• Couverture Capillairement corrects les Bretons médiévaux ?
  • 4eme Capillairement corrects les Bretons médiévaux ?

CAPILLAIREMENT CORRECTS LES BRETONS MÉDIÉVAUX ?

Anthropologie, mythologies et histoire de la chevelure et de la pilosité
Date de publication : avril 2011
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Résumé :
Le poil fit l'objet d'une attention certaine aux premiers temps de la présence des
Bretons en Armorique, qu'ils fussent laïcs (pour les distinguer des barbares
chevelus) ou religieux (la fameuse tonsure "celtique"). L'onomastique
ancienne témoigne aussi de cet intérêt. Vers la fin du Moyen Âge, l'observation
de sources diversifiées, et d'abord iconographiques (tombeaux, portraits de
donateurs en prière sur des verrières ou de propriétaires sur les images de leurs
livres d'heures, premiers portraits), suggère qu'alors les sujets du duc sont
devenus "capillairement corrects" et respectent les codes de la bienséance
française de l'époque : la barbe, signe de la sagesse née de l'expérience,
réservée aux anciens ; la chevelure drue témoigne au contraire de la vitalité de
l'âge adulte ; tonsure et poils ras suggèrent enfin la retenue qui sied aux
serviteurs de Dieu. Le duc Jean IV, élevé en Angleterre, est le seul personnage
qu'on nous montre fièrement moustachu, à l'instar de son beau-père le Prince
Noir… comme quoi le poil n'est pas tout à fait étranger aux querelles politiques
du temps

     
  • ISBN : 978-2-296-54553-3 • avril 2011 • 22 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat