• Couverture L'Acquisition non guidée de langue étrangère (ALE) comme facteur de la créolisation linguistique : L'exemple des marqueurs AP et KA
  • 4eme L'Acquisition non guidée de langue étrangère (ALE) comme facteur de la créolisation linguistique : L'exemple des marqueurs AP et KA

L'ACQUISITION NON GUIDÉE DE LANGUE ÉTRANGÈRE (ALE) COMME FACTEUR DE LA CRÉOLISATION LINGUISTIQUE : L'EXEMPLE DES MARQUEURS AP ET KA

revue d'origine de cet article : Etudes Créoles

Date de publication : octobre 2010
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Créoles en ap versus Créoles en ka
Il est de tradition depuis Goodman (1964 : 17, 131)
d'opposer dans la zone américano-caraïbe deux groupes de
créoles : d'un côté les créoles haïtien et louisianais ("créoles en
ap"), de l'autre le groupe des "créoles en ka" : la marque ka
caractérise de façon emblématique les créoles de l'ensemble
constitué par les Petites Antilles (Martinique, Guadeloupe,
Dominique, Grenade, Sainte-Lucie, Trinidad) et la Guyane
française.
Les deux marqueurs ont une valeur aspectuelle de
progressif : le morphème ap/apé/pé56 a une source transparente
: il est issu de la grammaticalisation d'une périphrase verbale
aspectuelle déjà grammaticalisée en français'être après +
infinitif' (Fattier 20

     
  • ISBN : 978-2-296-12956-6 • octobre 2010 • 14 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat