• Couverture La violence d’une ville portuaire : Le Havre au XIXème siècle
  • 4eme La violence d’une ville portuaire : Le Havre au XIXème siècle

LA VIOLENCE D’UNE VILLE PORTUAIRE : LE HAVRE AU XIXÈME SIÈCLE

revue d'origine de cet article : Cycnos 27

Date de publication : septembre 2011
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

La ville portuaire se définit par les activités qui s’y développent :
halieutiques, commerciales ou militaires. Lorsque le port et la ville sont
spatialement contigus, c’est toute une population qui bénéficie du
dynamisme qu’offre un tel espace et ce sont par conséquent des milliers de
personnes qui affluent vers la ville portuaire afin de bénéficier de sa vitalité.
Cet espace urbain se gonfle ainsi de populations souvent modestes qui
recherchent à tirer profit des activités de la ville, avec les violences
qu’implique la présence d’individus nécessiteux dont les besoins non
satisfaits poussent à l’exercice d’une criminalité, non exacerbée mais
ordinaire. Ainsi en sus d’une violence inhérente à la grande ville, le port y
apparaît comme facteur multiplicateur, a fortiori dans une ville où la
croissance démographique

     
  • ISBN : 978-2-296-55352-1 • septembre 2011 • 14 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat