• Couverture Croisement des terrains culturels et construction des savoirs anthropologiques
  • 4eme Croisement des terrains culturels et construction des savoirs anthropologiques

CROISEMENT DES TERRAINS CULTURELS ET CONSTRUCTION DES SAVOIRS ANTHROPOLOGIQUES

revue d'origine de cet article : Revue gabonaise de sociologie 3

Date de publication : juillet 2010
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Qu'on lise Claude Lévi-Strauss, Georges Balandier, Michel Leiris
ou Georges Condominas, le terrain est présenté comme une
véritable "aventure ethnologique"1 où le chercheur quitte sa
propre société et son confort pour aller vivre pendant un certain
temps avec l'autre. Ce dernier a été d'abord historiquement conçu
par les anthropologues comme le "primitif" et géographiquement
comme les sociétés hors d'Europe dites encore sociétés
"primitives" ou "traditionnelles". Cependant, depuis quelques
décennies, cet "autre" construit par l'anthropologie classique "du
grand partage" entre deux ou plusieurs sociétés dont une seule, les
sociétés "primitives" seraient du ressort de l'anthropologue, a fait
largement place à une anthropologie moderne ou des sociétés
contemporaines2. Une anthropologie

     
  • ISBN : 978-2-296-12311-3 • juillet 2010 • 32 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat