAVOIRS ET LES POLITIQUES DE LA MODERNITÉ. UNE RÉVOLUTION ÉPISTÉMOLOGIQUE

Images changeantes de l'Inde et de l'Afrique
Date de publication : avril 2011
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Dans cet article, nous nous intéresserons seulement à quelques-uns des
aspects du problème dont nous dressons ici la cartographie provisoire.
La modernité représente un important pas historique vers l’unification du
monde (laissons de côté les controverses sur la postmodernité). Sa forme
accomplie en notre temps aura été celle de la mondialisation : aucun pays ou
partie de la planète n’y échappe désormais ; nous en sommes tous. Auparavant,
le monde consistait en des humanités perçues comme des pays, des religions ou
des langues séparés. Les prétentions universalistes, qui existent dans toutes les
visions du monde et s’étendent (ou non) aux autres à partir d’une préférence que
l’on se porte et de la centricité de soi, ne s’étaient pas alors, encore, traduites en
l’idée d’une humanité et d’un monde unifiés. Et bien que notre monde unique
ait été et soit traversé par toutes sortes d’inégalités et d’injustices, il n’y a pas de
doute que la vision d’un monde ‘Un’ a fait son chemin. L’imaginaire d’une
humanité et d’un monde unique, sans extérieur, a désormais été elle-même
universalisée, quoiqu’on puisse en penser. Depuis la modernité (que l’on
distingue maintenant comme “occidentale”), il s’est installé une continuité pour
l’“occident” ainsi que des interruptions

     
  • ISBN : 978-2-296-54139-9 • avril 2011 • 7 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat